Jean Brèche parle de Mellin de Saint-Gelais à Jean Bouchet (1541)

Dernière mise à jour : 6 août 2013

Saint-Gelais est cité à la rime du v. 40. Son nom est le dernier d’une liste de cinq noms de grands poètes selon Jean Brèche – Jean Bouchet, Clément Marot, François Rabelais et Victor Brodeau. Pour Brèche, Saint-Gelais “Est une perle en France precieuse”. Sur ce motif récurrent de la perle pour désigner notre poète, voir Marot (1536-1538) et Nicolas Herberay (1548-1555).

La pièce se trouve dans : Jean Brèche, Manuel royal, Tours, Mathieu Chercelé, 1541. Voir la numérisation de l’ouvrage. Elle est également publiée dans Les Epistres morales et familières de Jean Bouchet (Poitiers, frères de Marnef et Jacques Bouchet, 1545 : épître familière CXIX)

Premier liminaire du Manuel royal : Épître dédicatoire en vers « A Monsieur Maistre Jehan Bouchet Procureur au siege royal à Poictiers Poete et Orateur françoys tresdocte et elegant. Jehan Breche de Tours humble Salut » (f. Aij r° – Aiiij v°)

Est il possible / o tresdocte Bouchet /                                      1
Que l’esperit / que la langue / ou bouche ayt
Assez de force en parolle et scavoir
Pour te louer : non que tu laisse avoir
Tel bruyct et los / que vertu vive et claire                               5
A ses enfans appartenir declaire.
Mais d’esperit sommes si fort menez /
Et de nature en telle forme nez /
Que ceulx / ausquelz avons affection /
Du bien desquelz pour leur perfection /                                  10
Appelons ( ?) estre ardents emulateurs
Et de leur gloire et renom zelateurs :
Manifester desirons leur louenge
A ung chascun / soit ou nostre / ou estrange :
Car contenir la bouche ne scauroit /                                      15
Ce que le cœur en abundance auroit :
Mais quoy ? qui ha vertu pour son appuy /
Cil n’a besoing du loz et bruyct d’aultruy :
Car que proffitte une torche ou lumiere /
Où le Soleil rend sa clarté entiere ?                                         20
Et puys / Vertu est semblable au rocher
Bien eminent / ou à ung hault clocher
Qu’on voit paroistre entre mille maisons.
Et ceste fin pretendent mes raisons /
Que de vertu tu es bien illustré /                                              25                  [f. Aij v°]
Par laquelle es en grand renom entré :
Renom je dys / duquel faict mention
En divers lieux / diverse nation /
Tant qu’il n’est cil / qui langue en sa bouche ayt /
Qui ne maintiene en grand scavoir Bouchet.                        30
Tes beaulx escriptz / et treselegant œuvre /
A ung chascun monstre assez / et descoeuvre
Que ton esprit par sa dexterité
Ha (sans mentir) justement merité
Estre posé au nombre des scavants /                           35
Desquelz les noms sont encores vivants.                                        [marge gauche : noms des poètes]
Cahors se peult venter / et tenir fier
De son Marot / et s’en glorifier :
Touraine peult louer son Rabellays /
Et son Brodeau / Mellin de sainct Gelays                 40
Est une perle en France precieuse ;
France qui est du Roy Françoys heureuse.
Soubz lequel sont (dict le Poete) entrez

En son Royaulme / et nourriz les Lettrez.
Mais quoy : Poictiers à bon et juste tiltre                              45
Ha son Bouchet / Qui a sceu tant bien tixtre ( ?)
Et composer vers / et prose solue
Fort elegante / et de grande value :
Dixains / Rondeaulx / et Epistres moralles :
Des Aquitains l’histoire / et les Annalles /                             50
En tant bon ordre et langaige reduyctes /
Qu’il n’est Autheur qui les eust mieulx desduyctes
En sa parolle et propos / chasteté :
Foy / gravité / decente honnesteté.
En periphrase / hyperbate / hyperbole                                  55
Il est frequent / subtil en parabole :
Et telle grace il ha en escripvant /                                                                [f. Aiij r°]
Qu’on le diroit estre ung Maro vivant.
Que diray plus : o la terre fecunde
Qui as porce ( ?) personne si facunde :                                  60
C’est de Poictou la lumiere et la gloire :
C’est l’escripvain de l’Aquitaine histoire.
Vous Poictevins / aymez le et le gardez /
C’est vostre honneur / affin que l’entendez :
Et quand tout seul çà / et là je perlustre /                             65
Je voy qu’il est vostre Poete illustre.
Vous debveriez en tenir plus de compte
Que d’ung Marquis / que d’ung Duc / ou d’ung Comte
Car / tel / heureulx se vouldra maintenir /
Qui pourra dire ung jour et soustenir /                                  70
J’ay veu Bouchet. Mais / comme je congnoys /
Ung Espaignol / ung Grec / ung Milannoys /
Ung Bourguygnon / Parisien / Picard /
Ung Tourangeau / estimera plus lart ( ?)
Et le scavoir de Bouchet en lisant ( ?) /                                  75
Que ne fera ung Poictevyn present.
Et ce qu’on dict / est à bonne raison /
Trop familier engendre mesprison.

