Catégorie : Entrée par thèmes

Journée d’étude « 1536-37. Autour de Marot et des recueils collectifs : configuration du champ poétique français »

Dernière mise à jour : 12 novembre 2018 Le 8 novembre 2018 à Paris (Hôtel de Lauzun) a eu lieu une journée d’étude organisée par Nathalie Dauvois et Julien Gœury. On en trouvera ci-dessous le programme. Le titre de la communication prononcée par Claire Sicard a été modifié. Il s’agit finalement de « 1536-1537 : Mellin de Saint-Gelais ou l’étoile mystérieuse ». Les actes de la journée paraîtront d’ici quelques mois en revue.

Florent Copin associe Saint-Gelais, Homère, Marot et Virgile dans l’épître dédicatoire du ms. Chantilly 530

Dernière mise à jour : 30 juin 2018 Dans l’épître dédicatoire en vers qu’il adresse au Cardinal Jean III de Lorraine pour lui présenter son recueil manuscrit de « chants royaux, ballades et rondeaux, sur le concept de l’Immaculée Mere de Dieu », aujourd’hui conservé au Musée Condé de Chantilly sous la côte 530, le rouennais Florent Copin fait preuve d’une humilité topique en minorant ses qualités poétiques en regard de celles de deux poètes de son temps qu’il semble juger excellents, ou en tout cas bien meilleurs que lui – « Sainct Gelais » d’abord (v. 11), « Marot » ensuite (v. 12).    ...

Mellin de Saint-Gelais célèbre l’astre Salel (1537)

Dernière mise à jour : 18 août 2018 L’hypothèse de datation formulée dans l’article ci-dessous s’est trouvée confirmée par la consultation de l’unique exemplaire de L’Eglogue marine parue en 1537 (n.s.) qui est conservé à la B.n.F. (Res. YE-4816). Le huitain de Saint-Gelais s’y trouve en effet, ce qui n’avait pas été signalé jusqu’ici, juste après le texte de l’églogue de Salel. Ce poème de Mellin a donc été composé entre la mi-août 1536 (la mort de François Dauphin, sujet du poème de Salel, ayant eu lieu le 10 août 1536) et le 23 janvier 1537, date de cette publication imprimée.

Jean de Conches mentionne Mellin dans son post-liminaire aux Œuvres de Hugues Salel (1540)

Dernière mise à jour : 27 juin 2018 Jean de Conches offre un dizain post-liminaire pour accompagner le poème allégorique de Hugues Salel intitulé « La Chasse », paru dans le recueil collectif des Œuvres en 1540 (n.s.) [numérisation disponible sur le site de l’Österreichische Nationalbibliothek (ONB) de Vienne], f. 64 r°. Il y nomme Mellin de Saint-Gelais (v. 6), en deuxième position d’une liste de trois poètes, avec Clément Marot (v. 3) et Antoine Héroët, dit La Maisonneuve (v. 6).  

Guillaume Bouchet cite des vers de Mellin de Saint-Gelais (1598)

Dernière mise à jour : 7 février 2018 Dans ses Sérées, t. III, publiées en 1598 (réédition 1616), L’imprimeur poitevin Guillaume Bouchet cite à deux reprises au moins des vers de Mellin de Saint-Gelais. Dans sa 30e Sérée d’abord, il mentionne la première strophe de « Contre un envieux » (f. 136 r° de la réédition de 1616):   […] aujourd’huy, disoit-il, apellons nous ceux à qui nous voulons mal, et pensons injurier, marants, coquins, belistres, comme leur voulans reprocher qu’ils sont meschans et larrons, et qu’on ne le fie point en eux, et qu’on a en haine la pauvreté, parce qu’elle...

Mellin de Saint-Gelais et l’holomètre

Dernière mise à jour : 7 décembre 2017 Nous remercions vivement Aurélien Ruellet de nous avoir signalé un ouvrage technique dans lequel le nom de Saint-Gelais figure de façon inattendue. Il s’agit d’Usaige et description de l’holomètre d’Abel Foullon, publié en 1555, et réédité en 1567. Dans son épître « Au lecteur », f. A3 v° (1567), l’ingénieur Foullon explique notamment dans quelles circonstances il a inventé l’holomètre, instrument d’arpentage et de levé topographique. Rendant à César ce qui appartient à César, tout en s’avançant devant son public fort de la caution d’hommes de poids, que ce soit par le sang ou par...

Robert Le Rocquez mentionne Mellin de Saint-Gelais parmi les grands poètes du règne de François Ier (c. 1559)

Dernière mise à jour : 16 août 2017 En 1589, Robert Le Rocquez le Jeune fait paraître les œuvres que son oncle et quasi homonyme – Robert Le Rocquez, prélat normand – a composées avant sa mort, c. 1560. La pièce majeure de cet ensemble, publié à Caen chez Pierre Le Chandelier (voir ici), est Le Miroir d’Eternité. Il s’agit d’un projet ambitieux, comme l’indique La Croix du Maine dans la notice élogieuse qu’il consacre à l’érudit de Carentan (Bibliothèque française, 1752, tome XIII, p. 95-98), puisque l’opuscule propose, en « près de 350 pages, […] un abregé de l’histoire sacrée...