Le tombeau latin de Saint-Gelais par Du Bellay (1558-1559)

Dernière mise à jour : 11 janvier 2017

Dès octobre 1558, Joachim Du Bellay publie un poème (Tum. 39 , Joach. Bellaii Andini poematum lib. quatuor : quibus continentur, elegiae, amores, varia epigr. Tumuli, Paris, Frédéric Morel, 1558) en mémoire de Mellin de Saint-Gelais récemment défunt. On peut en consulter le texte numérisé ici.

Mellini Sangelasii.

Pierides, Paphiæ’que simul lugete puellæ,
     Et si quod priscis numen Amoris erat.
Túq; adeò, tu Phœbe parens, tu dia Minerva,
     Et cum blandiloquo Suada diserta Deo,
Tu Diva ante omnes, cœlo que nomina ducis,
     Aurea quòd cæli sydera cuncta notes,
Lugete uno omnes positas in corpore dotes
     Unius interitu nunc periisse gravi.
Heu periit nostri Mellinus gloria secli,
     Ipse etiam humani deliciæ generis.
Auribus ille fuit Regum gratissimus unus,
     Mellifluus vates unus et ille fuit.
Cúmque ex munifica studiosi principis aula
     Ipse sibi ingentes quærere posset opes,
(Quod proprium vatum est) parvo contentus, in omneis
     Vel minimos vates officiosus erat.
Testantur multi, hoc commendatore, poëtæ
     Divitiis aucti, muneribúsque novis.
Cætera quis nescit ? nec Pindo Delius ipse,
     Nec magis est sylvis Delia nota suis,
Quàm Gallis Mellinus erat, cui melle fluebat
     Mellita ex lingua dulcius eloquium.
Illius ut cecinit mellitos Regia versus,
     Illius interitum sic quoque et ipsa gemat.

On peut noter que cette pièce est encadrée par un distique latin consacré à Guillaume Du Bellay et l’épitaphe que Joachim Du Bellay compose pour lui-même (Sui ipsius).

*

Outre cette première pièce, Du Bellay fait paraître son tombeau de Saint-Gelais l’année suivante, à la suite de celui de Henri II : Tumulus Henrici Secundi Gallorum regis christianiss. per Joach. Bellaium. Idem gallice totidem versibus expressum per eumdem. Accessit et ejusdem elegia ad illustriss. Principem Carolum Card. Lotharingum, Paris, Frédéric Morel, 1559. (Voir la numérisation de l’ouvrage). L’intégralité des vers du tombeau (sans l’épître en prose au lecteur) est réédité un an plus tard dans Léger Duchesne, Farrago poematum, t. 2, Guillaume Cavellat, Paris, 1560, f. 333 r°-334 v°. On trouve également une de ses pièces dans le ms. Vienne 10.162 (voir infra)

Le tombeau publié à la fin de l’édition Morel est composé de sept pièces :

  • une épître en prose latine au lecteur
  • cinq poèmes originaux en latin, dont un (pièce 5.) dans lequel les ultima verba de Saint-Gelais sont mis en scène en 1ère personne, avant d’être déclinés dans une pièce très proche mais composée cette fois en 3e personne (pièce 6.). La pièce latine 5, dans laquelle Saint-Gelais dit « je », est reproduite dans Vienne 10.162 (fin XVIIe / XVIIIe siècle, copie probable du ms. Desportes perdu), comme si elle avait été composée par Mellin lui-même (ce que l’on ne peut totalement exclure).
  • enfin, le tombeau s’achève avec la traduction latine, par Du Bellay, d’une pièce qu’il présente comme « une épigramme de ce même Mellin : il l’avait rédigée lui-même en vers français, peu de temps avant son décès et elle est tout à fait charmante, comme tout ce qu’il fait ». Il s’agit du poème connu sous le titre « Du rousseau et de la rousse ». La version latine de Du Bellay est plus violente encore que l’original français, reproduit ici.

Les textes et les traductions ci-dessous sont donnés d’après l’édition de Geneviève Demerson : Joachim Du Bellay, Œuvres poétiques, t. VIII. Autres œuvres latines, Paris, STFM, 1985, p. 30-37.

1. Lectori

Cum post sequentem Elegiam vacuae paginae superessent, visum est tumulo Henrici Regis fortissimi tumulum addere Mellini Sangelasii poetae mellitissimi, scilicet ut Marti Musae, et optimo Principi optimus poeta jungeretur. Neque vero quenquam aequioris judicii, qui literas tantum attigerit, hoc improbaturum arbitror, cum sciat Ennium poetam vetustissimum in Scipionis illius Africani tumulo, authore Cicerone, fuisse conditum. Addidimus, ne quid omnino vacuum restaret, et ejusdem quoque Mellini Epigramma, quod ab eo ipso paulo antequam excederet, Gallicis versibus perquam lepide (ut omnia) conscriptum : quo magis venustissimi illius poetae ingenium Latino etiam lectori perspectum esset, totidem hendecasyllabis expressimus.

