Pierre de Sapet parle de Saint-Gelais (1556)

Dernière mise à jour : 2 mai 2013

Pierre de Sapet, Les enthousiasmes ou eprises amoureuses de P. de Sapet, Paris, Jean Dallier, 1556.

Voir la numérisation de l’ouvrage.

« A Arn. de Labat Bourdelois, Doien de Castel-Jaloux », f. Aij r°- Bij v°. Pierre de Sapet mentionne, à la fin de cette épître dédicatoire en prose, nombre d’auteurs et de lettrés contemporains. Il commence par les poètes de la nouvelle génération (Étienne Jodelle, Pierre de Ronsard, Joachim Du Bellay, Jean-Antoine de Baïf etc.) tous issus de ce “cheval Troien” que constitua l’enseignement de Jean Dorat – lequel donne par ailleurs un liminaire à l’ouvrage. Sapet évoque également le milieu toulousain et languedocien dans lequel son dédicataire et lui-même évoluent : Pierre Paschal, Michel Pierre Mauléon de Durban ou Pierre Gilbert. Les auteurs et humanistes de la génération précédente, très liés à la cour de Henri II, n’apparaissent que dans les dernières lignes du texte. Le nom de Saint-Gelais est notamment associé à ceux de Lancelot de Carles et de l’helléniste Pierre Danès.

Je ne doubte point que si je voloi m’éforcer d’illustrer et faire cognoistre à nos François en leur langue, ce qu’a esté mis par les anciens en Grec ou en Latin, que mes labeurs et bons voloirs n’encourussent les reprehensions et haines de plusieurs : et de ceus mesme qui sont appelés doctes et le sont. Car et maintenant je ne suis pas sans avoir entendu, qu’il y en aura, et sont desja (possible) quelques uns, auquels cette maniere et façon de philosopher n’agréera du tout pas : d’autres qui ne trouveront pas bon que je traite l’Amour en prose, comme on parle, estant cette charge enjoincte et recommandée, et presque deüe et propre à la Poësie seulement : Aucuns autres sortiront à qui [f. Aij v°] le titre ne plaira pas, et enquerront ceus là, si la prose et l’Orateur sont capables de l’Enthousiasme, et encore d’autres seront si degoustés, qu’ilz estimeront qu’en François on ne peut rien traicter et escrire de bon. Mais ni aus uns ni aus autres, je ne respondrai rien pour cette heure. Et de débatre aussi si le Prosoieur et l’Orateur peut estre enthée, (s’il fault ainsi parler) ou le rythmeur et le Poëte seulement, il seroit long en ce lieu à deduire. D’une chose me tiendrai-je pour contant que et ce Pericle, qui en ses harangues foudroit et tonnoit, Gorgie, Isocrate et autres, et ce divin Platon seront repris et vituperés de mesme comme moi, avecq lesquels me seroit tousjours glorieus d’estre châtié et corrigé. Non que je me vueille comparer à ceus là, ou que je soie plus docte et plus sage que ceus qui communément escrivent, ou que pour escrire je doibve estre plus prisé. Car je vous asseure bien, que toutes et quan- [f. Aiij r°] tes fois qu’il m’advient ou m’est besoing de penser et conferer, ou par moy ou avecques mes amys, lesquels d’entre nous jeunes hommes sont les plus à priser, ou ceus qui se meslent d’escrire, ou ceus qui n’escrivent du tout point : ceus là, asseurément, me semblent sans ce qu’ils sont les plus heureus, estre les plus sçavans, à ceus là se doibt le païs sentir et juger plus obligé, et la jeunesse plus redevable, qui n’escrivent du tout point. Et ce pour beaucop de raisons et d’esgars que je tai maintenant. Car je n’oseroi pas nier ou ne confesser point que nous ne soions venus despuis quelque temps en çà, quelques je ne scai quels nouveaus Sapets, et un tas d’autres aussi, qui à peine demi éclos de nature au moins à peine demi couvés des Sciences et bonnes cognoissances, legers et volages, sans arrest et jugement aucun, nous sommes adonnés à escripre premier que de sçavoir bien lire, et avons joué devant le