La notice de La Croix du Maine consacrée à Mellin de Saint-Gelais

Dernière mise à jour : 16 août 2013

Source : La Croix du Maine (1552-1592), Antoine du Verdier (1544-1600), Les Bibliothèques françoises, tome I, Paris, Abel L’Angelier, 1584, p. 321-322.

DaLa Croix du Maine, page de titre 1584ns cette notice, il est fait référence au Quintil horatian, dont nous savons aujourd’hui qu’il est de la plume de Barthelémy Aneau, et non de celle de Charles Fontaine. Le passage du Quintil qui souligne les qualités non seulement de poète, mais aussi d’humaniste et surtout de musicien de Mellin de Saint-Gelais est largement utilisé. Voir l’article du carnet consacré à cet extrait ici.

Si la présentation commence par l’évocation de la querelle autour de La Deffence et illustration de la langue françoise de Joachim Du Bellay (dont on sait qu’il avait implicitement mis en cause les choix tant esthétiques que de diffusion de Saint-Gelais, voir ici), elle se clôt par celle de la querelle entre Saint-Gelais et Ronsard. Pour cet épisode, voir le dossier “la querelle entre Saint-Gelais et Ronsard”, sous l’onglet “Mellin et ses contemporains”. Pour les références bibliographiques indiquées au cœur de la notice, cliquez sur les liens pour accéder aux articles du carnet les concernant.

***

MELIN OU MERLIN DE S. GELAYS, natif d’Angoulesme, Abbé de Reclus, Aumosnier de Monsieur de Dauphin de France l’an 1525. issu de la tres-noble & ancienne maison des sieurs de S. Gelays en Aquitaine, & parent d’Octavien de de S. Gelays, Evesque d’Angoulesme (duquel nous ferons mention cy apres.) Je n’ose dire ce que j’ay entendu dudit Melin, et en quelle qualité il appartenoit audit Evesque, jusques à ce que je m’en sois plus avant informé par ceux de cette maison, lesquels en peuvent plus sçavoir que moy, (pour leur appartenir de plus pres.) Si diray-je toutesfois qu’il estoit estimé l’un des plus doctes hommes de la Cour du Roy François premier, pere des lettres, et si je veux icy repeter les loüanges que luy a données l’autheur du livre intitulé Le Quintil Censeur (qui est un traicté fait contre Joachim du Bellay, par Charles Fontaine Parisien.) Je diray qu’il sçavoit composer en tous genres de vers, et sur tout qu’il estoit excellent pour les Lyriques, lesquels il mettoit en musique, les chantoit, les joüoit et sonnoit sur les instruments estant Poëte et Musicien vocal et instrumental, (afin d’user des termes dudit autheur) estant encores Mathematicien, Philosophe, Orateur, Theologien, Jurisconsul, Medecin et Astronome : bref docte en tous arts et sciences.
Apres sa mort, il a esté imprimé un volume de ses œuvres poëtiques à Lyon l’an 1574. chez Antoine de Harsy.
Il a traduit de Grec en François, la tragedie de Sophonisba, imprimee à Paris.
Il est cause que les voyages adventureux du Capitaine Jean Alphonse Xaintongeois, ont esté imprimez à Poictiers l’an 1559. par les Marnefs, lesquels il recouvra avecques grande peine, pour en faire le public participant.
Le Courtisan de Messire Balthazar de Chastillon, traduit premierement d’Italien en François, par Jean Colin, a esté reveu et recorrigé par ledict Melin de S. Gelays, et imprimé à Paris chez Gilles Corrozet l’an 1549. Gabriel Chapuis Tourengeau l’a aussi traduit (comme nous avons dit cy dessus.)
Il florissoit soubs les regnes de François premier, et Henry second.
Pierre de Ronsard fait mention de luy en plusieurs de ses œuvres, disant qu’il luy estoit for contraire, et mesprisant ses poësies devant les Rois, comme jaloux de voir qu’un autre emportast le pris parsur luy, qui estoit estimé le premier de la cour etc. Ce qui se voit és vers où il dit “Garde moy de la tenaille de Melin”, ou en parolles semblables, entendant parler dudit Melin de S. Gelays.

***

La Croix du Maine page de titre de la réédition de 1772Au XVIIIe siècle, dans la réédition des Bibliothèques françaises de 1772 (tome 2, p. 115-117), Bernard de La Monnoye, apporte en notes les commentaires suivants :

Sur le nom de Saint-Gelais

“On écrit MELLIN, MELIN & MERLIN. Le plus régulier des trois est MELLIN, nom d’un Saint, autrefois Patron d’une Eglise en la Province de Cornouialles, en Angleterre. Melin a été introduit par la prononciation. Merlin s’est dit par allusion, et bien des gens même ont cru, que Mellin & Melin, étoient une corruption de Merlin. De-là vient que dans les Epîtres de Longueil, il est appelé MERLINUS GELASIANUS, & que Marot ne l’appelle presque jamais que MERLIN. Rabelais, par un déguisement flatteur, Chapitre dernier de son premier Livre, l’appelle MERLIN LE PROPHÈTE.”

