Du Bellay s’adresse à Saint-Gelais (1549-1553)

Dernière mise à jour : 3 mai 2013

Joachim Du Bellay, Recueil de poesie, présenté à tresillustre princesse Madame Marguerite, seur unique du Roy, et mis en lumiere par le commandement de madicte dame. Par I.D.B.A., Paris, Guillaume Cavellat, 1549.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

L’ouvrage est publié chez le même éditeur en 1553, dans une édition revue et augmentée (voir la numérisation de l’ouvrage). La pièce adressée à Saint-Gelais est maintenue. Elle est, dans les deux cas, placée entre deux odes adressées à Marguerite de France (sœur du roi Henri II), au début des Vers lyriques.

“A Mellin de Sainct Gelais. Ode III”, p. 30-32.

     MELLIN, que cherist, et honnore
La court du Roy plein de bon heur :
Mellin, que France avoue encore
Des Muses le premier honneur :
Mes vers, qui souloint resonner
De Venus les ardentes larmes,
Audacieux vouloint tonner
De Mars les foudroiantes armes.
     Quand le dieu, qui regne en la lyre,
Ceinct du laurier victorieux
Me reprist, de vouloir elire
Un œuvre tant laborieux.
Ne souille point le luc doré
Au sang, qui coule en la campaigne,
Où le dieu en Thrace adoré
Plein de pouldre, et sueur se baigne.
     Que dira d’assez bonne grace
Les trophées de Marignan ?
Ou l’Espaignol fuyant la face
Du jeune Prince à Carignan ?
La Parque sur noz ennemis
Esbranlant son urne fatale,
Et l’heur que les dieux ont promis
Au grand HENRY, qui les egale ?                                     [p. 31]
     Que ceux là les batailles chantent
Plus hault, que le Grec ou Romain,
Qui la bonne fortune sentent,
Et l’heur de la royale main.
Des Indes le premier vainqueur,
Le soing, qui la jeunesse amuse
Et l’archer qui blesse le cœur,
Seront les labeurs de ma muse.
     Labeur est en petite chose,
Mais non petit honneur attent
Celuy, qui heureusement ose,
Et Phebus invoqué, l’entend.
Si Homere, et Virgile ont pris
L’honneur de la premiere place,
Pourtant n’est demeuré sans pris
Le nom de Pindare et d’Horace.
     Celuy, à qui le ciel n’ottroye
Le plus fort des Grecz ressembler,
Qui les superbes murs de Troye
Fist mile, et mile fois trembler,
Desdaigner il ne doibt pourtant
La vertu d’Ajax ancienne,
Ou celuy, qui en combatant
Blessa Mars, et la Cyprienne.
     Comme la Saone doulce, et lente
Dedans son sein non fluctueux                                          [p. 32]
Coule beaucoup moins violente,
Que le fort Rhosne impetueux :
Mellin, tes vers emmielez
Qui aussi doulx, que ton nom, coulent,
Au nectar des Muses meslez
L’honneur de tous les autres soulent.
     Celuy, qui n’a eu favorable
La Muse lente à son secours,
D’un artifice miserable
Enfante les siens durs, et lours.
Pourquoy donques si longue nuit
Veulx tu sur tes labeurs estendre,
Opprimant la voix de ton bruit,
Qui malgré toy se fait entendre ?
     Telle est la vertu, qu’on palie,
Estant à soymesme cruel,
Que la paresse ensevelie
D’un silence perpetuel.
Sus mon luc, va toy reposer
En la royale MARGUERITE,
Que le ciel voulut composer
Sur le protraict d’une Charite.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Du Bellay s’adresse à Saint-Gelais (1549-1553) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 3 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/794.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search