Comment Marot voit-il Saint-Gelais ? (1536-1544)

Dernière mise à jour : 15 août 2017

Clément Marot, considéré comme le Prince des Poètes français du règne de François Ier, mentionne à plusieurs reprises Mellin de Saint-Gelais dans son œuvre et lui adresse même une pièce entière (I.2).

Toutes les références sont données d’après l’édition : Clément Marot, Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, tomes I et II, Bordas, Classiques Garnier, Paris, 1993-1995. Nous classons d’abord les occurrences selon que les vers sont adressés à Saint-Gelais ou qu’ils parlent de lui. Deux pièces d’attribution douteuse sont mises à part. Dans chaque catégorie l’ordre adopté est chronologique. La présentation précédant chaque texte donne quelques éléments concernant l’histoire de la pièce et/ou précise, lorsque c’est nécessaire, le contexte.

Plan de l’article

I. Pièces dans lesquelles Clément Marot s’adresse directement à Mellin de Saint-Gelais

1. “A ceulx, qui apres l’epigramme du beau Tetin en feirent d’aultres”
2. “A Merlin de Sainct Gelais”

II. Pièces dans lesquelles Clément Marot parle de Mellin de Saint-Gelais

1. “Le valet de Marot contre Sagon. Frippelippes, secretaire de Clement Marot, à Françoys Sagon, secretaire de l’abbé de Sainct Evroul”
2. “Eglogue au Roy, soubs les noms de Pan, et Robin”
3. “Complainte de Monsieur le General, Guillaume Preudhomme”

III. Pièces posant des problèmes d’attribution

1. *”Epistre à son amy, en abhorrant Folle Amour, par Clement Marot”
2. *”Coq à l’asne / 1542 / Marot”


I. Pièces dans lesquelles Clément Marot s’adresse directement à Mellin de Saint-Gelais

1. La Suite de l’Adolescence Clémentine, épître XXX, “A ceulx, qui apres l’epigramme du beau Tetin en feirent d’aultres”, t. I, p. 337-340. Composition au début de 1536. La pièce se trouve (notamment ?) dans :

  • Recueil des dernieres œuvres de Clement Marot non imprimées…, Ms. Chantilly 524/748, XIX-B 28, mars 1538. 
  • Les Œuvres, Lyon, Dolet, 31 juillet 1538.

Dans cette célèbre épître, Marot remercie les “Nobles Espritz de France Poëtiques” (v. 1) de lui avoir emboîté le pas en composant, à son exemple, des blasons célébrant les beautés du corps féminin.

→ sur ces blasons, leur publication, le “concours” organisé par Marot et Renée de France, gagné par Maurice Scève et évoqué dans les vers précédant immédiatement notre passage, voir notamment : Renaissance Body Project, site de Cécile Alduy hébergé par Stanford University et  C.A. Mayer, Clément Marot, Paris, Nizet, 1972, p. 301-310.

Avant de proposer un nouveau jeu poétique à ses amis, celui des contre-blasons, Marot s’interroge sur les raisons pour lesquelles Mellin de Saint-Gelais n’a pas participé au premier. Dans cet extrait – situé p. 338, v. 27-36 – Marot s’adresse d’abord à Saint-Gelais, puis au roi :

Ô Sainct Gelais creature gentile,
Dont le sçavoir, dont l’Esprit, dont le stile,
Et dont le tout rend la France honnorée,
A quoy tient il, que ta Plume dorée                                30
N’a faict le sien ? ce maulvais vent, qui court,
T’auroit il bien poulsé hors de la Court ?
Ô Roy Francoys, tant qu’il te plaira perds le,
Mais si le perd tu perdras une Perle
(Sans les susdictz Blasonneurs blasonner)                  35
Que l’Orient ne te sçauroit donner.

NB. Sur le motif de la perle pour désigner Mellin de Saint-Gelais, voir aussi : Jean Brèche (1541) et Nicolas Herberay (1548-1555).