« Au Lecteur » (traduction Geneviève Demerson)

Comme après l’élégie qui va suivre il restait encore quelques pages blanches, il m’a paru bon d’ajouter au tombeau du très brave roi Henri le tombeau de Mellin de Saint-Gelais, le poète tout de miel, pour joindre – bien sûr – les Muses à Mars, et au meilleur des princes le meilleur des poètes. En fait, à mon sens, il n’y a pas un homme de bon jugement, pour peu qu’il ait touché aux lettres, qui désapprouvera mon projet, puisqu’on sait qu’Ennius, un poète des très anciens temps, a reçu, si l’on en croit Cicéron, une sépulture dans le tombeau du fameux Scipion l’Africain.
Nous avons ajouté encore, afin qu’il n’y eût absolument pas de blanc, une épigramme de ce même Mellin : il l’avait rédigée lui-même en vers français, peu de temps avant son décès et elle est tout à fait charmante, comme tout ce qu’il fait. Pour que le talent et la très grande élégance de ce fameux poète soient pleinement accessibles, même au lecteur de langue latine, nous avons traduit ce texte en autant d’hendécasyllabes.

2. Tumulus Mellini Sangelasii

Sepultus, hospes, hic jacet Gelasius,
Pater leporis et joci, Gelasius,
Simulque grande seculi decus sui,
Ab ore cui fluebat Atticum melos.
Disertus idem et eloquens, probus, pius,
Ciere doctus aureae sonos chelys,
Notare cautus ignei faceis poli,
Juvaret ut bonos, bonus parum sibi.
Quid amplius, mororue quid diutius ?
Sepultus, hospes, hic jacet Gelasius,
Pater leporis et joci, Gelasius,
Simulque grande seculi decus sui.

« Tombeau de Mellin de Saint-Gelais » (traduction Geneviève Demerson)

Ci gît, ô étranger, Gelais, le père de la grâce et du badinage, Gelais qui, en même temps, était la grande gloire de son siècle. De sa bouche coulait une mélodie attique. Il était, aussi bien disert et éloquent, probe, pieux. Il savait tirer les sons de la lyre d’or ; il notait attentivement les flambeaux du ciel étincelant, pour aider les gens de bien ; il se faisait peu de bien. Pourquoi m’attarder davantage, plus longtemps ? Étranger, ci-gît sous cette pierre Gelais, le père de la grâce et du badinage, Gelais qui, en même temps, était la grande gloire de son siècle.

3. Mellini Sang. Etymon

Qui nomen tibi, culte Sangelasi,
Mellini imposuit Gelasiique,
Mores ille tuos, tuos lepores,
Ipso tam bene nomine indicavit,
Pictae ut nil melius queant tabellae.
Mellitos oculos vocat Catullus,
Tener, molliculus tuus Catullus.
Mellitos quoque saepe sic vocamus
Dulces versiculos venustulosque,
Et quales tibi Musa dictitabat.
At Flaccus Lyricae potens Camoenae,
Graecos dum sequitur disertiores,
Ridentem vocat auream Dionem.

« Étymologie du nom de Saint-Gelais »(traduction Geneviève Demerson)

Celui qui t’a donné, ô Saint-Gelais, homme de grande culture, le nom de Mellin et celui de Gelais (« souriant »), a si bien révélé ton caractère et ton charme par cette dénomination, que des portraits ne pourraient faire mieux.
« De miel » : Catulle qualifie ainsi des yeux, ton cher Catulle, le tendre, le délicat. « De miel » : nous qualifions ainsi, souvent, les petits vers, doux, gracieux, tels que ceux que te dictait toujours la Muse.
Mais Horace, le maître de la Camène lyrique, qui suit les Grecs toujours diserts, donne à Dioné, quand elle sourit, le qualificatif « en or ».

4. In ejusd. carmina

Olim multa sibi suisque Musis
Lusit carmina Sangelasianus :
Quorum pars tenebris jacet sepulta,
Pars descripta manu huc et huc vagatur
Per manus hominum venustiorum,
Suppresso titulo. Hunc tamen poetam
Cunctis Gallia praetulit poetis,
Quorum carmina docta perleguntur
Typis edita tot laboriosis.
Sic quod ipse sibi et suis negabat
Nomen versibus invidus poeta,
Ultro scilicet id benigna fama
Illi detulit, et quidem merenti.
Quid, si quae latuere nocte longa
Cum blattis tineisque muribusque
Dias luminis exeant in oras ?

« Sur les vers du même » (traduction Geneviève Demerson)

Un temps, Saint-Gelais s’est joué à faire de nombreux poèmes, pour son plaisir et celui des Muses. Une partie d’entre eux gît, ensevelie dans les ténèbres ; une partie retranscrite à la main, erre ici et là, par les mains des amateurs d’élégance : tout intitulé a disparu. Ce poète, pourtant, la France l’a préféré à tous les autres poètes dont on lit, tout au long, les vers savants, qui ont vu le jour dans tant de diligentes éditions. Ainsi, le renom que le poète refusait, sans aménité, à lui-même et à ses vers, la renommée, bienveillante, le lui a spontanément offert, et certes il le méritait. Quoi ? Se pourrait-il que des textes qui sont restés cachés dans une longue nuit, en compagnie des blattes, des teignes et des rats, parviennent aux divines rives de la lumière ?

