Jean Bouchet et Tristan Fretard rivalisent d’humilité autour du nom de Saint-Gelais (1547-1550)

Dernière mise à jour : 4 mai 2013

Jean Bouchet, Triomphes, du treschrestien, trespuissant, et invictissime, Roy de France, François premier de ce nom : contenant la difference des Nobles, Poitiers, Jean et Enguilbert de Marnef, 1550. Privilège du 7 mars 1547.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

Dans cet échange d’épîtres liminaires entre Jean Bouchet et Tristan Fretard, le premier complimente le second en le comparant à Mellin de Saint-Gelais. Dans sa réponse, Fretard note que cette “comparaison […] n’est pas raison”. C’est alors l’occasion de faire l’éloge de Mellin de Saint-Gelais, au travers, notamment d’une série de métaphores laudatives : perle (sur cette image voir ici), rubis, diamant, Saint-Gelais figure véritablement le joyau des poètes de la cour.

Les passages concernant Mellin sont indiqués en gras dans les textes, que nous donnons ici in extenso.

[NB. Jean Bouchet cite de nouveau le nom de Saint-Gelais dans le corps de l’ouvrage (f. Cij r°), mais il s’agit cette fois d’Octavien, évêque d’Angoulême.]

Plan de l’article

1. Épître de Jean Bouchet
2. Épître de Tristan Fretard


1. Épître de Jean Bouchet

« A Docte et Noble personne Tristan Fretard, Escuier, Seigneur de Saulves, homme de grans lettres, et amateur d’icelles, Jean Bouchet, Bourgeois de Poictiers, rend humble salut » [après la table des matières, f. Av r° et v°]

     Apres avoir en mon adolescence,
Eu bien souvent des Muses la presence
(Seigneur Fretard) es jours tristes et beaux,
Et composé Ballades et Rondeaux,
Dizains d’amours, Epistres, Elegies
Des accidens, et choses mal regies
En l’art d’aymer, voyant mes folz escritz,
(Dont devant Dieu pourrois estre repris)
Comme j’entrois es jours, et ans viriles,
Trouvant mes vers sans fruit, et tous steriles,
Je bruslay tout : puis soudain je me mis,
Pour contenter mes seigneurs et amys,
Escrire en prose, et vers, choses moralles,
Semblablement choses historialles,
Dont il y a volumes vingt et six,
Grans, et petis, reveuz par gens racis,
Historiens, Orateurs, et Poëtes,
Pour le danger du garrul des choetes :
Les aucuns sont de mon invention,
Les autres sont de ma traduction.
Finablement approchant de viellesse,
J’ay veu que c’est de l’estat de Noblesse,
Et que plusieurs (ne scay par quel arroy)
Se vont disans aussi Nobles qu’ung Roy,
Sans y vouloir garder forme, ny ordre,
Qui entre humains, est un fort grand desordre.
/Surquoy prenant de mes Muses congé,
Apres avoir sur ce long temps songé,
Et qu’eu trouvé des Nobles de six sortes,
De mes espritz j’ouvry toutes les portes,
Pour declarer quel’ difference on fait
Entre les six, et qui est plus parfait.
Semblablement que c’est que de Noble estre
Tant que chacun se puisse au vray congnoistre :
Ce que j’ay fait, les gestes escrivant
D’ung Roy, qui fut sur tous les Roys savant,
Digne de loz, le miroir, et l’exemple
De bien regner, si sa vie on contemple,
François nommé, qui fut Roy des Francois,
Premier du nom, de ceux des de Valois.
Et neantmoins, ayant des ans cinquante
Et trois au bout, la mort fiere et piquante
L’a rué jus au sejour triomphant
De Nobles gens, survivant son enfant
Henry nommé, lequel tient sa couronne,
Qui des vertuz de son pere floronne.
Et congnoissant que de l’authorité
De tous mondains, ce n’est que vanité,
Parce que tout par le temps se consumme,
Et que la mort, grans et petis assomme,
Bons et mauvais, riches, et indigens,
Empereurs, Roys, Monarques, et Regens,                      [f . Av v°]
Jugeay Noblesse estre diverse chose.
Surquoy Viellesse en ce conflict m’expose,
Que ceste là, Turcs, Hebrieux, et Paiens
Ont bien souvent, et en ont les moiens,
Par les vertuz de Prudence, et Justice,
De Temperance, et Force, à ce propice :
Mais que par là, n’avoient qu’honneur mondain
Qui peu duroit, et qui passe soudain,
Et y avoit plus asseurée Noblesse
Qu’on peut tenir sans danger en simplesse,
Par la Foy vive, Espoir, et Charité,
Conduisant l’homme à la felicité
Des bienheureux, où n’y a chose inique,
Qu’elle nomma Noblesse Evangelique.
A tout cecy (Noble Tristan Fretard)
Me separant du sejour, à l’escart,
Et divisant avecques Poësie,
Et Verité, jettay ma fantasie,
Pour parvenir à mon propos moral,
Et l’appliquer avec l’historial
Sur ce bon Roy, qui doit estre l’exemple
De ceulx lesquelz ont regné grant et ample.
J’ay grand desir presenter mon labeur
Au Roy Henry, mais je doubte et ay peur,
Que d’un tel Roy mon labeur ne soit digne :

