Pontus de Tyard parle de Mellin de Saint-Gelais et réunit les générations de poètes (1551-1555)

Dernière mise à jour : 1er mai 2013

Pontus de Tyard, Continuation des Erreurs amoureuses, Avec un Chant en faveur de quelques excellens Poëtes de ce tems, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

Lien vers la numérisation de l’ouvrage : Gallica.

La Continuation figure aussi dans les éditions suivantes :

  1. Paris, veuve Guillaume Le Bret, 1554 (voir l’article du carnet et la numérisation) : les deux pièces sont maintenues, mais dans l’exemplaire numérisé le feuillet où devrait figurer la mention de Saint-Gelais dans le “Chant en faveur de quelques excellens Poetes de ce temps” est manquant.
  2. Paris, Madeleine Boursette, 1555 (voir la numérisation) : les deux pièces sont maintenues, voir f. Hvi r° pour la première (p. 24 de la numérisation) et I v° pour la seconde (p. 28 de la numérisation).
  3. Lyon, Jean de Tournes, 1555 (voir la numérisation) : les deux pièces sont maintenues, voir p. 98 pour la première et 104 pour la seconde.

Dans ce recueil, Pontus de Tyard nomme Mellin de Saint-Gelais et fait son éloge (en tant que poète et musicien) à deux reprises. Il est le seul, avec Maurice Scève, à bénéficier ainsi de deux mentions explicites.

1. « Chant à son Luth », p. 54-56.

Le passage concernant Mellin de Saint-Gelais se trouve au début de la pièce (p. 54). Nous ne reproduisons que cet extrait dans lequel Tyard met Saint-Gelais et le luthiste italien de la cour de François Ier, Albert de Rippe, sur le même plan.

     Chante, mon Luth, non la mortelle plainte
Dont justement, làs, je me passionne,
Mais la beauté dont ma Déesse est peinte.
     Chante, et de toy, rien qu’elle ne resonne,
Y employant la mieux parlante corde
Que touche Albert, ou que Saingelais sonne.
     Laisse le son, que l’inique discorde
Te fit chanter pleingnant ma peine dure,
Et à ma voix un plus doux chant accorde. […]

2. « Chant en faveur de quelques excellens Poetes de ce Temps », p. 59-67.

Pontus de Tyard célèbre ensuite “quelques excellens Poetes de ce temps”. La liste qu’il établit a la particularité de réunir les noms de poètes marotiques déjà en activité sous François Ier et ceux de jeunes poètes du règne de Henri II. Il associe également les sphères parisienne et lyonnaise. Mellin de Saint-Gelais figure à la première place de cette énumération (voir v. 90-100). On le trouve aux côtés de Maurice Scève, Antoine Héroët, Lancelot de Carles, Hugues Salel, Louis Des Masures, Clément Marot, Jean Martin, Pierre de Ronsard, Joachim Du Bellay et Guillaume Des Autels.

