Louis Le Caron parle de Saint-Gelais (1554)

Dernière mise à jour : 1er mai 2013

Dans le « Le Ciel des Grâces » (Louis Le Caron, La Poésie de Loys Le Caron parisien, Paris, Vascosan-Robinot-Sertenas, 1554, f. 47 r° sq., voir la numérisation), le poète s’adresse à sa Muse, Claire. C’est à cette occasion qu’il fait la liste de ceux qu’il considère comme les grands auteurs de son temps. Il reconnaît certes qu'”Ils sont les divins Poëtes / Dardantz orines sagettes” mais non sans avouer que “La Jalousie [le] tante / De les veoir en telz degrez”.

Saint-Gelais figure en bonne place (la deuxième) dans cette longue énumération onomastique qui voit se côtoyer Pierre de Ronsard, Etienne Jodelle, Maurice Scève, Joachim Du Bellay, Jean Dorat, Marc-Antoine Muret, Jean de La Péruse, Jean-Antoine de Baïf, Jean de Pardaillan, Nicolas Denisot, Jacques Tahureau, Guillaume Des Autels, Olivier de Magny, Jean-Pierre de Mesmes d’abord, puis Etienne Pasquier, Pierre Paschal, Michel Pierre de Mauléon Durban, Guillaume Cappel, Jacques Gohory, François de Vernassal ou encore Claude Gruget.

Si la désignation de Vernassal sous le nom de Quercynois est explicitée par une note marginale (le Quercy ayant donné en ces années au moins quatre grands noms à la poésie française, ceux de Clément Marot, Hugues Salel, Olivier de Magny et, précisément, Vernassal), il n’en va pas de même de celle de “Masconnois”. Il s’agit sans doute de Pontus de Tyard, même si Philibert Bugnyon, certes moins connu que son concitoyen, pourrait également se voir attribuer cette épithète géographique.

Nous ne reproduisons qu’un extrait de cette longue pièce, situé au f. 47 r° et v°.

[…] Tu es de ce ciel princesse,
Que Venus pour toy tourna,
De ses filles la Dëesse,
Dont pompeusement t’orna.
Aussi ta divinité
Ja sur les cieux engravée
Meritoit estre abbreuvée
Du nectar de sainteté.
Le sacrifice plaisant
Qui t’est offert chasqu’un jour
Par les campaignes d’Amour
Dans ton paradis luisant
M’enflame à te faire offrande
De mes chantz en faveur grande.
     Mais quelle troupe chantante ?
Mais quelz poëtes sacrez
La Jalousie me tante
De les veoir en telz degrez.
Qui vous a ravis aux cieux
De la divinité telle
Ronsard, Saint Gelais, Jodelle,
Sceve, Bellay gracieux,
Dorat, Muret immortelz.
Peruze, le Masconnois
Baïf, Panias, Alsinois
Tahureau et Desautelz
Magny, mon de mesme encore                                  [f. 47 v°]
Vous toutz que la France honnore.
     Vous autres que la faconde
Fait reluire admirement,
De vostre langue feconde
Prodiguez l’or clairement.
Quoy ? mon Pasquier amoureux
Veux tu embrasser ma Claire ?
Nul est, que plus ell’ eclaire
Que ton Monophile heureux.
Pascal, Durban, mon Capel,
Gohorry, le Quercynois                                                [note marginale : de Vernassal]
Qui ont rendu au François
Un vaillant bruit eternel,
Gruget et toute la bande
Qui en memoire se bande.
     O ciel, qui les cieux honnore,
Ciel par les cieux honnoré,
Ciel plus honnorable encore
En tes Dieux qui t’ont doré
Lequel des huit cieux porta
Flambeaux de tell’ excellence ?
Quel Dieu par claire vaillance
De tel heur France escorta,
Qu’en cet eage nous voions
Par les astres reluisantz
De ces vrais Dieux conduisantz
Le monde par leur raions ?
Ils sont les divins Poëtes
Dardantz orines sagettes[.]


Pour citer cet article :
SICARD Claire, «Louis Le Caron parle de Saint-Gelais (1554) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 1er mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/639.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search