Jacques Peletier du Mans s’adresse à Mellin de Saint-Gelais (1547)

Dernière mise à jour : 31 octobre 2018

Jacques Peletier du Mans, Les Œuvres poétiques, Paris, Vascosan-Corrozet, 1547.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

« A monsieur de Saint Gelais », f. 101 r°-103 r°.

Je n’ay de qui moins je me doyve craindre,
Et n’ay à qui mieux je me puisse plaindre,
Qu’à toy, Merlin : n’à qui avoir refuge,
Pour de ma cause avoir un meilleur juge,
Ne qui de moy pour moy mieux la reçoive :
Non qu’autrement ton esprit prendre doyve
Tant de plaisir, et loisir d’escouter
Tout le discours que te pourroy’ conter :
Mais l’exercice auquel nous nous plaisons,
Et dont tous deux profession faisons,
Et la science où addonnez nous sommes,
Tant bien seante aux gentilz cueurs des hommes :
Brief les certains accors spirituelz
De ce que suis, et de ce que tu es,
Sans regarder à autre qualité,
Prenent cela de leur autorité.
Je ne veux point parler aux malveuillans,
Le tort et droit à rebours recueillans :
Mais bien mes vers là s’addressent et tendent,
De faire apprendre à ceux qui rien n’entendent,
Ou font semblant de n’y entendre rien,
Comme je parle à un qui l’entend bien :
Tant que l’ayant appris se divertissent,
Ou leur sotise en haine convertissent :                            [f. 101 v°]
Et si sus moy ont le cueur desormais,
A tout le moins, que je n’en puisse mais.
Les envieux ont mes labeurs repris,
Et vont disant qu’ay assez entrepris :
Mais sans avoir le mien deu achevé,
J’ay laisse choir par voye un fais levé :
Et de quitter un commencé affaire,
C’est signe clair de plus n’en povoir faire.
Premierement de mon plus ou mon moins,
J’en offre icy mes œuvres pour tesmoings :
On peut juger quelle sera l’issue,
En regardant la besongne tissue.
Mais je pourroye alleguer pour deffaitte,
Qu’en ne rendant une charge parfaitte
Que de moymesme entreprise j’avoye,
Je n’ay fait tort qu’à moy par ceste voye :
Je leur pourroy’ dire, qu’en translatant
Y a grand’ peine, et de l’honneur pas tant :
(Car du profit, je suis, sans en mentir,
Jusques icy encor’ à m’en sentir)
Le plus souvent le regle et loy du metre
Nous rend contreintz d’ajouter ou d’omettre :
Ou en voulant suyvre fidelement
L’original, il nous prend tellement,
Qu’il faut user d’une grand’ periphrase,
[Ou fau]t sauver du vulgaire la phrase :                        [f. 102 r°]
Et ceux qui n’ont qu’à l’un des deux respect,
Ilz vous tiendront d’ignorance suspect.
Voilà des pointz assez avantageux,
Pour refroidir un homme courageux,
Et le tirer de celle intention,
Pour s’addonner à son invention.
Mais ce n’est là, que je veux recourir,
Je ne veux point deshonneur encourir
D’une inconstance, ou que j’aille fuyant
Difficulté ou labeur ennuyant :
Et si ne veux tant donner de soulas
Aux envieux, que de m’avoir veu las.
Bien veux je avoir d’achever le loisir
Cela que j’ay entrepris pour plaisir :
Et en laissant mon propos reposer,
Autre repos je me veux proposer :
Car Poesie en moy n’est, Dieu mercy,
Le meilleur don, et n’est le pire aussi,
Que par faveur m’aint departi les Cieux :
Ilz m’ont donné chose encor’ qui vaut mieux,
En quoy je puis maintz espritz de mon temps
Et du futur, faire de moy contens :
Et quand aux vers, j’en donne au temps present
L’eschantillon, erres d’entier present :
Bien qu’il n’y ait que la posterité
Qui le present entier ait merité :                                       [f. 102 v°]
C’est d’elle seule avoir j’espere et pense
De mes labeurs la digne recompense :
C’est celle là qui un bienfait avoue,
Et sans envie, en l’avouant le loue.
Je ne dy pas que ce temps ordinaire
N’ait maintz espritz de vouloir debonnaire,
Qui font les leurs d’honneur present jouir,
Quand on les voit des bienfaiz resjouir :
Sont ceux à qui ma Muse se dédie,
Qui ont povoir de la faire hardie,
Plus que n’ont ceux qui veulent l’outrager,
De nompovoir de la décourager :
Il y en a qui ne peuvent n’y veulent
Louer un seul, et qui de tous se deulent :
J’entens ceux là qui d’arrogance folle
Cuident voler plus hault qu’Aigle ne vole :
Lesquelz ayans tel vol comme les Pies,
Là où ilz sont ne servent que d’espies,
Pour les labeurs des autres agguetter,
Et par derriere apres en cacquetter :
Ilz ne sauroient faire d’eux œuvre aucun,
Et vont blamant les œuvres de chacun :
Et là dessus tout leur renom ilz fondent :
Mais comme on voit qu’au chaud les neiges fondent,
Un jour viendra que ceste renomme
Avecques eux s’en ira en fumee.                                        [f. 103 r°]
Pour l’Orthographe ilz entrent en cholere
Comme pour chose indigne qu’on tolere,
En alleguant l’usage pour l’abus :
Mais tout cela n’en vaut pas les tabutz :
Je ne me veux, comme eux, rompre la teste :
La lettre laisse, et à l’esprit m’arreste.
Mais je dy bien qu’alors la langue ment
Qu’elle n’accorde avec l’entendement :
Aussi l’escrit dément la voix absente,
Si cas avient qu’à elle ne consente :
Si au François les lettres s’observoyent
A proferer comme s’elles servoyent,
Une grand’ part des motz en les sonnant
Resembleroient au Breton bretonnant.
Et pour prouver cest usage plus vain,
On trouvera à peine un escrivain,
Et les deust on amasser tous ensemble,
Dont l’Orthographe à une autre ressemble.
Mais c’est assez : j’ay là mon reconfort,
Qu’un jour sera le bon droit le plus fort.

Moins et meilleur.

NB. Dans son Joachim Du Bellay, (Lille, 1900, p. 35), Henri Chamard porte ce jugement sur les Œuvres poétiques de 1547 : “Si le Blason du Cueur, si les Epigrammes et l’Epître à Mellin de Saint-Gelays dénotaient encore un disciple de Marot, le reste était d’un éclaireur de la Pléiade”.

Voir ici la numérisation de cette page.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Jacques Peletier du Mans s’adresse à Mellin de Saint-Gelais (1547) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 3 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/789.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search