Gabriele Symeoni demande à Mellin de Saint-Gelais d’intercéder en sa faveur auprès de Diane de Poitiers (1550-1553)

Dernière mise à jour : 4 mai 2013

Gabriele Symeoni, Epitome de l’origine et succession de la duché de Ferrare, composé en langue toscane par le Seigneur Gabriel Symeon, et traduict en François par luy mesme. Avec certaines Epistres à divers personnages , et aucuns Epigrammes sur la propriété de la Lune par les douze signes du Ciel. Pour madame la Duchesse de Valentinois, Paris, Corrozet-Cavellat, 1553.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

Gabriel Simeoni, Symeoni, Syméon – suivant le nom francisé avec lequel il signe ses ouvrages – ou encore Gabriello Simeoni est né à Florence en 1509 et mort à Turin c. 1575. Humaniste, historien, militaire et astrologue, il écrit en italien, latin et français. Il manifeste un souci constant – et régulièrement déçu – de trouver des protecteurs, partout en Europe. En France, il s’adresse aux maîtresses de rois, la duchesse d’Etampes d’abord, la duchesse de Valentinois ensuite. C’est le cas dans cet ouvrage-ci. Il éprouve de la frustration à voir ses tentatives échouer les unes après les autres, comme en témoignent certaines de ses épîtres en prose qui évoquent cette quête effrénée de protection.

Dans l’Epitome, il publie notamment des pièces italiennes qui témoignent de son goût (partagé avec Mellin de Saint-Gelais) pour l’astrologie. Il y est en effet question de « La Lune de Diane », dans tous les signes du zodiaque. Symeoni demande à Saint-Gelais de lire ces pièces destinées à Diane de Poitiers, éventuellement de les utiliser dans sa propre œuvre si Mellin le souhaite, mais surtout de jouer un rôle d’intermédiaire entre Diane et lui.

Cette requête très directe met en évidence la force du lien qui devait exister entre Saint-Gelais et la duchesse de Valentinois, lien à mettre sans doute en relation avec le manuscrit ms. BN fr. 885, livre de vers de Saint-Gelais que le roi offre à sa maîtresse. (Sur ce manuscrit, voir ici). On sait également que Saint-Gelais a suivi Henri II au château d’Anet en une occasion au moins, en 1548, puisqu’il y écrit pour le roi une épître à Catherine de Médicis dans laquelle il décrit élogieusement la demeure de Diane. La pièce porte le titre d' »Epistre du Roy, estant à Annet, à la Royne, estant demeuree à St. Germain en couche de Monseigneur d’Orléans, 1548. Faict promptement par le commandement dudit sieur ». Elle est d’ailleurs recueillie dans le ms. BN fr. 885. Il faut toutefois indiquer l’existence d’une pièce plus ambiguë, « La Chanson des Astres », qui ne paraît que dans les Œuvres de 1547 et que Stone ne retient pour cette raison qu’avec prudence (mais est-ce une raison suffisante ?), dans la section « pièces attribuées » de son tome II (p. 315-320). Les deuxième et troisième strophes évoquent la relation entre Henri (Endimion) et Diane (la lune) en ces termes :

     Endimion, par fermeté,                                   6
De bien aymer s’est acquité ;
Aussi la lune claire
Cognoit bien qu’il ha merité
Qu’on luy doive complaire.                                     10
     Le discours d’elle va baissant
Et l’amour de luy va croissant,
Sans se pouvoir deffaire.
S’il l’eust veue en son beau croissant,
Pensez qu’il eust peu faire.                                      15

Dans l’ouvrage de Symeoni, la pièce adressée à Saint-Gelais, que nous reproduisons infra, suit une épître à Diane de Poitiers datée du 10 novembre 1550. Sans doute sans réponse de sa dédicataire, le solliciteur italien écrit à Mellin un mois plus tard environ, le 12 décembre 1550.

Notons également, au dossier cette fois des relations entre Saint-Gelais et Symeoni, la présence d’un sonnet de Mellin, sous le titre « Helene de Traves au seigneur Gabriel Symeoni » au f. Hij v° de l’ouvrage de l’humaniste intitulé Le Satire alla berniesca di M. Gabriello Symeoni con una Elegia sopra della morte del Re Francesco primo, e altre Rime a diverse persone. Al Christianissimo e invitissimo Re di Francia Arrigo secondo Nel 1549, Turin, Martino Cravotto, 1549 (conservé à la BnF et signalé par Luigia Zilli).