peuple, et monstré nos jeunes coups d’essay, [f. Aiij v°] avecques quelque levée de bouclier, nous escrimans contre nos umbres, et ce pendant nous appellans Poëtes, Orateurs et Philosophes, nous coronnons et vantons de déniaiser la France, nous immortalizons les uns les autres, pour un sonnet, un Odillon, une épitre, quelque mot inventé, quelque nouvelle façon de parler, ou quelque traduction nous vantons et bravons victorieus du Ciel et de la mort, dépitans l’envie et la fortune, nous donnons à nous mesmes licence de tout faire ou de tout dire, fondans en nos folies une immortalité, je ne di pas qu’il ni [=n’y] ait de toutes tailles bons levriers. Mais à mon gré pourtant, qu’il y eut des Critiques, et que moi qui t’escri maintenant ne t’escrivisse pas, si je ne faisoi bien. Je ne poursuivray pas maintenant les maus que telle licence et permission nous aporte, et combien elle a destourné et reculé les heurs et les avancemens de notre France. Un point declarerai-je sans plus, puis qu’il fault que [f. Aiiij r°] je die, que je pense que ce soit la cause paradventure principalle, pourquoi ne sont encores en icelle battizés hauts et graves sugects : pourquoi encores ne soint nées en notre France hautes et bonnes matieres, n’est en bien peu, et de bien peu aussi, et depuis quelque temps : Non que celle soit la seule cause de celà : car la nonchalance de noz doctes homes aussi nous a beaucop endommagés, lesquels me perdonneront si leur plait, si je le leur reproche, car encores qu’il y ait faulte de Supports et Mecœnes au jourd’huy. Bienque l’envie soit grande et suive communément ceus qui neuvent, et premiers veullent donner auctorité à quelques mots : tout ainsi qu’il seroit necessaire à ceus qui voudroint désiler notre France, et la faire grande : toutesfois aussi que la difficulté y soit grande, et qu’on treuve non seulement difficile et malaisé, ains presque impossible de toucher et recommander la Philosophie aus lettres Françoises, neant- [f. Aiiij v°] moins qu’il n’i ait pas grand espoir de louange, ou qu’on ne puisse pas avoir nombre de lecteurs, ni communs ni autres, les uns pour estre trop rudes et trop grossiers, et la matiere qui pourroit estre grave et difficile d’elle mesme : ou pour les nouveaus traits qu’il besoigneroit faire pour tracer telles matieres. Les doctes d’autre costé pour le mépris et mescontantement de la langue ou pour voir la Philosophie traittée en icelle que par ce qu’ils aimeroint mieus recourir au Grecq, ou au Latin, comme aus sorces et fontaines, si me semble il qu’ils ont trop froiddement et iniquement resjouy ce labeur, et en ce ont ils esté meschans, car bien que pour le salaire et loier de leur peine, ils ne deussent avoir que la peine, le mépris et l’envie. Si debvoint ils avoir plus d’esgard au païs, qu’à leur privé et present proffit, à la posterité qui juge sans envie : qu’à ces malheureus temps. Car il n’est rien qui tant agrandisse le roiaume [f. Av r°] ou l’empire, comme fait la langue bien entretenue et cultivée : comme nous appert par la diligence qu’ont faicte les Romains à l’endroit de la leur. Marc Varron l’un des plus doctes et plus graves que le Soleil des Romains ait jamais regardé, s’estant proposé millefois ces raisons et maintes autres, n’a pas pourtant laissé pour cela couler les occasions, d’ecrire au langaige Romain et Latin : ni par la difficulté, ni par le mépris, ni par l’envie, ni par la pauvreté de la langue, ou le desespoir de gloire et d’honneur, ou la faute des lecteurs, il n’a sceu estre reculé ou detourné de son entreprise. Sur ce coup icy il me semble que quelques uns respondront, que notre langue est pauvre, et bien il la faut enrichir : et comme les marchans