Saint-Gelais, cette perle

Alessandro Allori, "Pêcheurs de perles", 1570-72, Palazzo Vecchio, Florence (source : WGA).

Alessandro Allori, « Pêcheurs de perles », 1570-72, Palazzo Vecchio, Florence (source : WGA).

Dernière mise à jour : 4 mai 2013

Il semble que Marot ait lancé la mode d’employer la métaphore de la perle pour désigner Mellin de Saint-Gelais. Voici une liste des occurrences relevées jusqu’ici :

Clément Marot (1536-1538) : Le poète met en garde François Ier, au sujet de la perte de Saint-Gelais « […] si le perd tu perdras une Perle ».

Nicolas Herberay (1539) : “C’est une Perle entre les mieux apris”.

Jean Brèche (1541) : Saint-Gelais « Est une perle en France precieuse ».

Tristan Fretard (1550) : « Sainct Gelais est une perle excellente ».

Tristan Fretard (1550) :  » Comme la perle orientale exede, / Nacque de perle, ainsi il [i.e. Saint-Gelais] me precede »


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Saint-Gelais, cette perle », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013, mis à jour le 4 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/558.