2. Le second livre des Epigrammes dedié à Anne, II, “A Merlin de Sainct Gelais”, t. II, p. 245. Composition antérieure à 1538. Pièce parue (notamment ?) dans les éditions suivantes :

  • Première publication : Les Œuvres, Lyon, Dolet, 31 juillet, 1538.
  • Les Œuvres, Lyon, Dolet, 1543.
  • Epigrammes de Clement Marot faictz à l’imitation de Martial, Poitiers, Jean et Enguilbert de Marnef, 27 septembre 1547, p. 25-26.
  • Recueil des œuvres les plus nouvelles et recentes de Clement Marot augmenté d’inédits et de compositions non encore imprimées, Lyon, Roville, 1550.

La pièce est inspirée de l’épigramme “In Cinnam” (III, 9) de Martial. Le “gros sot” (v. 2) contre lequel Saint-Gelais aurait apparemment mis Marot en garde est peut-être Jacques Colin, selon Gérard Defaux. Le critique s’appuie pour formuler cette hypothèse (t. II, p. 1039, note 2) sur le fait que Marot s’est fâché avec Colin. On peut ajouter que Saint-Gelais a semble-t-il également été impliqué sinon dans une querelle, tout au moins dans les tensions qui se sont fait jour entre Etienne Dolet, François Juste d’une part et le même Colin d’autre part autour de la traduction du Courtisan de Castiglione en 1538 (sur cet épisode et le rôle joué par Saint-Gelais, voir le texte de Dolet). Notons toutefois que l’abbé Molinier a pu considérer que cet adversaire anonyme était François Sagon, engagé à la même époque dans une vive querelle contre Marot.

Ta lettre (Merlin) me propose                                           1
Qu’ung gros sot en rithme compose
Des vers, par lesquelz il me poingt :
Tien toy seur, qu’en rithme, n’en prose,
Celluy n’escript aulcune chose                                          5
Duquel l’ouvrage on ne lit point.

Annexe à l’histoire de la publication du texte / Recueil des œuvres les plus nouvelles et recentes de Clement Marot augmenté d’inédits et de compositions non encore imprimées, “Aux lecteurs. Salut”, t. II, p.11-12. Cette épître liminaire en prose de Guillaume Roville (1550) mentionne l’épigramme II et explique l’ordre adopté pour cette publication : “Aussi avons apperceu quelques Epigrammes faictz à l’imitation de Martial, qui estoient meslez avec ceux de son invention, comme celuy à Geffroy Bruslard, à Benest, à Merlin de Sainct Gelais, à monsieur Castellanus, de Martin et de Catin, des Poëtes françoys à Salel : lesquelz avons mis en leur reng avec les [p. 12] autres faictz aussi à l’imitation de Martial, qui ont esté imprimez par cy devant à part, et hors du corps des œuvres”.

II. Pièces dans lesquelles Clément Marot parle de Mellin de Saint-Gelais

1. Epistre XXIV, “Le valet de Marot contre Sagon. Frippelippes, secretaire de Clement Marot, à Françoys Sagon, secretaire de l’abbé de Sainct Evroul”, t. II, p. 140-148. Composition en 1537. Pièce parue (notamment ?) dans les éditions suivantes :

  • Première publication : Le Valet de Marot contre Sagon, Lyon, Pierre de Sainte-Lucie, 1537.
  • Œuvres, Lyon, Dolet, 1543.

Cette pièce s’inscrit dans la querelle qui opposa Clément Marot à François Sagon. Elle date de la seconde moitié de 1537 selon Gérard Defaux. Marot, dans “ce chef d’oeuvre de verve satirique […] digne de Perse, d’Horace et de Juvénal” (Defaux, t. II, p. 922) fait mine de laisser son valet s’adresser à Sagon. La pièce s’ouvre sur la mention des grands poètes du temps qui sont du côté de Marot car ils n’ont pas besoin de s’en prendre à son nom pour assurer la renommée du leur. Saint-Gelais figure à la première place de cette liste (p. 140, v. 5) :

Par mon âme il est grand’ foyson,                                  1
Grand’ année, et grande saison
De bestes, qu’on deust mener paistre,
Qui regimbent contre mon maistre.
Je ne voy point qu’ung sainct Gelais,                             5
Ung Heroët, ung Rabelais,
Ung Brodeau, ung Seve, ung Chappuy,
Voysent escripvant contre luy.
Ne Papillon pas ne le poinct,
Ne Thenot ne le tenne point.                                            10
Mais (bien) ung tas de jeunes veaulx,
Ung tas de rimasseurs nouveaulx,
Qui cuydent eslever leur nom,
Blasmant les hommes de renom.

