Pour Antoine Du Saix, Mellin de Saint-Gelais est un “des maistres jurez et coronnez en l’eschole de Misnerve” (c. 1537)

Dernière mise à jour : 30 avril 2013

Antoine Du Saix, La touche naïfve pour esprouver l’amy, et le flateur, inventée par Plutarque, taillée par Erasme, et mise à l’usage francois, par noble homme frère Antoine Du Saix, commendeur de Bourg. Avec l’art de soy ayder, et par bon moyen faire son proffict de ses ennemys, c. 1537.

Cité d’après l’édition de Paris, s.n., 1538. Voir l’exemplaire numérisé

Epître dédicatoire en prose, « Au Roy treschrestien, Francois Premier et souverain en toute majesté, Frere Antoine du Saix, commendeur de Bourg, son treshumble subject, et tresobeyssant orateur, suffisance et contentement au monde, et au ciel le principal lieu des esleuz », f. 2 r°-8 r°.

[f. 7 v°] Toutesfois l’arquemye des flateurs est si artificielle, pour contrefaire les vrayz amys, qu’il est tresdifficille, de les scavoir demesler : mais aussi tresproffitable de choisir, favoriser, et entretenir les bons, discerner[,] fouyr et se garder des maulvais. A ceste cause moult seroit deu à celluy, qui nous en donneroit le moyen et l’industrie : ce que Plutarque faict en ce present petit traicté tant fructueux, et si royallement composé, qu’il est presque digne de celluy, auquel la traduction en est treshumblement et tresreveremment dediee. Ce n’est pas de la besongne des maistres jurez et coronnez en l’eschole de Misnerve, comme sont Sainct Gelais, René, [sic] Macé, La maison neufve, Bauzelles, Charles de Luc, Machault, et Seve mon voisin, esquelz subtile invention, richesse de termes, metaphores bien suyvies, et doulceur de langage exquis et commun delivrent le preis de perfaire ouvrages immortelz en langue Francoise. Mais j’espere, que ma foiblesse donnera lustre à leur puissance, et sera tousjours soubstenue de force magnanime. C’est aux pauvres, et questains, que riches bourses font leur aulmone. Somme, qui ne pouvoit anciennement offrir et mettre au tabernacle de Dieu or, ny argent, [f. 8 r°] draps de soye, ne pierreries : il estoit excusable d’y apporter des peaulx et de la laine de ses brebis. Soubz ceste confiance, esperant que bonne voulente en grand entreprinse soit receue pour excuse, je supplie et requiers le Createur Sire, vous donner

Regne treslong plein de victoire,
Satisfaisant à voz plaisirs.
Puis paradis comblé de gloire,
Pour suffisance à voz desyrs.

Quoy qu’il advienne.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Pour Antoine Du Saix, Mellin de Saint-Gelais est un “des maistres jurez et coronnez en l’eschole de Misnerve” (c. 1537) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/543.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search