Sur la généalogie de Saint-Gelais

“Ce que La Croix du Maine n’ose dire ici, c’est que Mellin fut fils d’Octavien de S. Gelais, Evêque d’Angoulême : c’est l’opinion commune. Mellin naquit en cette Ville, & y fut élevé avec soin ; je ne sais sur quoi est fondé ce que l’on trouve écrit dans les Recueils de M. Falconet : .. Melin de S. Gealais, bâtard, petit-neveu d’Octavien.. On cite le Ducatania, pag. 71 & 73. – Mais l’opinion de tous les Lexicographes est telle que je l’ai rapportée d’abord.”

Sur ce que Thévet dit de Saint-Gelais

“Thevet dit que Mellin de S. Gelais, à l’âge de vingt ans, étant allé en Italie pour y étudier en droit, ne goûta point cette étude, & ne s’attacha qu’à la Poësie & à l’Astrologie Judiciaire. Il le fait auteur d’un Livre de Fato, imprimé, sans qu’il y eût mis son nom, et dont on n’a, que je sache, aucune connoissance particulière. Une négligence digne de Thevet, c’est qu’ayant marqué avec soin que S. Gelais, mort au mois d’Octobre, fut enterré âgé de soixante-sept ans six mois quinze jours à S. Thomas du Louvre (aujourd’hui S. Louis) il a précisément omis l’année de sa mort. Une note qu’on a copiée de moi au-devant du S. Gelais de Paris, in-12, 1719, a fait voir que ceux qui mettent cette mort en 1554 se trompent. Il vivoit encore le 11 Décembre 1557, comme il paroît, pag. 10 de ses Œuvres, in-8°, à Lyon, 1574, & ne mourut qu’en 1558.”

Sur la place de Saint-Gelais à la Cour

“Ce fut sans doute à son retour d’Italie qu’il embrassa l’Etat Ecclésiastique. Ses talents déjà connus engagèrent François I à lui donner l’Abbaye de Notre-Dame de Reclus, Ordre de Citeaux, au Diocèse de Troyes ; il le nomma ensuite Aumônier du Dauphin, depuis Henri II, charge que ce Prince lui conserva. Il fut encore Bibliothécaire du Roi. Jaloux des Poëtes ses contemporains, il chercha toujours à les déprimer à la Cour ; on craignoit, suivant l’expression de Ronsard, d’être pincé par la tenaille de Mellin. Pâquier, Rech. Tom. I, Liv. VII, Chap. 5, p. 700, dit que Clement Marot & Mellin de S. Gelais eurent le prix entre tous les Poëtes ; “aussi sembloient-ils avoir apporté du ventre de leur mère la Poësie… Mellin produisoit de petites fleurs et non fruits d’aucune durée, c’estoient des mignardises qui courroient de fois à autres par les mains des Courtisans & des Dames de Cour, qui lui estoit une grande prudence, parce qu’après sa mort on fit imprimer un Recueil de ses Œuvres, qui mourut presque aussitôt qu’il vit le jour”. Ce jugement de Pâquier est trop sévère ; ces petites pièces fugitives sont la plupart bien conçues, heureusement exprimées, et feroient honneur aux bons Poëtes de nos jours, dont beaucoup ne négligent pas d’aller puiser dans ces sources. Les mœurs, de son temps, étoient à la Cour d’une liberté extrême ; ainsi il ne faut pas s’étonner, que le sacré & le prophane soient toujours mêlés dans ces petites pièces fugitives, c’étoit le goût du moment, et le moyen de plaire et de se faire lire ; cependant ce Poëte avoit de la philosophie, & il paroît qu’il étoit peu sensible aux événements, même les plus tristes : on en jugera par cette maxime :

Si pour se plaindre, et pour larmes jetter,
On pouvoit rompre un malheur survenu ;
Les pleurs devroient poids de l’or s’acheter,
Comme sur tous remède cher tenu.
Mais puisqu’un mal ne peut n’estre advenu,
Soit qu’en pleurions, ou rions jour et nuit,
De quoi nous sert se plaindre et mener bruit,
Et nous donner nouveaux maux et alarmes ?
Si n’est ainsy qu’un arbre porte fruict,
Ainsi douleur doit apporter des larmes.”

Sur les éditions collectives…

… ou prétendument telles – de Saint-Gelais, La Monnoye ne mentionne toujours pas celle de Lyon, 1547, mais ajoute : “Outre cette Edition de ses Œuvres, il y en a une autre de 1582 par Benoist Rigaud, Lyon, & celle de Paris, 1719.” Il est d’ailleurs l’éditeur de cette dernière.

Sur la traduction de La Sophonisbe :

“La Sophonisbée, que le bon La Croix du Maine croit tirée du Grec, comme s’il y avoit jamais eu de Tragédie Grecque sur ce sujet, est une pure Traduction de la Sophonisbe Italienne de Jean-Georges Trissin, jusques-là qu’à l’imitation de celle-ci, qui est en vers non rimés. Claude Mermet, comme on le peut voir en son Article, la mit toute depuis en vers François, & la fit imprimer à Lyon en 1584.”

À propos du rapport de la traduction du Courtisan :

“Il faut voir, au mot JACQUES COLIN, ce qui a été dit du soin que S. Gelais avoit pris de revoir et mettre au jour la Traduction du Courtisan de Balthasar Castiglione. Voy. les Mémoires de Nicton, Tom. V & X, & la Biblioth. Françoise de M. l’Abbé Goujet, Tom. XI, pag. 456.”


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « La notice de La Croix du Maine consacrée à Mellin de Saint-Gelais », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 16 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/923.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search