Te suppliant d’affection benigne
(Seigneur Fretard) premierement le voir,
Et visiter bien au long, pour savoir,
S’il y a chose en matiere, ou en forme,
Qui soit aux yeulx des gens de bien difforme.
Faire le puis, car tu es copieux,
Subtil, venuste, ample, brief, gracieux,
Et elegant, d’invention mature,
Bien prononçant, parfaict en escriture,
Tu suis la phrase, en epistre et laiz
Tant que tu puis, de monsieur Sainct Gelais.
     Aussi je scay, par bonne experience,
Qu’outre ton art, ton savoir et science,
Tu es de mœurs, et generation,
Vray gentilhomme : et qu’en ta nation
Il y a eu des Chevaliers grant nombre,
Preux et vaillans, qui n’ont point aimé l’ombre,
Mais se sont mis au Soleil, pluye et vent,
Et aux combatz tousjours au plus avant,
Pour soustenir les querelles Francoises,
Servir les Roys de volontez courtoises :
Et que tu as ton cœur tant bien assis,
Que chascun t’ayme : et des ans n’a pas six
Que tu m’as fait, de ta benigne grace,
Plusieurs plaisirs, voire en tresbonne face.
Par ces raisons je me suis addressé
A toy seigneur, pour mon œuvre dressé
En style gros, bien reveoir à ton aise,
Et l’adoulcir, et affin qu’il te plaise
De m’advertir si rien j’ay mal escrit :
Car à cela n’a tendu mon esprit,
Qui se conforme à l’Escriture saincte,
Et à l’Eglise, où n’y a chose saincte.
Te suppliant en outre publier
Tes beaux escritz, et les multiplier,
A ce que Dieu, apres ta mort te die,
Parce que toy, par tres bonne estudie
As le Talent que je t’avois donné
Multiplié : ce lieu t’est ordonné
De seure Paix, et de joye eternelle :
Lequel je pry de la te donner telle.

Retour en haut de la page

2. Épître de Tristan Fretard

« Au Traverseur, Jan Bouchet de Poictiers, Historiographe, et Poëte Francois, de grand et eminent savoir, Tristan Fretard, Escuyer, Sieur de Saulves, l’ung de ses disciples, Salut » [f. Avi r° et v°]

Soudainement que je receu ta lettre,
Je n’en pensois la substance telle estre
Trescher Seigneur, comme depuis je vy,
La recevant je fu[s] soudain ravy
D’une grand’ joye entrant en ma pensée,
Qui tout soudain en est apres passée :
Car je pensois seulement dedans voir
Tes graves vers, pour doctrine en avoir,
Qui sont des biens pris au profond du coffre
De ton esprit, dont souvent m’as faict offre.
Mais quant j’eu leu ta lettre jusqu’au bout
Morne et pensif, me suis tenu debout :