2. “Eglogue au Roy, soubs les noms de Pan, et Robin”, t. II, p. 34-41. Composition en juillet 1539. Pièce parue notamment dans les éditions suivantes :

  • Eglogue faicte par Marot et par luy au au roy presentée, s.l., s.n, s.d.
  • Œuvres, Lyon, É. Dolet, 1543.

Une aultresfoyspour l’Amour de l’Amye,
A touts venants pendy la challemye,                           150
Et ce jour là, à grand peine on sçavoit,
Lequel des deux gaigné le prix avoit,
Ou de Merlin, ou de moy : dont à l’heure
Thony s’en vint sur le pré grand’ alleure
Nous accorder, et aorna deux Houlettes                    155
D’une longueur de forces violettes :
Puis nous en feit present, pour son plaisir :
Mais à Merlin je baillay à choysir.

Defaux précise que Thony est Antoine Héroët (ce qui est confirmé par une note marginale dans les éditions du XVIe siècle) et que la compétition évoquée par la pièce eut réellement lieu : Defaux pense que le concours a donné lieu aux deux définitions d’amour en Terza Rima qui ouvrent les Fleurs de Poésie Francoyse.

3. Le Cymetiere, I, “Complainte de Monsieur le General, Guillaume Preudhomme”, p. 387-391. Composition fin 1543 – début 1544 (Guillaume Preudhomme est encore vivant le 23 août 1543 et déjà mort le 12 mars 1544, voir le lien). Pièce parue (notamment ?) dans l’édition suivante :

  • Première publication : Œuvres, Lyon, Roville / Constantin, 1543.

Guillaume Preudhomme fut un fonctionnaire amateur de poésie. Sieur de Fontenay-Trésigny et de Paufon, il fut général des Finances de Normandie, secrétaire du roi, et trésorier de l’épargne entre 1525 et 1539. Marot s’adresse à lui en 1527 dans une pièce réclamant ses gages. Ce premier rapport conflictuel semble avoir évolué in fine en une amitié sans doute fondée sur un goût commun pour la poésie française.

De fait, dans la complainte déplorant le décès de Preudhomme et adressée au fils de celui-ci, c’est le spectre du défunt qui manifeste le désir de se trouver au milieu de la troupe des “bons facteurs du Gallique Hemisphere” (v. 81) plutôt qu’auprès des siens, secrétaires ou financiers. Ce désir du trépassé de vivre au milieu des “vieulx poëtes Galliques” (v. 3) qui l’ont précédé aux Champs Élysées transforme la pièce en hymne célébrant une poésie française marquée par une continuité, des Grands Rhétoriqueurs aux poètes les plus contemporains. C’est le spectre de Jean Marot, père défunt du poète, qui narre cette rencontre élyséenne. Aux v. 127-128 (p. 390), il relaie le point de vue de Preudhomme au sujet des grands poètes français toujours en vie. Trois noms “entre tous” sont à retenir : celui de Clément Marot d’abord, celui de Mellin de Saint-Gelais ensuite, celui d’Antoine Heroet enfin.

 Au demourant nostre Gaulle, ainsi comme
Nous a compté l’Esprit du grand Preudhomme,
De maint Poëte ores est decorée :                                   125
Mais entre tous, de trois moult honorée,
Dont tu es l’un, Sainct Gelais Angelique,
Et Heroet, à la plume Heroique :
Malgré le temps voz escriptz dureront,
Tant que Françoys les hommes parleront.                  130
Ainsi le dit l’âme de frais venue,
A qui, sans fin, est la troupe tenue
De Parnasus […]

III. Pièces posant des problèmes d’attribution

1. * Epître XXVI, “Epistre à son amy, en abhorrant Folle Amour, par Clement Marot”, t. II, p. 153-156. Composition c. 1540-1543. Pièce parue (notamment ?) dans les éditions suivantes :

  • Première publication (possible, mais non certaine) : Nouvel amour inventé par le Seigneur Papillon. Item une epistre en abhorrant folle amour…, Rouen, N. de Burges, 1541 (détruit – ville et datation non assurées – Frédéric Lachèvre, dernier critique à avoir potentiellement pu consulter l’ouvrage avant sa destruction à Karlsruhe en 1942, donne Lyon, 1543).
  • Les questions problématiques du pourquoy d’Amours, Paris, 1543.

