B.N. fr. 878 (ms. de Nicolas de Touteville)

Fiche en cours d’élaboration
Dernière mise à jour : 16 mai 2015

1. Destinataire et datation

Luigia Zilli, dans son édition des sonnets de Saint-Gelais, indique que ce manuscrit a été copié pour Nicolas de Touteville, sieur de Villeconnin, en 1563. Cette datation est fournie au f. 3 v°, à la fin de l’Hymne adressé au dédicataire. Celui-ci est un fils naturel de François Ier, né en 1545 et mort en 1567. Brantôme évoque ce personnage – dont on sait peu de choses, sinon qu’il fut protestant – dans ce passage des Dames galantes :

[…] j’en ay oüy conter d’une grand dame, laquelle eut Villeconnin, enfant du roy François Ier. Elle le pria de luy donner ou assigner quelque peu de bien, avant qu’il mourust, pour l’enfant qu’il luy avoit fait : ce qu’il fit. Et luy assigna deux cens mille escus en banque, qui luy profiterent et coururent tousjours d’interest, et de change en change ; de telle sorte qu’estant venu grand, il despensoit si magnifiquement et paroissoit en si belle despense et en jeux à la cour qu’un chascun s’en estonnoit ; et presumoit-on qu’il jouissoit de quelque dame qu’on n’eusse point pensé ; et ne croyoit-on sa mere nullement ; mais, d’autant qu’il ne bougeoit d’avec elle, un chascun jugeoit que la grande despense qu’il faisoit procedoit de la jouissance d’elle ; et pourtant c’estoit le contraire, car elle estoit sa mere ; et peu de gens le sçavoyent, encore qu’on ne sceust bien sa lignée ny procreation, si ce n’est qu’il vint à mourir en Constantinople, et son aubene (comme bastard) fut donnée au mareschal de Rets, qui estoit fin et sublin à descouvrir tel pot aux roses, mesmes pour son proffit, qu’il eust pris sur la glace, et verifia la bastardise qui avoit esté si longtemps cachée ; et emporta le don d’aubene par-dessus M. de Teligny, qui avoit esté constitué heritier dudict Villeconnin. D’autres disoyent pourtant que cette dame avoit eu cet enfant d’autres que du roy, et qu’elle l’avoit ainsi enrichi du sien propre ; mais M. de Retz esplucha et chercha tant parmy les banques qu’il y trouva l’argent et les obligations du roy François […].
2. Le copiste P.D.M.P

Le copiste du ms. BN fr. 878 signe des initiales P.D.M.P. (voir ici). Il précise que le manuscrit ne contient qu’une partie de l’œuvre de Saint-Gelais “cy dedans […] escrite à la main”, tandis que “la grand’ partie / Est entre les humains morte et ensevelie” (f. 4 v°). Pour autant, il assure que sa transcription est fidèle : Saint-Gelais, mort en octobre 1558, nous a “laissé ces escritz […] / Tel qu’en ce livre icy clairement [il] verroi[t] / “S’il [lui] plaisoit de [ses] yeux en faire la lecture” (f. 3 r°).

Il s’agit manifestement d’un lecteur attentif de Du Bellay, dans la mesure où ses liminaires s’inspirent de fort près de pièces du tombeau que ce poète consacre à Saint-Gelais. On note aussi l’absence, dans ce codex pourtant conçu sur le modèle d’une édition collective imprimée, de la célèbre chanson “Laissés la verde couleur”, critiquée dès 1549 par Du Bellay.

3. Liens avec l’édition imprimée Harsy, 1574

Stone note une grande proximité entre la leçon de ce manuscrit et celle de l’édition collective Harsy, 1574. Il envisage que l’imprimé ait été élaboré soit à partir d’une copie de B.N. fr 878, soit à partir de ce manuscrit lui-même (Voir Stone, t. 1, p. xiv). Il nous paraît indéniable que ce ms., directement ou indirectement, est bien la source de l’imprimé. Celui-ci en reprend toutes les pièces de Saint-Gelais (seuls les liminaires de P.D.M.P. sont omis), quasiment toujours dans le même ordre. L’édition Harsy ne rajoute que 4 textes, à la fin de l’ouvrage, à ceux que l’on trouve dans ce ms.


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Description du ms. B.N. fr 878 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 3 mai 2013, mis à jour le 16 mai 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/754.



Citer ce billet
Claire Sicard (2013, 3 mai). B.N. fr. 878 (ms. de Nicolas de Touteville). Demêler Mellin de Saint-Gelais. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/niiv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search