Olivier de Magny parle de Mellin de Saint-Gelais dans ses Amours (1553)

Dernière mise à jour : 8 juillet 2016

Olivier de Magny, Les Amours d’Olivier de Magny, et quelques odes de luy. Ensemble un recueil d’aucunes oeuvres de M. Salel, abbé de Saint-Chéron, non encore veues, 1553.

En deux occurrences au moins, Olivier de Magny évoque la figure de Mellin de Saint-Gelais dans ce recueil. On notera qu’il veille à ce que le nom de ce poète soit mêlé à ceux de la nouvelle génération.

Plan de la page 
  1. Épître en prose “A Monseigneur de Saint-Cheron et de Saint-Sanson, conseiller et aumosnier ordinaire de la Royne”
  2. “Au seigneur Pierre de Paschal”


Épître en prose “A Monseigneur de Saint-Cheron et de Saint-Sanson, conseiller et aumosnier ordinaire de la Royne” (leçon de l’édition Blanchemain de 1870 – voir le lien – p. 4-6)

Dans cette pièce liminaire, Magny utilise le topos du poète modeste, n’osant présenter son recueil que sous l’égide d’amis qui ont préalablement reconnu la valeur de ses vers. C’est ainsi qu’il affirme qu’il n’aurait pas osé mettre en lumière son travail

[…] sans le bon visage que ce livre a reçeu de messieurs de Ronsard, Dorat, Muret, Saingelais, Jodelle, Baïf et Denisot, personnages qui vous sont assez cogneuz sans que je vous tienne plus long propos de leurs excellences […].

Dans cette liste imposante de sept noms, on remarque que tous les garants mis en avant par Magny appartiennent à la Pléiade, à part Saint-Gelais, placé au centre de cette constellation. 


Retour en haut de la page.

“Au seigneur Pierre de Paschal” (leçon de l’édition Blanchemain de 1870 – voir le lien – p. 87-92).

Dans cette pièce qui évoque notamment des figures importantes dans le parcours de Magny – Hugues Salel, “le Quercynois Homere” (v. 66) ou encore Pierre de Ronsard, “nostre Pindare” (v.80) – comme dans celui de son destinataire, Pierre Paschal – cf. Michel Pierre de Mauleon Durban (v. 121) -, le poète imagine que Saint-Gelais, incarnant ici la figure du poète de cour du règne de Henri II, se penche avec intérêt sur les travaux de Paschal (v. 96-104). Rappelons qu’il fut reproché à Paschal aussi bien qu’à Saint-Gelais de ne pas faire imprimer leurs œuvres.