La pièce s’inscrit pour Gérard Defaux dans le cadre de la “Querelle de ferme amour”, pour laquelle il donne, aux p. 933-934 de son tome II, quelques éléments bibliographiques. Il y a de fortes présomptions, mais pas de complète certitude, concernant l’attribution de cette pièce à Marot : malgré “une facture indiscutablement médiocre” (Defaux, t. II, p. 933) elle aborde un sujet cher au poète. Marie-Madeleine Fontaine conteste cette attribution (voir “Débats à la cour de France autour du Canzoniere et de ses imitateurs dans les années 1533-1548. I. Mellin de Saint-Gelais”, Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, dir. Jean BALSAMO, Droz, 2004, p. 105-130.) : son hypothèse est que l’épître serait plutôt attribuable à Paul Angier.

Saint-Gelais est mentionné au v. 35 (p. 154) : la référence renvoie explicitement à un de ses poèmes, “Qu’est-ce qu’Amour ? est-ce une Déité”. Notons également que Pétrarque, cité au vers suivant, est aussi l’auteur d’un Quid est Amor ? est latens ignis, etc. (traduit notamment par Laurent de La Gravière dans Les Églogues de F. Baptiste Mantouan, Lyon, Jean Temporal, 1558). On trouvera également ce même début de titre – “Qu’est-ce qu’Amour ?” chez Ronsard, Etienne Pasquier, ou encore dans la « Definition d’Amour » attribuée à Thomas Sébillet (La louenge des femmes, Lyon, 1551). Sur ce dernier cas, voir cet article du carnet.

 Qu’est ce qu’Amour ? voy qu’en dit Saingelays,          35
Petrarque aussi, et plusieurs hommes lais,
Prebstres et clercs, et gens de tous estophes,
Hebreux, et Grecz, Latins, et philosophes :
Ceux là en ont bien dict par leurs sentences
Que de grands maulx petites recompenses.                 40

2. * “Coq à l’asne / 1542 / Marot”, tome II, p. 171-175. Composition en 1542. Pièce restée manuscrite jusqu’en 1948 (éd. E. Droz et P.-P Plan, BHR). Deux sources manuscrites :

  • Ms. Gilbert Grenet, bibliothèque de Lausanne, M. 1016.
  • Ms. Jean Gueffier, fonds Rothschild n° 2964.

Argument en faveur de l’attribution : Gueffier est d’ordinaire une autorité assez sûre et le ms. attribue formellement la pièce à Marot.

Argument contre l’attribution : il s’agit précisément du passage dans lequel Saint-Gelais est cité (p. 173, v. 69) et dans lequel le poète parle de Marot à la 3e personne pour affirmer sa supériorité sur Heroët et Saint-Gelais. Pour Defaux, il est douteux – sans être totalement impossible, que Marot se soit fait pareil compliment.

 J’entendz : avec les cappitaines,                                     67
Marot a de plus doulces veynes
Que Maison Neuve, ou Sainct Gelays.                            69

Par ailleurs, le sens du passage n’est pas très clair – et notamment l’expression “doulces veynes”. Defaux (t. II, p. 948 note 13) glose la phrase ainsi :

hypothèse 1 : “J’entends dire que Marot est plus doux avec les capitaines que Maisonneuve (= Heroët) ou Saint-Gelais”.

hypothèse 2 : “Selon les capitaines, Marot a une veine poétique plus douce que Maisonneuve ou Saint-Gelais”.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Comment Marot voit-il Saint-Gelais ? (1536-1544) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/496.



Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search