Entre attaque et hommage : Du Bellay parle de Saint-Gelais (1549)

Dernière mise à jour : 25 août 2015

Dans La Deffence et Illustration de la langue française (1549), Du Bellay s’en prend implicitement à Saint-Gelais  à deux reprises :

1. Dans le chapitre 2 du second livre de la DILF (« Des Poëtes Françoys' »), il reproche d’abord au poète de ne pas publier ses œuvres :

Un autre, pour n’avoir encores rien mis en lumiere soubz son nom, ne merite, qu’on luy donne le premier lieu : et semble (disent aucuns) que par les Ecriz de ceux de son Tens, il veille eternizer son nom[…]. Que si on en vouloit faire jugement au seul rapport de la Renommée, on rendroit les vices d’iceluy egaulx, voyre plus grands, que ses vertuz, d’autant, que tous les Jours se lysent nouveaux Ecriz soubz son Nom à mon avis aussi eloignez d’aucunes choses, qu’on m’a quelquesfois asseuré estre de luy, comme en eux n’y a ny grace ny erudition.

2. Au chapitre 4 du même livre (« Quelz genres de Poëmes, doit elire le Poëte Francoys »), il s’en prend ensuite aux « vieilles épisseries » en citant des titres de chansons. Les premier et troisième titres de chanson (apparaissant en gras dans le texte infra) sont des titres bien connus de Saint-Gelais (le deuxième est de Pernette Du Guillet). C’est aussi l’occasion d’égratigner les propos de Sébillet qui donne fréquemment Saint-Gelais en modèle  dans son Art poétique de l’année précédente. Il cite en effet Saint-Gelais à peine moins de fois que Marot. Dans cet ouvrage, il avait notamment illustré sa définition de l’ode par ces chansons de Saint-Gelais, ce contre quoi le jeune Du Bellay s’inscrit violemment en faux. Ce sont notamment ces virulents propos qui feront réagir Guillaume Des Autels en 1550 (voir article du carnet), Barthelémy Aneau (voir article du carnet) et, bien sûr, Thomas Sébillet lui-même. En 1555 encore, Fouquelin, pourtant favorable aux jeunes poètes dits de la Pléiade, continue à considérer que « O combien est heureuse » mérite bien le nom d’ode (voir article du carnet).

Le texte de La Défense est donné d’après la transcription des BVH
et l’édition de Jean-Charles Monferran, Droz, 2008.

Ly,  donques, et rely premierement (ò Poëte futur) fueillete de Main nocturne, et journelle,  les Exemplaires Grecz et Latins : puis me laisse toutes ces vieilles Poësies Francoyses aux Jeuz [f. 28 r°]  Floraux de Thoulouze, et au puy de Rouan : comme Rondeaux, Ballades, Vyrelaiz, Chantz Royaulx, Chansons, et autres telles episseries, qui corrumpent le goust de nostre Langue : et ne servent si non à porter temoingnaige de notre ignorance. Jéte toy à ces plaisans Epigrammes, non point comme font au jourd’huy un tas de faiseurs de comtes nouveaux, qui en un dizain sont contens n’avoir rien dict qui vaille aux ix. premiers vers, pourveu qu’au dixiesme il y ait le petit mot pour rire, mais à l’immitation d’un Martial, ou de quelque autre bien approuvé, si la lascivité ne te plaist, mesle le profitable avecques le doulz. Distile avecques un style coulant, et non scabreux ces pitoyables Elegies, à l’exemple d’un Ovide, d’un Tibule, et d’un Properce : y entremeslant quelquesfois de ces Fables anciennes, non petit ornement de Poësie. Chante moy ces Odes, incongnues encor’ de la Muse Francoyse, d’un Luc bien accordé au son de la Lyre Greque, et Romaine : et qu’il n’y ait vers, ou n’aparoisse quelque vestige de rare, et antique erudition. Et quand à ce, te fourniront de matiere les louanges des Dieux, et des Hommes vertueux, le discours fatal des choses mondaines, la solicitude des jeunes hommes, comme l’amour, les vins libres, et toute bonne chere. Sur toutes choses, prens garde que ce genre de Poëme soit eloingné du vulgaire, en- [f. 28v°] richy, et illustré de motz propres, et Epithetes non oysifz, orné de graves sentences, et varié de toutes manieres de couleurs, et ornementz Poëtiques : non comme un Laissez la verde couleur, Amour avecques Psyches, O combien est heureuse : et autres telz Ouvraiges, mieux dignes d’estre nommez Chansons vulgaires, qu’Odes, ou vers Lyriques.

