« A l’ombre de Saingelais » : Jean de Marnef et Scévole de Sainte-Marthe (1559)

Dernière mise à jour : 27 septembre 2015

Voici deux pages des liminaires de l’ouvrage publié par Jean de Marnef à Poitiers en mai 1559,  Les Voyages avantureux du capitaine Jan Alfonce, Sainctongeois. On peut y lire l’hommage qu’y rendent l’imprimeur et le poète Scévole de Sainte-Marthe à Mellin de Saint-Gelais. Lui est attribuée, quelques mois après sa propre mort, l’initiative de la publication imprimée de cet ouvrage dont le privilège royal est daté du 7 mars 1547.

Hommage de Scévole de Sainte-Marthe et de Jean Marnef à Mellin de Saint-Gelais

Transcriptions

1. Jean de Marnef, « Au lecteur »

Apres la mort de Jan Alfonce, capitaine tresexpert à la Mer (où il a sçeu sagement entreprendre, et hardiment executer) aucuns de ceux qui l’avoyent congneu, estimoyent ses voyages et son Livre avoir esté ensepvelis avecq’ ses cendres : mais le seigneur Melin de Saint-Gelays (duquel la docte plume volle par la France) a esté tant curieux qu’encor’ l’a voulu ravi[v]er et rendre immortel par ce Livre, qu’il a subtilement et avecq’ grand’ peine recouvert, puis de grace et liberale amytié le m’a baillé pour mettre à l’impression, que ne vouleurent oncques faire quelques particuliers, par trop ingratz envers ce gentil Capitaine, qui tant liberalement leur en avoit fait part, pensans seuls en faire leur profit, ou du tout esteindre son nom.
Remerciez donc ce seigneur de Saint-Gelays d’un tel bien par luy fait à la Republique.

2. Scévole de Saint-Marthe, « A l’ombre de Saingelais »

     Belle ame, qui maugré le corps qui te cachoit
Jadis te fis si bien en la France paroistre,
Qu’ores estant receue en ton immortel estre
Des mortels la memoire encor’ tousjours te voit :
     Entre les grans honneurs qu’en bon nombre on te doit
Celuy n’est des derniers, que ta divine dextre
A desenseveli, et de rechef fait naistre
Alphonce, que l’oubli par deux fois enserroit.
     Te rende grand mercy le Pilote, qui ores
Ayant par toy Alphonce, a dequoy mieux encores
Sçavoir donter les flots : et à fin desormais
     Qu’il ne soit veu ingrat, en ta faveur souhette
Que Saingelais aussi rencontre un Saingelais,
Qui montre au jour les vers d’un si divin Poete.


 

Pour citer cet article :
SICARD Claire, « « A l’ombre de Saingelais » : Jean de Marnef et Scévole de Sainte-Marthe (1559) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 26 octobre 2011, mis à jour le 27 septembre 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/91.