Or ce n’estoit de ma presente lettre
L’intention / escripre prose ou metre                                     80
Laquelle fust ta louange sonant :
Car mon esprit n’y seroit consonant.
Mais je vouloys t’escripre / et supplier /
Qu’ung peu de temps tu voulsisse amplyer
A visiter ung petit Opuscule 85
Que je t’envoye. Or lys le / et le calcule :
Et / sans rien faindre / escripz m’en (cher Seigneur)
Ton jugement : et me soys enseigneur /                                                      [f. Aiij v°]
Car tu le peulx / c’est mon opinion :
Et si besoing est de correction /                                               90
Je te supplye humblement y remettre
Et ramender / soit la prose / ou le metre.
Si de mon veil tu fays le contenu
Comme J’espere et desire : tenu
Et obligé à toy bien grandement                                             95
Me renderas : Et puys certenement
Si on congnoist que ce petit traicté
Entre tes mains quelque foys ayt esté /
Et que de toy ayt approbation /
Il en aura plus de perfection.                                                   100

J’ay proposé / non ce jour / ne d’hyer /
Mais long temps a / l’offrir et dedier :
Et avecq ce / ung traicté de Lactance
Que j’ay traduyct en Françoyse sentence /
A une Dame / et Princesse excellente :                                  105
Mais je crains fort qu’elle ne s’en contente.
Car mon langaige est tant desordonné :
Mon stille bas / rude / assez mal orné.
Et puys j’ay peu de scavoir / et science :
Dont je crains fort / et doubte en conscience.                      110
Ce neantmoins / j’ay reprins mon couraige :
Car [j’acoyt ?] ce que mon petit ouvraige
De presenter ne soit vallable et digne
A la Princesse / et Dame tant insigne :
Congnoissant bien touteffoys sa doulceur /                         115
Plus ne craindray / mais seray ferme / et seur.
Et puys apres ce qui m’a incité
Cecy tenter (comme t’ay récité)
C’est que voioys qu’elle avoit les grands courts                                        [f. Aiiij r°]
De ses parents laissé / pour estre à Tours /                         120
Et habiter les ligerines eaulx /
Et le beau Cher. Là où les Tourengeaulx
Sont habitants / et prenent leur naissance.
Tours / que l’on dict avoir prins son essence
Et fondement de Turnus / troyan Roy :                                125
Tours la gentille : et sans aulcun desroy.
Tours / où sont faictz maints draps d’or / et de soye.
Tours / dont l’autheur estoit de la grand Troye.
Troye je dis / dont Françoys sont venuz.
Tours / où tous arts quelz qui [sic] soient / sont congnuz 130
Et excellents : soit d’Orfevre / ou Paincture /
Tapisserye : et diverse taincture.
Mais (cher amy) de Tours les plaisants lieux
Lesquelz pourroient semondre les haultz Dieux /
N’ont tant esmeu ceste fille de Roy                                         135
Y demourer (au moins comme je croy)
Que le vouloir / et bonne affection /
Qu’elle ha envers sa serve Nation.
Heureuse Tours : heureulx les habitans /
Qu’avecques eulx / ung si long traict de temps /                140
Une Princesse / et Dame d’excellence
A faict / et faict / sa noble demourance :
Plus noble en est la Ville / et la Cité. 

O cher amy / cecy m’a incité /                                                 145
Voire et contrainct hardiment attenter
De mon escript luy auser presenter
Ung petit fruyct : indigne touteffoys
De si grand Dame. O amy je te foys
Trop long recit : et mon babil te fasche :                              150
Dont je foys fin. Mais nonobstant je tasche                                               [f. Aiiij v°]
Ton serviteur et amy à jamais
Estre. Or le tout de mon œuvre je mectz
Entre tes mains / pour estre ramendé.
Et je desire estre recommandé                                                155
Aux De marnefz Freres : Et te supplye
Que si ma muse a esté trop hardye
Me pardonner : et excuser la vene
De mes escriptz : assez rude / et plus vaine.
Escript à Tours / plus tost que ne court flesche                   160
Par ton amy et serviteur / Jehan Breche.

Ha Bien chere.
Espoir en bien.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Jean Brèche parle de Mellin de Saint-Gelais à Jean Bouchet (1541) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013; mis à jour le 6 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/553.