Etienne Forcadel s’adresse à Mellin de Saint-Gelais puis parle de lui (1554)

Dernière mise à jour : 31 juillet 2013

Etienne Forcadel, Stephani Forcatuli Jureconsulti epigrammata. Ad Carolum Lotharingum Cardinalem, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1554, p. 86.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

“Ad Melinum Sangelasium Musas laudantem”

Ne laudes dominas Aganippes, quaeso, puellas,
     Ipse cothurnati syrma Sophoclis habens.
Intimus es Musis testisque ; domesticus, an vis
     Ut sequar ergo tuam, docte Meline, fidem ?

“Ad Musam, de eodem”

Cur non, Calliope, Daphnes è fronde Melini
     Cingis apollinei tempora ? plus mervit.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Etienne Forcadel s’adresse à Mellin de Saint-Gelais puis parle de lui (1554) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 31 juillet 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/865.



Citer ce billet
Claire Sicard (2013, 31 juillet). Etienne Forcadel s’adresse à Mellin de Saint-Gelais puis parle de lui (1554). Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nij5

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search