     Soit que l’Astre de la nuit                                    1
Tombe, ou que Phebus devale,
L’on sent par mesme intervalle,
Que l’une l’autre heure suit .
L’Eternel premier moteur                                        5
Mille fois mille ans assemble,
Desquels l’un l’autre ressemble :
L’ordre d’enhaut est certain,
Guidé de divine main :
Et çà bas tout est menteur,                                      10
Mesmement l’espoir humain
     Tel vaillamment se perdit
Souz la Troyenne victoire,
Esperant que la memoire
Le prys de soy luy rendit,                                        15
Qui dedens son sang noya                                                                                [p. 60]
Sa vie, et l’espoir ensemble.
Telle ame encor de peur tremble,
Combien qu’elle soit dehors
Du pusilanime corps,                                               20
Qu’on chante, qui desploya,
Ses bras contre les plus fors.
     Heureux (puis que le seul loz
De nous apres nous demeure
Et qu’il faut que l’homme meure)                          25
Celuy, de qui n’est encloz
Le nom dessouz le Tombeau.
Heureux, qui resiste contre
L’obscur oubli : et rencontre
La faveur, les doctes vers                                        30
Des frons de laurier couvers,
Qui le font luisant, et beau,
Mort vivre par l’Univers.
     Tenez vous donq asseurez
D’estre heureux, ô vous, qui estes                          35
Amis des sacrez Poëtes :                                                                                    [p. 61]
Vous, qui Parnasse honorez,
Voyez, ô divins Esprits,
Que desjà sus vous redonde
Le miel de vostre faconde                                       40
Sur les Princes respandu,
Ou aux traiz d’Amour perdu :
Et le bruit de vos escrits
Est par ce monde estendu .
     Je voy la posterité,                                              45
Qui prend en noz ans naissance,
Vous offrant pour recompense
L’honneur par vous merité.
Le doux fruit de voz travaux
Soit cueilli en la louenge                                          50
Immortelle, qui vous venge
Des corbeaux injurieux :
Et qui voz noms glorieux
Tire du peril des eaux
Du profond fleuve oublieux.                                   55
     Le Ciel implacable, et fier,                                                                            [p. 62]
D’un œil enflamé regarde,
Lors que sa juste ire il darde
Sus l’ingrat, sus le meurtrier,
De l’honneur et de vertu.                                        60
Gardez vous d’ingratitude,
N’esprouvez la flesche rude
Qui clot le chemin des Cieux,
Et creve aux mortels les yeux.
Il est jà tout abatu                                                    65
Qui est ennemi des Dieux.
     Sus, non ingrats successeurs,
Poussez d’un à l’autre pole
Des traiz de vostre parole
Les sains Prestres de neuf Seurs,                          70
Et leur Apollon Henri,
Qui d’une egale balance
Poise la plume et la lance :
Qui l’honneur deu va baillant
Et au docte et au vaillant :                                     75
Et qui le siecle peri                                                                                               [p. 63]
(Siecle d’or) va recueillant.
     Les Dieux benins ont fait voir
En la fertile province
De tant digne et rare Prince                                   80
L’acroissement du savoir.
Devant l’unique François,
Avoit descouvert la course
De la Cabaline source,                                              85
Dont son aage il arrosa :
Puis au saint Mont reposa,
Où, au langage François,
Plus riche ælle il composa.
     Lors fut au sacré palaiz                                      90
D’immortalité nommée
L’invisible renommée
De Mellin de Saingelaiz.
O que s’il vous fait jouir
De la douceur distillée                                             95
De sa plume emmiellée,
Heureux siecle, qui avois                                                                       [p. 64]
(Direz vous) le luth, la voix,
Qui se sceurent faire ouir
Des oreilles de deux Rois !                                    100
     Scæve si haut son, sonna
Sus l’une et l’autre riviere,
Qu’avecques son mont Forviere
La France s’en estonna :
Qui premier la course ha pris                                105
Par la louable carriere,
Laissant les autres derriere
(Que luy peult en murmurant
Nuire le vil ignorant ?)
Premier emporte le prys                                         110
Auquel tous vont aspirant.
     Voyez encores l’Amour,
Qui heroïquement parle
Souz Heroet. voyez Carle,
Qui dort en l’heureux sejour                                   115
Du Mont au double coupeau :
Voyez Heleine Gregoise,                                                                                     [p. 65]
Habillée à la Françoise,
Par Salel, oyez le chant,
Que çà, et là, va touchant                                       120
Le jeune docte tropeau,
Qui se monstre en se cachant.
     Des Masures soit loué,
Qui au bien imité style
Pour un doublement Vergile                                  125
Des Muses est avoué.
Faites qu’à Marot heureux
Formant sa veine fluide
En Roy hebrieu, ou Ovide
Les longs ans ne nuisent rien :                              130
N’à Martin, qui a fait sien
Le beau discours amoureux
Du disert Italien.
     Ozera quelcun celer
L’honneur de ta main, qui guide                           135
L’immortalisante bride
Du cheval nouant par l’air
Ronsard ? Tu t’es peu vanter                                                                             [p. 66]
En François, fredons, liriques,
Prince des neuf Grecs antiques :                           140
Pendant que le trait puissant
De l’aveugle esblouissant,
Fit si bien Bellay chanter
Son rameau verpallissant
     Deà, que ne sont immortelz                               145
Ces vers, que je veuil dependre,
Pour faire la gloire entendre
De mon jeune Desautelz,
Qui ha en ses jeunes ans
Fait preuve tant honnorée                                      150
De sa plume enamourée :
Et qui le tort ha remiz
Au front de ses ennemis ?
Sus, logez le au rang des Grans,                           155
Que le Ciel luy ha promis.
     Voicy, ma Muse, voicy
L’aspre coustumier martire,
Qui de ce chant me retire,
Pour chanter l’autre soucy :                                   160                                    [p. 67]
Le doux soucy qui me ront
Le fil de toute autre trame,
Pour chanter le trait, la flame,
Et les longs pensers ardens
Sans cesse en moy residens :                                  165
Mais si bien peints sus mon front,
Qu’ilz sont assez evidens.
     Donq, m’amie, retournons
A mes peines languissantes,
Et sus ælles plus puissantes                                    170
Laissons voler les beaux noms
Gravez indeleblement
Et non perissable ouvrage :
Et m’emplume le courage
De telle legereté,                                                       175
Que mon labeur soit porté
Au superbe firmament
De leur immortalité.

Amour immortelle.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Pontus de Tyard parle de Mellin de Saint-Gelais et réunit les générations de poètes (1551-1555) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 1er mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/613.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search