traffiquent les uns avecq les autres, ainsi faut il que nous faisions avecq les langues et disciplines étrangeres. Lucres se plaint bien de sa langue, la disant souffreteuse. Comment doncq est elle deve- [f. Av v°] nue si aisée, si copieuse, si pleine et opulente ? Ils l’ont augmentée, ainsi doncq nous faut il faire à nous. Mais combien de meilleurs moiens en avo[n]s nous, que n’ont pas eu les Latins ? Ils ont imité le Grecq et emprunté de luy, et nous avons maintenant et le Grecq, et l’Hebrieu, et leur langue Latine pour faire plus grande la nostre. Mais, malheur : ce dernier conseil a engendré un autre mal, car soubs ce que nous declairons que la langue est pauvre, chacun s’essaie et se donne privilege de l’augmenter, augmenter la faut il necessairement, mon Labat, mais non pas tant de nouveaus mots, ains de mouvelles frases et nouveaus traiz, et ces traits il nous convient choisir et prendre, non en ensuivant ou imitant l’idiome d’un païs étranger, ains les coudre, les joindre et assembler d’une couture Françoïse, et de bons sugects (car ainsi doibt on entendre en ce lieu le mot d’augmenter) et puis qu’elle est begue, et qu’il lui fault bailler une [f. Avj r°] nourrice : faisons le, mais choisissons la qu’elle parle bien. Voila comment nous servirons des autres disciplines, et proffiterons en notre langue. Je ne mettrai pas fin à cette conclusion encore, que je n’aie repeté ce mot : car il me semble necessaire, c’est, que si le temps que nous despondons à cet exercice de langues, nous nous occupions à la cognoissance des choses qu’il n’i auroit rien ez estrangers, pourquoi nous leur deussions porter envie, ou les cherir et priser à pied levé et inconsiderément comme faisons, quand tant et tant de chiquaneries chassées auqueles la jeunesse se rue et se perd, nous traitterions les sciences en notre langue. Tellement que le jeune pourroit vaquer à garder son pais, faisant service à son Roi, et en repos s’adonner à l’estude et à la politique. Voilà comment seroit, et quand sera, et non plustost, que nostre France se monstrera admirable. Je ne me mettray pas en peine maintenant, de prouver s’il fault estudier ou écrire, à cha- [f. Avj v°] cun en sa langue : car je pense que desja châcun en soit assés asseuré, et d’entre ceus de notre siecle et amys de cette langue Latine, Paul Manuce en ha autant escript, et P. de Gilibert gentilhome Tholozain exquisement docte, et versé en tout genre de sçavoir, en une lettre docte et pleine de jugement et de pure eloquence, qu’il escript à P. de Pascal : traittant quel doibt estre le langaige de ceus qui doivent ecrire en Latin, et comment nous devons imiter et nous façonner aus anciens : a heureusement poursuivy cette question, et ledit Pascal, l’Ame de Ciceron encores que si eloquent et si purement stylé en Latin (sans la cognoissance des bonnes sciences qu’il ha) que si les patrons et exempleres Latins que nous suivons estoint perduz (comme quelqu’un de nos Grans a dit) on les pourroit tirer de ses escripts et s’y composer, comme le monstrera l’hystoire qu’il bastit de nostre Roi poursuivant ses preus et heureus faictz, ses gestes, ses victoires et [f. Avij r°] conquestes, en lui inspirant une eternelle vie, et à tous ceus qui font actes gentils, autant vraiement que purement, n’est pas loing de tel advis. Mais pourquoi n’estudierons nous pas en notre langue, puis que des anciens châcun a travaillé à la sienne seulement, estimans et jugeans toutes les autres barbares aupres de la leur, et indignes d’estre aprises, queles qu’eles fussent ? Platon ce croi-je, n’a pas escript en Egyptien, ni semblablement les autres Grecqs, Ciceron, Terence, Varron et autres n’ont pas achapté le renom