Considerant quelle estoit l’adventure,
Que je trouvois en ta doulce escripture :
La reprenant par admiration,
Et la lisant de telle affection.
Premierement je relisois le tiltre
De ceste lettre, et gracieuse epistre,
Par lequel voy que de moy dis du bien
Qui n’y est pas, et n’en creuz oncques rien :
Et si ung peu congnoit en Rhetorique,
Toy seul m’en as baillé l’art et praticque.
A toy seul doibz le loyer et guerdon,
De m’avoir faict de ta grace ce don,
M’en conferant par ta doulce eloquence
Plusieurs secretz de grande consequence :
Et beaucoup plus en pouvois recepvoir
Sy j’eusse peu comprendre ton scavoir.
Puis tu me prie apres de voir ton livre,
Et corriger, ce qui ennuy me livre,
Voulant de moy faire conparaison
A Sainct Gelais, ce qui n’est pas raison :
Sainct Gelais est une perle excellente,
Du jour l’estoille, en clarté reffulgente,
Ung dyamant pris par election
Entre dix mille, et en perfection :
Sainct Gelais est une odorente rose,
Je ne suis rien, ou suis si peu de chose
Que les doulx vers du docte Sainct Gelais
Sont vraiz Rubiz, les miens Rubiz balais.
Comme la perle orientale exede,
Nacque de perle, ainsi il me precede,
L’estrin de feuille on ne peult tant parer
Qu’au dyamant se puisse comparer,
C’est Sainct Gelais d’invention subtile,
Pour disposer bonne grace et gentille,
De Grec Latin il a tresgrand scavoir,
Que pleust à Dieu qu’autant j’en peusse avoir.
Son ouvrage est si treshault et sublime,
Qu’apres n’y fault plus passer aultre lime.
Le tien est tel, ô heureux Traverseur,
Qui ne merite avoir aucun censeur :
Le tien est tel, et doitz avoir la place
Du tresfacond et numereux Horace :
Comme luy as, vers plains de gravité,
Sententieux, et de suavité.
Et pourquoy donc est ce que tu me mande
Que je corrige, adoulcisse, et amande
Tes vers sucrez, graves, sententieux,
Lesquelz on voit penetrer les baulx cieux ?
J’entreprendrois en celà ma ruine,
Mettant la main à chose tant divine.
Si adjouxter failloit, o[u] en oster,
Ce Sainct Gelais les devoit donc gouster,
Et non pas moy, de qui ne peut la plume
Que forger vers mal tournez sur enclume,
Qui n’ay memoire, art, n’invention
De bien coucher histoire ou fiction,
Rude parler, langue balbutiente,
Et me seroit chose tresmal seante,
Toucher celà, qui est par toy couché,
Et que ta muse en tout ha bien touché.
Or ne voulant aussi estre contraire
A ton vouloir, desirant te complaire,
Obeissant à ce tien mandement,
Qui me sera tousjours commandement,
Ton livre ay veu, pour y cueillir et prendre,
De tes doulx fruitz, non pas pour y reprendre
Je serois trop d’arrogance surpris,
Gaster les champs, où tant bons fruitz sont pris.
C’est pur Nectar, si à boire on demande :
Si à manger, Ambrosienne Viande,
Past si tresbon, que corps failliz et cœurs
Sont remis sus par ces doulces liqueurs,
Desquelz les Dieux le plus souvant se paissent,
Et eulx repeuz les Semidieux repaissent.
De ces bons fruitz, y a diversitez,
Selon que sont d’espritz adversitez :
Si grant ennuy ung esprit attedie,
Restaurans sont pour telle maladie :
De tout mal sont louez preservatifz,
Et de santé certains conservatifz :
L’esprit saisy d’ennuy, soucy, et cure.
Trouve en tes vers qui le guerist et cure.
Mirobolans sont pour les corps requis,
Et les doulx fruitz pour les espritz exquis.
L’ung se delecte, et prend à fantasie
L’invention qui vient de Poesie :
Lisant la fable, il se trouve empesché,
Prendre le fruit, qui est dessoubz caché :                        [f. Avi v°]
Ce que ton livre en plusieurs lieux explique,
Si bien qu’apres n’y fault plus de replicque.
On y verra d’autres bons fruictz moraulx,
Qui sont communs aux Nobles et ruraulx :
