Guillaume Des Autels invite Ronsard et Saint-Gelais à se réconcilier (1553)

Dernière mise à jour : 5 août 2013

Guillaume Des Autels, Amoureux Repos de Guillaume des Autelz Gentilhomme Charolois, Lyon, Jean Temporal, 1553, f. I ij r°-I iiij r°.

Numérisation.

“De l’accord de messieurs de Saingelais, et de Ronsart. 10. Façons à tour et retour.”

Tour I.

     La paix est la fille de dieu,
Aux noirs enfers naquit la noyse :
     Celebrons la paix en ce lieu,
Dansant un branle à la françoyse.
     Mais, ô Cynthien dousonnant,
     Monte ta lyre maintenant,
L’animant de mesme accordance,
     Que quand les neuf savantes seurs
     Enyvrées de tes douceurs
Tu fais follatrer à la Danse :
     De RONSART les chans nouveletz
Trempez en l’audace Thebaine,
     S’accordent à la riche veine
De l’emmiellé SAINGELAIS.

Retour.

     Cette paix me fait souvenir
     De la tienne avecques Mercure,                     [f. Iiij r°]
Que (s’il te plait me survenir
Phebus) de chanter j’auray cure.
     Celuy mesme jour que fut né
Le Cyllenien adonné
     Aux sciences et aux cautelles :
La creuse tortue il trouva :
     Dedans laquelle il éprouva
L’ébat des Muses immortelles.
     Sus le soir, par les mons errant,
D’avoir derobé on le vante
     Des beufz largefrons bien cinquante
À l’archer Phebus lointirant.

Tour 2.

     Ce n’est pas à propos, ici,
De raconter par quelle ruse
     Il les emmena : mais voyci
Phebus ja venu, qui l’accuse
     Devant Juppiter hautonnant :
Le tendre enfant ne s’étonnant,
Mes en ny de face assurée :
     Le pere rit, en commandant
     Rendre les beufz, et ce pendant
Que la paix entre eux soit jurée.
     Les beufz sont trouvez : et déja,
Pour flatter d’Apollon l’oreille,
L’esprit de sa tortue, eveille
     Le biendisant filz de Maja.                              [f. Iiij v°]

Retour.

     Il chanta quel commencement
Avoyent eu les cieux, et la terre,
     Et comme chacun element
Voulut son propre siege querre :
     Des grans dieux la gloire il sonna,
     Mais l’honneur premier il donna
À l’amour, divine lumiere,
     Qui hors du caos s’envolant,
     Le desordre alla démélant
De la confusion premiere :
     Apres, Juppiter pourvoyant
Aux choses qui au monde duysent :
Et puis les Muses, qui conduysent
     Les accors du ciel tournoyant.

Tour 3.

Le doux chantre Latonien,
Qui tous surmontaient en musique,
     Commença du Cyllenien
Admirer la neuve pratique :
     Lors commença le saint amour
     Qui dure entre eux, jusqu’à ce jour :
Apollon d’Hermes eut la lyre,
     Hermes eut les beufz d’Apollon :
     Vaut il pas mieux faire selon
Les dieux, que selon l’humaine ire ?
     Pas ne convient à notre foy
L’envie qui tant se débride,                                      [f. Iiiij r°]
De Pindare et de Bacchylide,
Ny à la court de notre Roy.

Retour.

     Comment pourroit ce mortel fiel
Abbrever ta gracieuse ame,
     O Mellin, Mellin tout de miel,
Mellin tousjours loin de tel blame ?
     Et toy, divin Ronsart, comment
     Pourroit ton haut entendement
S’abaisser à ce vil courage ?
     Le champ des Muses est bien grand :
     Autre que vous encores prend
Son droit en si bel heritage :
     Mais vous avez la meilleur part
Si maintenant je l’avoys telle,
     Je ferois la paix immortelle
     DE SAINGELAIS, ET DE RONSARD.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Guillaume Des Autels invite Ronsard et Saint-Gelais à se réconcilier (1553) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 5 août 2014 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/888.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search