qu’ils ont pour avoir escript en Grecq ou en Hebrieu. Mais qui rapelle en doubte que notre langue ne vive, si l’on y traitte de bonnes matieres ? les bons sugects font vivre la langue, non la langue les sugects. Au reste qui veult ecrire ne pense point s’il sera veu en Egypte ou en Constantinoble : contante soi de proffiter à son pais. Et à vostre jugement si jamais Homer. Hesiod. Demosthen. Plat. Arist. et tous ces autres Philosophes. [f. Avij v°] Poëtes et Orateurs s’attendoint que un Roi de France Grand pere et redempteur des lettres et des vertuz, les racheptant de la main et servitude d’un Turcq, les faisant venir de si loing, et despuis tant de mille d’ans, les salariant, les mettant aus gaiges et pensions, et les appellant à nouveaus honneurs et dignités ? Galen en quelque lieu dit qu’il n’escript pas ni pour les Gaulois, ni pour les Allemans, n’esperant d’estre leu ou cogneu jamais d’iceus : Et, voiés, il ne vit que par leur moien touteffois. Les Arabes escrivans en leur langue si lourde et si sotte, sont cogneus et prisés en notre France. D’où vient si heureuse mutation ? Sçaves vous que c’est. Quelque Dieu aime nostre France, quelque bon Dieu la regarde. Pourquoi est-ce que du regne des feu Rois n’avoit on veu flourir les lettres en France, comme elles font pour ores ? C’est que Dieu les vouloit faire vivre soubz l’empire du feu Roi, et de nostre Grand Henry. Nous avons depuis quelque [f. Aviij r°] temps la Poësie pareille ou plus pleine que celle des anciens en quelques endroits en nostre langue. Qui doubte que leurs escripts ne vivent ? mon Jodelle se parangonnera tousjours aveque les anciens, et possible que les vaincra, je ne fai point de doubte qu’il ne vive immortel et ce divin Ronsard, mon docte et dous-coulant Baif, et du Bellay, Reste la Philosophie à traitter, laquelle ou ceus que j’ay nommé, ou mon Gilibert, ou vous mon Labat, pleut à Dieu que voulusses traitter : Mais ce Seigneur d’Urban qu’i retisve il, ou pourquoi recule tant ? Je m’asseure bien (et le dirai pour l’en faire souvenir) que quant (oultre le demourant de ces autres divins escripts) il voudra nous donner les Vrai-semblances Fatales qu’il monstrera, combien notre langue est capable de bonnes cognoissances et les peut heureusement traitter, éteignant aisément la lumiere des anciens, Car en ces trois livres il a retié, et serré la quinte essence, la fleur [f. Aviij v°] et le meilleur et le plus necessaire de toutes sciences Hébraiques, Grecques et Latines, divines et humaines. Mais à quoi doncques maintenant veuil-je mettre en lumiere ces follies d’Amour ? Mon Labat, ce ne sont paravanture, pas tant follies en faict, comme semblent en titre : Et si je le fai voluntiers, que m’adviennent toutes les maudissons lesqueles appellent et se prient ceus qui jurent ez anciens non par le Jupiter de pierre, ains par l’obeissance et l’honneur que je doi à mes amis, qu’on s’en prenne à iceus, qu’on le reproche à mon d’Aurat de chez qui sont sortis comme cachés ceus que l’on ha aujourd’huy pour princes et souverains en science ou eloquence : comme jadis de ce cheval Troien, qui jadis exposant à nos François Pindar, Lycofron, Homer. Hesiode, Orphé, Apolloin, Sofocle, Euripide et tous autres anciens, premier met le courage et l’esprit en ceus qui flourissent en cette nostre langue, et ores s’y apreste de mieus en mieus, estant [f. B r°] appellé par le Roi, et ce grand Cardinal, à faire profiter par son commandement tout châcun à cette langue Greque : mais j’espere que bien tost j’en chanterai l’hymne de louange et de remerciement à l’un et puis à l’autre. Prenés vous en aussi à ce docte S. de Pangeas[,] à Pascal et à nostre Gilbert lequel dignement vous