Jean Bouchet raconte comment Mellin de Saint-Gelais a joué pour lui les facteurs (1536-1545)

Dernière mise à jour : 5 août 2013

Jean Bouchet, Epistres morales et familieres du Traverseur, Poitiers, Jacques Bouchet, Jean et Enguilbert de Marnef, 1545, np.

Numérisation.

L’ouvrage est publié en 1545, mais cette centième épître familière que Jean Bouchet adresse à Antoine Ardillon, abbé de la Fontaine le Comte, est datée de 1536. On y apprend que le grand Rhéthoriqueur souffrant a reçu Mellin de Saint-Gelais à Saint-Maixent, dans le Poitou. Notre poète, qui prévoyait de rendre ensuite visite à Ardillon, s’est chargé de transmettre à son destinataire cette lettre que Bouchet avait dictée à son fils.

Rappelons qu’Ardillon est comme Bouchet un Poitevin. Leurs liens sont très forts. Bouchet s’adresse fréquemment à lui et lui dédie ses Annales d’Aquitaine. Rabelais parle de lui dans Pantagruel. Du côté des poètes néo-latins, Ardillon entretient des relations avec Salmon Macrin – qui lui adresse une de ses odes (livre VI des Odes) – et Nicolas Bourbon – qui lui dédie une pièce des Nugae (VIII, 18). Outre ses liens avec le très catholique Bouchet, on lui en connaît également avec des humanistes évangéliques. En 1521, Pierre de Lille lui dédie son Apologia Heremitarum. Dans ce même ouvrage est publiée une épître que lui adresse Lefèvre d’Etaples et dans laquelle le vicaire général de l’évêque de Meaux prend parti pour l’usage de la langue vernaculaire dans les commentaires des Évangiles.

*

Epistre C. “Epistre de l’acteur luy estant mallade à sainct Maixent à L’abbé de la fontaine le Comte, en Octobre 1536”.

La subscription.

Va lettre et cours plus vif que l’eau de Seine
A monseigneur monsieur de la Fontaine. 

Trois jours apres que vous eu visité
Tresreverend en vostre infirmité,
Assez dolent dont vous voioys en crainte
Du pas où fault tous passer par contraincte,
Icy je vints, où suis à sainct Maixent
Ou j’ay eu temps, ou bien l’aer indecent,
Ne scay lequel, car combien que je soye
Tresbien traicté comme si portois soye,
Et avec gens de grosse auctorité
Rempliz d’honneur, et de civilité,
Puis quatre jours ne scay quel’ lourde beste
M’a prins au corps par jambes et par teste,
J’ay sceu depuis par quelque medecin
Que fiebvre a nom, qui m’a privé de vin,
Aussi de goust, et de repos nocturne,
Je crains le mal estre en moy diuturne :
Graces j’en rends au benoist Jesuchrist
Auquel requiers le repos de l’esprit.
     Or moy gisant hier ainsi malade
Mal equippé pour faire une gambade
Fuz visité comme au jusne je halays
De par monsieur Merlin de sainct Gelays
Que desirois veoir dessus tous les hommes
Parce qu’en luy de graces sont les sommes,
Dont le renom et bruyt vollent par l’aer
Qui ne voulut d’avec moy s’en aller
Qu’il ne m’eust dit, voire monstrer des choses
Qui demourront en moy tousjours encloses,
Heureux je suis d’avoir un homme veu
De tant de biens et de graces pourveu,
Et plus heureux de la tant bonne chere
Qu’il me feit lors, que je tien plus qu’or chere.
     Et parautant qu’en allant à Poictiers
Il passera devers vous voluntiers,
Je l’ay prié pour moy prendre la peine
De vous bailler ceste lettre soubdaine
Que j’ay nommée à mon filz sur un banc
Où je tenois d’un bien fasché le renc,
En priant Dieu qu’à vous et à moy donne
Celle santé qu’il scait nous estre bonne.
De sainct Maixent, non pas soubz mon cachet,
Par le vostre humble obeissant Bouchet.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Jean Bouchet raconte comment Mellin de Saint-Gelais a joué pour lui les facteurs (1536-1545) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 5 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/880.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search