     Celuy qui les nefs inventa,                                               1
Pour voyager dessus les ondes,
Crainctif aussitost ne tenta
Les fiers boillons des plus profondes ;
Ains seulement dessus les bordz                                         5
Marchoit plus seur d’un grand courage,
Ignorant encor les effortz
Et le brave orgueil de l’orage.
Ores du choc de l’aviron
Sollicitoit les rives basses,                                                   10
Ores il fondoit l’environ
Et l’horreur des plus creuses places,
Ores hardy s’aventuroit
Sur le plus vif de l’eau roulante,
Or’ tout enflé se retiroit                                                        15
Accrochant sa barque coulante,
Enfin l’audace qui l’eprit,
L’enflammant d’un feu non domptable,
Luy fit resoudre en son esprit
Une entreprise emerveillable.                                            20
Il arresta d’aller froisser
Les perilz rongeant les timides,
Et courageux de traverser
L’ample des campaignes humides.
La fierté du temps froidureux,                                      25
Ne des vents la rage effrenée,
La fureur des flotz sonoreux,
Ne la tempeste ramenée,
Les froidz aiguillons de la peur,
Ne la fortune injurieuse,                                                      30
Ne peurent briser en son cueur
Ceste superbe audacieuse.
Ains mettant ses desseins à chef,
Il franchit de course fournie,
Assis sur le sein de la nef,                                                    35
L’Ægée mer et l’Ionie,
Domptant enfin tous les yvers,
Les gouffres, les ventz, le naufrage,
Et faisant bruyre en l’univers
L’invention du navigage.                                                    40
Dès que le chœur des doctes Sœurs,
Race des Dieux et de Memoire,
M’affriandant de ses douceurs,
M’eut de ses eaux offert à boire,
Pauvre et crainctif je ne tentay                                         45
Le gué profond des choses graves,
Ains seulement me contentay
D’environner leurs vertus braves.
Puis empannant mes petitz vers
D’une æsle vaguement legere,                                           50
Je traçay des sentiers divers
Pour atteindre la Messagere :
Je comblay le bruict de sa voix
Des nombres sacrez de ma flamme,
Des biens et des maux que j’avois,                                     55
Par les feux jumeaux de ma Dame.
Tantost heureux en mes amours
Et tantost servant miferable,
Tantost confus en mes discours
J’entonnois un chant agreable.                                         60
Mais depuis que mes fredons bas
Eurent haussé leur resonnance,
Je hastay le train de mes pas,
Pour ravir plus grande excellence.
Je courus hautain publier                                             65
L’honneur du Quercinois Homere,
Et aux chastes Sœurs m’allier,
Qui jadis naquirent sans mere.
Je courus devancer le temps
Qui m’aguignoit de ses traverses,                                     70
Epanissant sur mon printemps
Cent mille fleurettes diverses.
Et non content d’avoir guidé
Ma navire en mer si profonde
Je galopay tout debridé                                                       75
Pour voir la lumiere du monde,
Je dressay mon vol jusqu’aux cieux,
Au sein du tresor le plus rare,
Accostant trop audacieux
Les Graces de nostre Pindare.                                           80
Mais ores que le Ciel benin
M’a faict tant d’heur de te congnoistre,
Emplumant l’honneur du venin
Qu’enchanté je fais apparoistre,
Divin PASCHAL, je veux tenter                                         85
L’abisme de tes vertus sainctes,
Et tes grands merites vanter
Par l’immortel de mes atteinctes.
Jà desjà je voy ce grand Roy,
Ce grand HENRY, Dieu de la France,                              90
S’apprivoysant dessoubz la loy
De tes escriptz pleins d’excellence :
Je voy comme beant il fait
Jugement sain de ta doctrine,
Et comme il estime parfaict                                                95
L’enfantement de ta poictrine.
Je voy le mignon d’Apollin,
Celuy qui repaist son oreille,
Le grave-doux sçavant Mellin,
Tout ravy de ceste merveille,                                  100
Je voy son esprit et ses yeux
Fichez d’un travail qui recrée
Sur le distillant gracieux
De ta langue docte sucrée.
     Ne celuy là qui bégayoit                                                 105
Aux premiers ans de sa jeunesse,
Et dont la louange bruyoit
Sur les mieux disans de la Grece,
Ne l’Arpin par toy renaissant,
N’ont gaigné le prix qui s’appreste,                                 110
Et le sainct honneur verdissant
Qui te vient couronner la teste.
Je voy l’un desjà tournoyer
Ton front et ta perruque molle
Et l’autre me semble ondoyer                                            115
Sur les tresors de ta parole.

Toy desjà tonner ton renom
Outre la Tane si lointaine,
Et voy eternizé ton nom
D’une immortalité certaine.                                               120
Je voy ton Durban studieux,
L’autre miracle de nostre aage,
Abandonner le sein des Dieux
Pour admirer ton doux langage :
Je vous voy tous deux assemblez,                                      125
Je le voy desjà qui t’accolle
Je vous voy tous deux accouplez,
Je le voy comme il s’enrevolle.
Je voy Garonne desborder,
Orgueilleuse de sa victoire,                                               130
Et avec Tolose accorder
L’hymne consacré à ta gloire :
Je voy encor les Sœurs au bal
Mignardans un chant delectable,
Qui ne resonne que Paschal                                               135
Leur cher Paschal inimitable.

     Puissé je voir ainsi mes feux
Rayonner d’une clairté telle
Qu’ils foient de tous et tousjours veuz
Parmy la terre universelle !                                              140
Puissent les traictz de mon soucy
Frapper le cueur de ma guerriere,
Puisse mon nom estre esclaircy
Des rais brillans de ta lumiere.

Retour en haut de la page.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Olivier de Magny parle de Mellin de Saint-Gelais dans ses Amours (1553) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 1 mai 2013, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/624.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search