Florent Copin associe Saint-Gelais, Homère, Marot et Virgile dans l’épître dédicatoire du ms. Chantilly 530

Dernière mise à jour : 30 juin 2018

Dans l’épître dédicatoire en vers qu’il adresse au Cardinal Jean III de Lorraine pour lui présenter son recueil manuscrit de « chants royaux, ballades et rondeaux, sur le concept de l’Immaculée Mere de Dieu », aujourd’hui conservé au Musée Condé de Chantilly sous la côte 530, le rouennais Florent Copin fait preuve d’une humilité topique en minorant ses qualités poétiques en regard de celles de deux poètes de son temps qu’il semble juger excellents, ou en tout cas bien meilleurs que lui – « Sainct Gelais » d’abord (v. 11), « Marot » ensuite (v. 12).

     Un sainct Gelais poete tant supreme
Omere grec, Marot ny Maro mesme
Ne suffiroient à te donner plaisir
Tel que j’en ay le vouloir et desir
Tel que requiert la grace et bonté grande
Ny tel qu’Amour à moy ton serf commande

On observe que la liste établie par Copin alterne modèles contemporains et modèles antiques. La proximité phonétique entre Maro, c’est-à-dire Virgile, et Marot tend à superposer, en jouant de la translatio studii, le poète antique latin et le Prince des Poètes français. Par analogie, on serait tenté d’associer Saint-Gelais à Homère et de considérer que si Marot transpose en France le modèle latin, Saint-Gelais doit le faire pour sa part pour le grec.

Rien, pourtant, ne semble à notre connaissance justifier pareil lien entre Saint-Gelais et Homère. L’association est d’ailleurs si inattendue que l’on peut même se demander si le Saint-Gelais en question est bien Mellin et non Octovien. L’interrogation est d’autant plus légitime que le manuscrit n’est pas assurément daté et que Picot fait l’hypothèse qu’il puisse être antérieur à 1533, date à laquelle la carrière poétique de Mellin ne fait que commencer. Il pourrait paraître surprenant que le débutant soit érigé si tôt au rang des meilleurs auteurs du temps. Pourtant, rien ne paraît corroborer non plus un possible lien entre Octovien et Homère. Par ailleurs, la superposition entre Maro et Marot est faite au sujet de Clément (et parfois par lui-même) mais nous n’avons pas connaissance de pareille association concernant Virgile et Jean Marot. S’il faut admettre qu’il s’agit bien ici du Prince des Poètes français, alors il paraît étonnant (et inédit) de l’associer à Octovien.

Il est donc fort probable que, comme c’est très fréquemment le cas, ce soient bien Mellin et Clément qui sont mentionnés ici. En ce cas, il est possible que l’association suggérée entre Saint-Gelais et Homère, de la part d’un poète normand qui ne fréquente a priori pas la cour, relève plus d’une facilité ou d’une approximation que d’une réalité bien attestée. Mais on ne peut tout à fait écarter l’hypothèse que Saint-Gelais, souvent présenté par ses contemporains comme panepistemon et qui a au moins en une occasion composé une chanson, « Laissez la verde couleur », en imitant le modèle grec fourni par Bion (voir cet article du carnet) pouvait avoir une connaissance du grec – ou tout au moins être réputé l’avoir.

On observera par ailleurs que cette alternance entre des poètes représentatifs de la « Genération Marot » et des modèles antiques, tant grecs que latins, semble plutôt faire écho à des préoccupations de plus en plus prégnantes dans les années 1540 (que l’on pense par exemple à l’événement qu’a constitué, à partir de 1540, la première traduction française de L’Iliade d’Homère par Hugues Salel), voire 1550 et qui s’épanouiront assurément sous les plumes d’auteurs de la génération suivante, un Ronsard ou un Du Bellay. Aussi convient-il peut-être de reconsidérer la datation avancée par Picot sur un argument qui paraît un peu léger : l’absence de pièces éminentes de Copin publiées en 1533, qui tendrait selon l’éminent critique à suggérer que le manuscrit a été copié avant que ces poèmes aient été conçus.

Un dernier élément pourrait jouer en faveur de l’hypothèse d’une datation plus tardive : le fait que le dédicataire, Jean III de Lorraine, est pourvu de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen entre 1545 et 1550. On peut imaginer que le Rouennais se saisisse de cette circonstance pour présenter son manuscrit et ses œuvres à ce puissant personnage. Cette hypothèse, pourtant, se heurte encore à une difficulté : cette période est en effet postérieure (certes de peu) à la mort de Clément Marot, survenue en septembre 1544, alors que rien dans les vers de Copin ne semble l’indiquer. On peut pourtant considérer que la nouvelle du décès du Prince du poète français, survenu en exil, à Genève, a pu tarder à parvenir à Rouen. Si on accepte cette hypothèse, il faudrait alors considérer que cette épître dédicatoire et par conséquent le manuscrit qu’elle introduit ont plutôt dû être composés c. 1545, au tout début de l’attribution de l’abbatiale Saint-Ouen au cardinal de Lorraine. L’absence des pièces observée par Picot pourrait alors s’expliquer par le fait que Copin a simplement opéré un choix dans les œuvres à présenter à son dédicataire et qu’il en a écarté quelques-unes, même très réussies, voire présenté un recueil de nouveauté au puissant au service duquel il souhaitait se placer.

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Florent Copin associe Saint-Gelais, Homère, Marot et Virgile dans l’épître dédicatoire du ms. Chantilly 530 », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 29 juin 2018, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4836.