Jean Bouchet regrette que Mellin de Saint-Gelais n’ait pas plus copieusement célébré feu François dauphin (1536-1537)

Dernière mise à jour : 2 mars 2021

Dans l’ouvrage de Jean Bouchet intitulé Les Généalogies, Effigies et Epitaphes des Roys de France paru en 1545, on trouve aux f. 68 r° à 70 v° une « Briefve narration des louables meurs, malladie, et trespas de feu tresillustre Prince monsieur Françoys de Valloys, premier filz de la maison de France, et Daulphin de Viennoys ». Cet opuscule en vers est composé quelques mois après le décès du dauphin survenu le 10 août 1536. La cinquantaine de vers introductifs revient en effet sur les circonstances de la mort du prince comme de la composition du texte, commencée à partir du « rapport » que « quelqu’un de [la] chambre » de François a fait à Bouchet au mois de septembre. Le texte est très vraisemblablement achevé à la toute fin de 1536 ou au début de 1537. Il est assurément encore sur le métier en novembre 1536, date de la publication du Recueil de vers latins et vulgaires sur le trespas de feu M. le dauphin paru à Lyon chez Etienne Dolet. En effet, Bouchet y fait allusion en mentionnant « plusieurs Epigrammes […] / En vers Latins » que l’« on » a déjà fait pour François. Il observe, dans une posture topique d’humilité mais peut-être avec une pointe de reproches à l’égard de son ami Mellin, que le récit de la vie et de la mort du dauphin « meritoit estre faict des doulx laiz / Du Sieur Abbé Merlin de sainct Gelaiz ». Or celui-ci a bien donné à Dolet les « épigrammes » latines que Bouchet évoque ici (trois épitaphes) mais il est vrai qu’il ne s’est pas engagé dans la narration plus ample qu’entreprend pour sa part le poète poitevin.

On aurait sans doute profit à mettre en relation ce reproche discret d’incurie aulique – qui n’empêche toutefois pas l’admiration amicale de Bouchet pour les « doux laiz » que Mellin de Saint-Gelais porte de façon programmatique en son nom (qui rime avec « laiz » – sur cette rime, voir également cet article) et son prénom (qui dénote la douceur) – avec ceux de Clément Marot, regrettant pour sa part que Saint-Gelais n’ait pas donné de texte aux Blasons anatomiques du corps féminin et supposant qu’un « mauvais vent » a pu l’en empêcher. Notre poète lui-même convient, dans un texte latin qu’il adresse à Salmon Macrin, qu’à cette époque sa muse « à cause des soucis ou d’un long manque d’habitude […] est devenue plus aride que la soif de Libye » (traduction de Sylvie Laigneau. Au sujet de ce texte comme de ceux de Marot, voir Claire Sicard « 1536-1537 : Mellin de Saint-Gelais ou l’étoile mystérieuse », Configurations du champ poétique français à la lumière des recueils Blasons anatomiques (1536-1537), Cahiers de recherches humanistes et médiévales, Varia II, 2020 | 2, n° 40, p. 229-249). Que se passe-t-il donc dans la vie de Mellin en 1536 pour qu’il manque ainsi à ce qui aurait dû être, aux yeux de ses contemporains tout au moins, son devoir tant à l’égard de ses pairs que des puissants de la cour ?

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Jean Bouchet regrette que Mellin de Saint-Gelais n’ait pas plus copieusement célébré feu François dauphin (1536-1537) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 5 février 2021, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/5527.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search