Olivier de Magny recueille les pleurs des dieux à la mort de Saint-Gelais (1559)

Dernière mise à jour : 30 juillet 2013

Olivier de Magny, Les Odes, Paris, André Wechel, 1559, f. 115 r°-116 r°.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

La pièce se présente sous la forme d’une déploration dans laquelle les dieux et les déesses versent les uns après les autres toutes les larmes que le décès du grand poète leur inspire. Il est toutefois notable que ni Magny ni un quelconque autre de ses amis de chair et d’os n’accompagne les plaintes divines dans ces vers de circonstance. Par ailleurs, le dernier quatrain peut paraître un peu sec.

“Sur la mort de Mellin de Sainct Gelays. Ode”

Cupidon de trop grand ennuy
En plourant son honneur deplore,
Et Venus plourant comme luy,
Comme luy se deplore encore.                          4

Sans cesse cest ennuy sentant,
Et plourant encore sans cesse,
Mesmes sans cesse lamentant
L’obgect de leur griefve tristesse.                    8

De l’un les brandons sont esteintz,
De l’autre le carquoys est vuyde,
Mais de mesme douleur atainctz
Ils ont de pleurs la face humide.                     12

Soit que Phebus se leve aux cieux,
Ou soit qu’en la mer il se couche.                                                 [f. 115 v°]
Mille pleurs sortent de leurs yeux,
Et mille plainctes de leur bouche.                   16

Le fiel leur semble ore estre doux,
Et le doux leur semble amertume,
La paix leur semble ore courroux,
Et glaçons ce qui nous alume.                         20

Ilz n’ont repos ne jour ne nuict,
Et n’ont nul plaisir qui leur plaise,
Que le desplaisir qui les suyt,
Pour les plonger en ce malaise.                      24

Naguiere plourant leurs malheurs,
Pallas qui survint davanture,
S’enquit qui leur causoit ces pleurs,
Et ceste complaincte si dure.                          28

Cesse dict Amour de tenter,
Cesse de tenter Vierge sage,
Qui me meult de tant lamenter,
Et baigner de pleurs le visage.                       32

Et te ressentant de l’esmoy,
Qui faict que justement je pleure,
Pleure Déesse, avecques moy,
Pleure justement à ceste heure.                    36

Et vous Muses, pleurez aussi,                                              [f. 116 r°]
Pleurez encor Graces si belles,
Et venez vous Nymphes d’icy,
Pleurer encore avecques elles.                      40

Mellin vostre plus grand honneur,
Mellin nostre plus grande gloire,
Mellin nostre commun bon heur,
Est en bas sur la rive noyre.                         44

De dire plus oultre son nom,
Et son scavoir et son merite,
Et ses vertuz et son renom,
Ce seroit chose trop redicte.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Olivier de Magny recueille les pleurs des dieux à la mort de Saint-Gelais (1559) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 juillet 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/858.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search