prisés tant. Prenés vous en semblablement à ce docte, à ce courtois et humain C. de Kerquifinenseing d’Ardivilliers à qui je suis autant debteur comme je suis amy[.] Je vous les presante pour guarans, prenés vous en a eus. Mais à quoi tous ceus là ? Qu’on s’en prenne à vous mesmes, qui en tout m’y avez aidé et secouru, tant d’esprit, que d’autres choses, accusés vous vous mesme, je le vous baille, soiés en le guarant, je le vous presante comme à l’aucteur : car qu’avoi-je moins deliberé que produire cecy ? Mon labat je ne vous le presante pas pour arre seulement ou pour mon devoir. Car que seroit cecy, conferé et balancé au pres de vos immorteles vertus ? Ou [f. B v°] au grans plaisirs que j’ay receu de vous ? Ains j’espere de vous monstrer en aultre endroit l’amitié que je vous porte. Mais je voi mon labat, je narine desjà plusieurs, qui ne treuvent pas bon ce que j’ay faict ? A ces messieurs je ne dirai rien plus, fors qu’encores doibvent ils et craindre et attendre l’incertain aspect de segonde geniture, tant pour moi, qui pres ces jours pretens produire quelques choses meillieures : que pour ces repreneurs ensourcillés, qui estans si graves et si chanus veuillent encores reinfantiller et renaitre, et que sçavent ces severes messieurs, si le Ciel leur sera si bening en segonde maissance, comme a esté au passé ? Mon Labat nous avons, dieumerci, de quoi paier, et ne fouirons jamais les grans chemins pour cercher les ruelles. Mais qui pourroit satisfaire à tant de gens, souffira de contanter le peu, et le meilleur. Au reste, soit cette alliance doresenavant entre nous, que châcun fasse ce qu’il pourra : Tâché chacun à proffiter à [f. Bij r°] la posterité, comme ont faict ceus qui nous ont precedé. Ait la Provence mon Armand, qui outre la divine grace de bien dire qui est en luy : prattique heureusement sa medicine devançant tous autres de bien loing comme l’Homere dit. ait mon Maure pareillement et Pinchinat. Lanquedoc aura mon Pascal mon Gilbert : la Champaigne se glorifira de son le Bon : le Lionnois tiendra le docte Scæve, et la France s’en priserà. De ma part, où que je soie, ou quelque reng que je tienne : s’il y a quelque lieu pour moi, je me mettrai en peine d’illustrer et faire valoir, de mon pouvoir, nostre France. Mais mon Dieu, que respondrons nous à ces graves et doctes Seigneurs ? au Seigneur reveren. de Monluc, à ce Seigneur reverendiss. de Carles et à ce reverendiss. Prelat de Montpellier les plus doctes que nostre ciel puisse couvrir, à ce docte et admirable Danés et au S. de S. Gelais ? mon Labat je remets le livre entre vos mains, et à mes amys : qui en sont [f. Bij v°] pleges et guarans, dittes, mon Labat, ce que vous dittes si souvant, que ce divin Platon a traité de l’amour, Theophraste, Plutarche bref tous les anciens. Ramantevés aussi l’exemple frés de ce grand Bembe, honneur et ornement du saint college, qui aiant les cheveus demi glacés de froid naturel, a bien voulu entretenir son âge décheant, d’une fureur hautement chaude et amoureuse, et docte. Mon Labat, si ainsi vous le faites, je me sentirai de plus en plus vostre redevable, encores que je le soie tout oultre : et me mettrai à mon devoir de vous faire voir bientost quelques bonnes matieres. Et chanterai vos vertus et merites, et encor que je die non ce qu’en est, ains ce qui n’en est pas, approchant plus du moins, que de ce qui est plus : si vous souffira il que je l’aie volu.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Pierre de Sapet parle de Saint-Gelais (1556) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 2 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/647.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search