Michel de L’Hospital arrange en diplomate les affaires de Ronsard avec les poètes de cour qu’il a irrités : Lancelot de Carles et Mellin de Saint-Gelais (1552)

Dernière mise à jour : 5 août 2013

Dans son Ronsard poète lyrique (p. 90-91), Paul Laumonier reproduit la traduction d’une lettre latine que Michel de L’Hospital adresse Jean de Morel depuis Fontainebleau, le 1er décembre 1552. En voici le texte :

Nos courtisans, qui mettent en branle éclairs et tonnerre et font ainsi trembler les hommes, redoutent étrangement les vers de notre Ronsard. D’après ce que je vois, ils cesseront un jour, moins par sympathie que par crainte, de médire de lui ou d’en parler sans retenue ; ils m’assurent même que dorénavant ils ne feront plus que chanter ses louanges. Vous veillerez donc avec le plus grand soin à ce qu’il ne subsiste de Ronsard aucun vers qui porte atteinte à leur considération, et vous lui conseillerez de faire l’ignorant sur tout ce qu’il sait, car il n’est pas avantageux à sa gloire naissante d’avoir tant de détracteurs et de rivaux puissants, surtout quand ils font les avances et recherchent spontanément ses bonnes grâces. Je demande plus encore : que dans les étrennes qu’il prépare depuis quelque temps, il insère à l’adresse de Carle, évêque de Riez, et de Saint-Gelais, des vers qui témoignent de sa bienveillance à leur égard, puisqu’ils me paraissent chanter la palinodie.
Si je ne pensais pas que ce fût l’intérêt de Ronsard, que j’ai de bonnes raisons de chérir, je ne vous aurais jamais parlé ainsi. J’allais oublier une recommandation importante : que dans ces vers il s’abstienne des nouveautés bizarres, s’il veut plaire ; du même coup il montrera qu’il le peut quand il le veut, et que s’il s’en passe, contrairement à ses habitudes, c’est de propos délibéré et non par défaut de réminiscences antiques. Vous comprenez mieux ma pensée que je ne puis l’expliquer.
Enfin, vous ne me répondrez pas point par point, mais d’après le canevas suivant : vous direz qu’ayant parlé à Ronsard, vous avez appris de sa bouche qu’il n’a soupçonné personne, ni l’évêque de Riez, ni d’autres : – qu’il pense avoir leurs sympathies, n’ayant pas voulu les offenser ; – que, s’il a des envieux qui le desservent auprès du roi, il ne veut avoir d’autres patrons et défenseurs que les deux hommes, auxquels il est lié, sinon par le commerce d’intime amitié, du moins par la communauté des goûts littéraires. Répondez-moi dans ce sens-là, car je veux montrer votre lettre à l’évêque de Riez, pour améliorer en fin de compte des relations qui ont mal débuté. Et je pense pouvoir y réussir, car il y a en eux moins de méchanceté que d’ambition et d’amour de la gloire. Or, qu’y a-t-il de plus glorieux que d’être célébré par les vers d’un poète fameux ?

Pour un échange entre Morel et Ronsard, répondant en partie aux souhaits exprimés ici par L’Hospital, voir cet article du carnet.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Michel de L’Hospital arrange en diplomate les affaires de Ronsard avec les poètes de cour qu’il a irrités : Lancelot de Carles et Mellin de Saint-Gelais (1552) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 5 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/897.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search