*

« A Monsieur de Sainct Gelais. Epistre XX » titre sur le f. 43 v°, texte f. 44 r°-45 v°

Certainement que noz anciens Poetes ne nous ont pas sans cause laissé par escript, que les Muses et les Nymphes habitoient par les monts et par les bois, et parmy les vallées et fontaines : car je vous asseure (Monsieur) qu’en revenant de Piedmont, et me retrouvant parmy ces estranges solitudes et forestz de haults pins sauvaiges, et bruyants ruisseaux de toute la vallée de Morienne, j’ay prins si grand envie de diviser un peu avec ces Muses, et mesmement de tous les noms et œuvres de Diane, par la souvenance des bois, où nous lisons qu’elle souloit chassant fuir les assaults de Cupido, que tout à cheval je me trouve avoir faictz ces presens Epigrammes Toscans que je vous envoye, en ayant adjousté un autre d’avantage à ceulx qu’anciennement sont escriptz touchant les Metamorphoses faictz par ladicte deesse : laquelle occasion m’a esté presentée par une fontaine qu’on m’a dict que la nouvelle Diane veult faire en son beau jardin et paradis d’Anet. Et comme vous sçavez, (estant vous l’un des plus elegans et doctes poetes de France) que l’esprit (une fois allumé des rayons d’Apollo, trempez par la trempe li- [f. 44 v°] queur de Bacchus, poulsé par le son melodieux de la lyre de Phebus) s’en va tousjours de main en main montant plus hault, je me suis aussi laissé ravir jusques là, que j’ay comprins et descriptz tous les effectz de la Lune, tandis que par l’espace de quatre sepmaines elle va et revient au premier degré de la precieuse toison d’or, sur laquelle ja passerent la mer les bons Phryxus et Helles. Mais je vous veois quasi en collere qu’en parlant d’Apollo et de ses Muses, tant honnestes et sobres, je vous ay ainsi parmy eulx entremeslé, comme un ivrongne Bacchus. Eh, vous sçavez ja ce que en a dit Horace, Martial, et Ovide : Les uns :

[Note marginale : Martialis] 

Possum nil ego sobrius : bibenti
Succurunt mihi quindecim poëtæ.             

Et les autres :

[Note marginale : Horatius]

Fœcundi calices quem non fecere disertum ?

Mais escoutez maintenant le bon homme Ficinus, et vous verrez que je n’ay tort, et entenderez encores mieulx ce que j’ai voulu dire :

[Note marginale : Ficinus lib. 24 de vita cælitus copmparanda]

Scitis profectò (inquit) crassum corpus crassis elementis quatuorali. Scitote igitur spiritale corpus suis quibusdam tenuibus elementis quatuor [f. 45 r°] enutriri. Huic enim vinum est pro terra : odor ipse vini vicem gerit aquæ, cantus rursum et sonus agit aërem, lumen autem præfert igneum elementum. His ergo quatuor præcipuè spiritus alitur, vino inquam ejúsque odore, et cantu similiter atque lumine. Sed nescio quomodo ab Apolline primùm exorsi, incidimus mox in Bacchum. Et merito quidem à lumine pervenimus in calorem : ab ambrosia in nectar, à veritatis intuitu in ardentem veritatis amorem. Fratres certè sunt individuique comites Phebus atque Bacchus. Ille quidem duo potissimum nobis assert lumen videlicet atque lyram. Hic item præcipuè duo, vinum odorémque vini ad spiritum recreandum, quorum usu quotidiano spiritus ipse tandem Phebeus evadit et liber.

Que vous en semble ? n’estes vous pas maintenant capable de mon discours enigmatique ? Ouy ce me dictes vous, mais tu me fais trop attendre pour entendre l’intelligence de ta poesie, et d’autre part m’esmerveiller, comment un Italien esté si hardy (pour complaire à Diane) de traduire de sa langue, et composer Epistres Françoises si soudainement, sans conseil de personne, combien que tu ne sçaurois avoir si mal faict, que tu ne sois digne de louenge. [f. 45 v°] Parquoy cela vous respond-je, puis que je ne m’esmerveille ja qu’un François (tel que vous estes) entende et parle mieulx par avanture la langue Toscane, que personne de France. Or venons au point. Voicy les Epigrammes, et quant et quant moy que vous prie (puis que vous estes à la court ordinaire) de me vouloir tenir tousjours recommandé à la bonne grace de Diane, tandis que j’espere bien tost (ou mes livres sont faulx) par son moyen acquerir  la faveur et l’ayde d’Apollo, vous asseurant, Monsieur, que vous feriez beaucoup pour elle, si en voz Françoises vous declariez le subject de mes rimes Toscanes. De Lion le XII de Decembre. 1550


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Gabriele Symeoni demande à Mellin de Saint-Gelais d’intercéder en sa faveur auprès de Diane de Poitiers (1550-1553) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 4 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/797.