Il faut noter la proximité de cette pièce avec le liminaire de P.D.M.P. dans le ms. B.N. fr. 878 (1563) – voir ici.

5. Mellini ipsius cum animam exhalaret

Barbite, qui varios lenisti pectoris aestus,
     Dum juvenem nunc sors, nunc agitabat amor,
Perfice ad extremum, rapidaeque incendia febris,
     Qua potes, infirmo fac leviora seni.
Certe ego te faciam, superas evectus ad Auras,
     Insignem ad Citharae sydus habere locum.

« De Mellin lui-même, alors qu’il rendait le souffle » (traduction Geneviève Demerson)

Luth, toi qui as apaisé les divers bouillonnements de mon cœur quand le destin, quand l’amour agitait ma jeunesse, achève ton œuvre, jusqu’au bout, et rends moins pénibles pour un faible vieillard – tu le peux – les brasiers d’une fièvre dévorante. Certes moi, lorsque j’aurai été emporté vers les brises du ciel, je te ferai tenir une place bien en vue, à côté de la constellation de la Lyre.

6. Bellai in eand. sententiam

Barbite, qui varios lenisti pectoris aestus,
     Dum canit atque, anima deficiente, cadit.
Scilicet, ut niveo referebat pectore olorem,
     Sic Mellinus erat tunc moribundus olor.
Et poterat saevum tam dulci carmine Ditem
     Flectere, si Ditis viseret ille domos,
Sublimem evexit sed Phoebus ad astra, lyramque
     Ad Citharae sydus jussit habere locum.

« De Du Bellay, sur le même sujet » (traduction Geneviève Demerson)

Luth, tu as apaisé les divers bouillonnements de son cœur tandis qu’il chantait et qu’il tombait, rendant l’âme. Évidemment, si Mellin, pour son cœur de neige, faisait penser à un cygne, de même alors, au moment de mourir, il était un cygne. Il pouvait, par son chant si doux, fléchir le cruel Dis, s’il allait visiter la demeure de Dis, là-bas, mais Phébus l’a entraîné dans les airs vers les astres, et il a donné à sa cithare une place bien en vue, à côté de la constellation de la Lyre.

7. In Rufum quendam ex Gallico Mel. Sangelasii

Et Rufum quoque Juppiter creavit
Per lusum atque jocum, volensque Rufi
Robare ingenium : Puelle (dixit)
Vah quam bellulus es, venustulusque !
Rufus continuo : perhercle bellus.
Responsum haud placuit Jovi. Superbis,
Pulchellusque tibi videris (inquit)
Rufe, tu nimium colorem ob istum
Innatum vitulisque buculisque.
Ast hinc quam tibi sit superbiendum,
En quaeso videas, miselle Rufe.
Nam pes iste tuus, tuique sudor
Foedi corporis atque virulenti
Dirum perpetuo dabunt odorem.
Haec ille. At lacrymans abit misellus,
Iratus sibi Rufulus misellus.
Rufulamque adiens, sub ejus alis
Olentem reperit virum capellae.
Mox sese olfaciens, suis et ipse
Sub alis miser invenit cubantem
Hircum. Hinc scilicet enecant vicissim,
Mutuoque malo remunerantur
Rufum Rufula, Rufulamque Rufus.

Blanchemain indique que cette traduction est rééditée dans Léger Duchesne, Farrago poematum, Paris, 1560, f. 334 v°.

« Du rousseau et de la rousse » (d’après l’édition D. Stone, t.1, p. 71-72.)

     Un jour en s’esbattant,
Dieu crea le rousseau,
Puis dist en le tentant :
« Garçon que tu es beau ! »
Le rousseau sans sejour,
Dist : « Beau comme le jour. »
     Dieu print mal ce langaige,
Et dist : « Voy-tu, rousseau,
Tu prendz gloire au pelage
D’une vache ou d’un veau ;
Le pied auras suant,
Et le reste puant. »
     Le rousseau bien fasché,
S’en vint à la rousselle,
Et luy trouva caiché
Un bouc soubz son aisselle.
Puis la sienne sentant
En trouva tout autant.
     Oncques puis roux ny rousse
N’eurent accord parfaict.
L’un tousjours se courrousse
Et trouve l’autre infaict ;
Ailleurs on n’en veut point.
Les voilla bien en point.

Pour l’analyse de cet étrange tombeau latin, voir notre article – SICARD Claire, « “J’irai cracher sur vos tombes”: l’étonnant hommage de Du Bellay à Saint-Gelais »CamenaeSavoir vivre et grossièreté, numéro 19, dirigé par Sylvie Laigneau-Fontaine, 2016.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Le tombeau latin de Saint-Gelais par Du Bellay (1558-1559) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 2 mai 2013, mis à jour le 20 juin 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/672.