Guillaume Des Autels demande à Mellin de Saint-Gelais de publier ses œuvres (1550)

Dernière mise à jour : 5 août 2013

Guillaume des Autels, Le Repos de plus grand travail, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1550, p. 16.

Numérisation.

Dans cette pièce, Guillaume Des Autels s’adresse à Mellin de Saint-Gelais pour le convaincre d’accepter enfin de publier ses œuvres. Son argument principal est que la publication imprimée permettrait de faire le tri entre ce qui est vraiment de Mellin et ce qui lui est attribué à tort.

« A Monsieur de Saingelais ».

Poëte ayant en tout divine grace,
Tu as tes vers veuz et reveuz assez :
Fay les sortir. quant aux neuf ans d’Horace,
Long temps y ha qu’ilz sont desja passez :
Quand tes beaux vers, qui sont bien compassez,
Aux yeux savans tu feras apparoistre,
Lon ne verra plus tant de rithmeurs croistre,
Qui sans raison escrivent quasi tous :
Et verra on, que tout ce qu’on dit estre
Venu de toy, ne sent pas ton traict doux.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Guillaume Des Autels demande à Mellin de Saint-Gelais de publier ses œuvres (1550) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 5 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/884.