Toutefois, et l’on peut en être surpris, l’épître en prose « Au lecteur » qui ouvre les deux éditions de L’Olive, en 1549 (édition associée à La Défense) puis en 1550 (L’Olive augmentée), nomme cette fois Mellin de Saint-Gelais et témoigne d’un point de vue nettement moins polémique :

Le texte de L’Olive (1549) est cité d’après la transcription des BVH.

« AU LECTEUR ».

Quand j’ecrivoy’ ces petiz Ouvraiges poëtiques (Lecteur) je ne pensoy’ rien moins, qu’à les exposer en lumiere : et me suffisoit qu’ilz fussent aggreables à celle, qui m’a donné la hardiesse de m’essayer en ce genre d’ecrire à mon avis encore aussi peu usité entre les Francois, comme elle est excellente sur toutes, voyre quasi une Deesse entre les femmes. Or depuis ayant fait part de ces miens ecriz à quelques Amys curieux de telles choses, qui les ont aussi communiquez à beaucoup d’autres : j’ay esté adverty, que quelqu’un les avoit baillez à l’Imprimeur. Au moyen dequoy, doutant, ou qu’il voulust les publier soubz son nom (en quoy toutesfois il m’eust paravanture vengé de luy mesmes) ou faire tort à ma Renommée : les exposant soubz le mien, incorrectz, et pleins d’erreurs : cela craignant (dy je) je me suis hasté d’en faire un petit Recueil, et tumultuairement le jecter en Lumiere, avecques la permission de celle, qui est, et sera seule mon Laurier, ma Muse, et mon Apolon. Je croy (Lecteur) entendu ceste contrainte, que je te jure par la troupe sacrée des neuf Sœurs estre veritable, que tu excuseras benignement les faultes de cest Ouvraige precipité : semblable à un fruict abortif, ou à ces Tableaux, ausquelz le Peintre n’a encores donné la derniere Main. Protestant si je congnois que ces Fragmentz te plaisent, te faire bien tost present de l’Oeuvre entier. Ce  [f. A2 v°] pendant tu jugeras (comme on dit) le Lyon aux ungles. Si je ne craignois que le Prologue fust plus long que la Farce, je respondroy’ voluntiers à ceulx, qui congnoissans Petrarque de nom seulement, diront incontinent que je l’ay desrobé, que je n’apporte rien du mien, non pour autre raison sinon qu’il a ecript des Sonnetz, et moy aussi. Vrayment je confesse avoir imité Petrarque, et non luy seulement, mais aussi l’Arioste, et d’autres modernes Italiens. Pource qu’en l’Argument que je traicte, je n’en ay point trouvé de meilleurs. Et si les anciens Romains pour l’enrichissement de leur langue, n’ont fait le semblable en l’imitation des Grecz, je suis content n’avoir point d’excuse. Non que je me vante d’y avoir bien fait mon debvoir : mais j’espere, que ce mien petit essay donnera occasion de faire d’advantaige à tant de bons esprits, dont la France est aujourd’huy ennoblye. Quand à ceulx, qui ne vouldroient recevoir ce genre d’escripre, qu’ilz appellent obscur, pource qu’il excede leur jugement, je les laisse avecq’ ceulx, qui apres l’invention du Bléd, vouloient encores vivre de Glan. Je ne cerche point les Applaudissemens populaires. Il me suffit pour tous lecteurs avoir un S. Gelays, un Heroët. un de Ronsart, un Carles, un Sceve, un Bouju, un Salel, un Martin, et si quelques autres sont encor’ à mettre en ce ranc. A ceulx la s’addressent mes petiz ouvraiges. Car s’ilz ne les approuvent, je suis certain pour le moins qu’ilz louront mon entreprinse. A Dieu.

 

Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Entre attaque et hommage : Du Bellay parle de Saint-Gelais (1549) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013, mis à jour le 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/566.