Par eulx on peut aucunement congnoistre
Ce que l’on fut, qu’on est, et qu’on doit estre.
Et les tastant, savourant, et goustant,
Ung bon esprit rendent saoul et content.
Plus on y a des fruictz d’Astrologie,
Qu’on trouve bons, non point de la Magie,
Où l’on congnoist corps Celestes avoir,
Ung contingent, et non l’autre povoir
Necessitant, influant malle chose,
Par raison l’homme au contraire en dispose,
Par elle il peut aimer ce qui luy duit,
Et eviter aussi ce qui luy nuit,
Ayant de Dieu ce privilege et tiltre,
D’estre doté du Noble franc arbitre :
Des fruitz duquel, qui use droitement,
Il a Noblesse, et vray contentement :
Noblesse dy, qui est Evangelique,
Mettant sus bout l’homme paralitique.
Autre Noblesse on peut avoir aussi,
Comme on pourra voir par ton livre icy :
Et celle là on l’appelle moralle,
Mais elle n’est en riens à l’autre egalle :
Ceste moralle est divisée en six,
En six palais ces suppostz as assis :
Je suis certain en avoir en moy une
De mes parentz, qui n’est à tous commune :
Et celle là, je ne l’estime rien,
Fors à celuy qui est homme de bien,
Par grans vertuz es miens prit origine,
Je prie à Dieu qu’en moy elle ne fine.
Et tout ainsi qu’ilz y sont parvenuz,
Moy et les miens y soyons retenuz.
En me nommant par chacun Gentilhomme,
Et ne faisant les faictz d’un gentil, l’on me
Fait un grand tort : car me gentilhommant,
Faisant vilz faictz, ne suis gentil, l’on ment :
Et n’use point du noble franc arbitre,
Quant le vouloir, selon la chair arbitre :
Dont Noble et libre est celuy seulement,
Qui vit selon le divin mandement.
Celuy qui fait à vil peché service,
Serviteur est de peché et de vice :
Et n’est du franc arbitre jouyssant,
Qui à peché se rend obeissant.
L’homme combien qu’il soit de noble tige,
N’attaindra point de Noblesse au fastige,
Sans savourer les sucrez et doulx fruitz,
Tresbien entez, en ton livre et construictz
De vive Foy, Charité, Esperance,
Qu’il fault avoir d’effect plus qu’apparence,
Par là il fault la Noblesse acquerir,
Et pour l’avoir Verité requerir :
Le jardinier, qui en a soing et cure,
Et en user envers chacun procure,
En liberté, permettant d’en manger
Tant quon en veult, sans craindre aucun danger.
Puis donc qu’on peult par ton beau livre apprendre
Ce qui est bon, à laisser, et à prendre,
Pour la Noblesse Evangelique avoir,
Trescher seigneur, je te prie scavoir,
Que raison veult, et Charité ordonne,
Qu’à nostre Roy tu le presente et donne :
Ne congnoissant chose pour le present,
Dont on luy peust faire plus beau present :
Non pour apprendre ainsi comme il doit vivre
Et bien mourir, pour puis apres revivre.
Mais pour tousjours nostre Foy maintenir,
Et s’exercant les siens entretenir :
Voyla du Roy, le Royal exercice :
Voyla du Roy treschrestien l’office.
Or pour la fin je te veulx supplier,
Ton bruyt, ton loz vouloir multiplier
Par ce beau livre : et ne craindre l’orage,
De l’envieux, abaissant ton courage.
Je suis certain que par tout passera,
Et s’il le trouve, il le renversera :
Ce que desire, et te faire service,
Autant qu’en doit à l’abbé le novice.
Je suis tout tien, et tel tousjours seray,
En ce vouloir mon temps je passeray,
Tant que j’auray de mon Dieu vie saulve :
Lequel supply, qu’en paradis nous saulve.
Apres avoir en ennuitz maint triste an
Bien compassé, ce souhaite Tristan.

Retour en haut de la page


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Jean Bouchet et Tristan Fretard rivalisent d’humilité autour du nom de Saint-Gelais (1547-1550) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 4 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/833.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search