Mellin de Saint-Gelais célèbre l’astre Salel (1537)

Dernière mise à jour : 18 août 2018

L’hypothèse de datation formulée dans l’article ci-dessous s’est trouvée confirmée par la consultation de l’unique exemplaire de L’Eglogue marine parue en 1537 (n.s.) qui est conservé à la B.n.F. (Res. YE-4816). Le huitain de Saint-Gelais s’y trouve en effet, ce qui n’avait pas été signalé jusqu’ici, juste après le texte de l’églogue de Salel. Ce poème de Mellin a donc été composé entre la mi-août 1536 (la mort de François Dauphin, sujet du poème de Salel, ayant eu lieu le 10 août 1536) et le 23 janvier 1537, date de cette publication imprimée.


Texte du 27 juin 2018

On peut lire une pièce de Mellin de Saint-Gelais dans les liminaires qui accompagnent la publication du recueil collectif des Œuvres de Hugues Salel, parues en 1540 (n.s) [numérisation disponible sur le site de l’Österreichische Nationalbibliothek (ONB) de Vienne], f. aij r°. Notre poète y file la métaphore de la lumière solaire, faisant de Salel un astre éclatant qui « à la Nuict ne doibt rien ». 

Merlin de Sainct Gelays à Hugues Salel

Quant la belle Aulbe amene le cler Jour,
On la voit foible, et puis peu à peu croistre.
Mais toy (Salel), de ton heureux sejour,
As faict à coup ung midy apparoistre,
Qui esclarcit le lieu qui te veit naistre.
O luisant Astre, ô Soleil terrien,
L’autre Soleil Eclypse peult cognoistre,
Mais ta lumiere à la Nuict ne doibt rien.

 

La leçon que nous reproduisons ici est celle qui figure dans l’imprimé. Les manuscrits comportent quelques variantes. Dans certains d’entre eux (Belin 370, B.N. fr 878) la pièce porte par ailleurs un autre titre qui précise que Salel était « jusqu’à maintenant [i.e. la période de composition du huitain] de [Saint-Gelais] incongnu ». Faut-il donc penser qu’au début de 1540 Mellin pouvait encore ignorer qui était le poète qui avait, dès 1537 (n.s.), composé une églogue dans laquelle il faisait dialoguer les figures de Saint-Gelais et de Brodeau  [voir cet article du carnet] ? Même si la faveur de Salel s’épanouit pleinement à compter de 1540 et de la traduction qu’il donne de l’Iliade, sur commande du roi François Ier, il paraît difficile d’imaginer que les deux hommes ne se soient pas rencontrés à la cour où ils évoluaient déjà tous les deux, et moins encore que Saint-Gelais n’ait pas entendu parler de Salel avant cette date déjà tardive.

On peut ainsi faire l’hypothèse que, même si la pièce n’a pas été publiée avec la première édition de l’Églogue marine, elle a pu être composée c. 1537, au moment de cette publication ou peu après, en guise de remerciement à l’hommage rendu par Salel à Mellin. C’est d’ailleurs l’hypothèse que fait Blanchemain (t. II, p. 61) qui ne connaissait pas l’attestation imprimée de la pièce en 1540 et ne se fiait donc qu’à ce que pouvait lui apprendre le manuscrit B.N. fr 878. 

Cette datation est d’autant plus probable que le motif filé par Saint-Gelais dans ce huitain ne relève pas seulement d’un topos de l’éloge. Il fait aussi, plus habilement, écho aux paroles que Salel prête au personnage de Mellin dans L’Églogue marine, en jouant aussi avec elles sur le mode de l’antithèse entre jour / nuit, terrien / marine, midi / minuit…) comme on le constate par exemple en lisant les v. 145-156…

De la douleur qui si tres fort nous presse
Le ciel monstra deuil extreme et notoire,

La clere lune en monstrant sa destresse
Sur la minuict devint obscure et noire. 
La tramontane aussy blanche que ivoyre,
Que nous disons l’estoille mariniere,
Devint obscure (ainsy le peult on croyre),
Comme charbon, aussy la poulsinière.
     Le cler soleil ne donna sa lumiere
D’ung bien long temps comme faire souloit,
Pour declairer perte tant singuliere
Et que du faict si maling se douloit.

… ou encore dans les quatre vers qui cloturent le dialogue :

La nuict survient, ainsy que tu peulx veoir,
Et puys fault aller noz retz tirer,

Le temps aussy menace de plouvoir,
Je te supplye, allons nous retirer.

C’était sans doute là une façon sociable et élégante de signifier au nouveau venu à la cour qu’il avait été particulièrement bien lu puisque Salel avait lui-même emprunté des images et des motifs aux deux poètes qu’il avait mis gracieusement en scène dans son texte. Saint-Gelais semble donc lui rendre la politesse tout en l’accueillant aimablement parmi les grands poètes de la cour de François Ier.

Si l’on accepte l’hypothèse d’une composition du huitain de Mellin de Saint-Gelais c. 1537, ce ne serait alors que dans un second temps que la pièce aurait été rattachée aux liminaires du recueil collectif de Salel. De fait, l’ouvrage de 1540 comporte, dans ses liminaires généraux, des pièces qui étaient auparavant rattachées dans certains manuscrits à une œuvre spécifique (par exemple « La Chasse »). Il ne serait donc pas inenvisageable que la pièce élogieuse de Saint-Gelais ait ainsi été recyclée, et qu’elle ait pris – du fait de cette place particulière – un nouveau sens. Placer l’épigramme en tête du recueil en fait en effet une pièce d’hommage plus général, concernant non plus une œuvre spécifique mais la totalité de la production poétique présentée dans l’ouvrage.

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Mellin de Saint-Gelais célèbre l’astre Salel (1537) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 juin 2018, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4827.