Mellin de Saint-Gelais vu par Charles de Sainte-Marthe (1540)

Dernière mise à jour : 28 avril 2013

Saint-Gelais est mentionné à plusieurs reprises dans La Poésie françoise de Charles de Saincte-Marthe, natif de Fontevrault en Poictou. Divisée en trois livres. Le tout adressé à tresnoble et tresillustre Princesse, Madame la Duchesse d’Estampes. Et contesse de Poinctievre. Plus un livre de ses amys, chez Le Prince (Pierre de Sainte-Lucie), Lyon, 1540. Voici les occurrences où notre poète figure, en bonne compagnie :

« A un, qui le dehortoit de mettre ses Œuvres en lumiere », p. 52.

Chascun Marot, escripvant ne peut estre,
Pour attirer le Lecteur par doulx stile.
Un chascun n’est comme Sceve bien dextre,
Pour fulminer d’invention subtile,
Chascun, n’a pas son Esprit tant fertile
Que Sainct Gelays, il ne s’ensuit pourtant,
Que celuy là qui n’en peut faire aultant,
En ses escriptz soit du tout inutile.

 « Elegie. Du Tempé de France, en l’honneur de Madame la Duchesse d’Estampes », p. 197 sq. Extrait cité, p. 202-203.

Tout ainsi sont les Muses, en ce lieu,
Assises pres d’Apollon, leur grand Dieu.
     Calliopé, la tant bien resonante,
A, à sa voix, une voix consonante :
C’est son MAROT, le Poete scavant,
Lequel premier, met sa plume en avant.
Plume, de mots et sentences fertille,
Plume, à trouver, et à coucher, subtile.
     Clio apres, a son docte COLIN,
COLIN sonnant Grec, Francoys et Latin,
Et penetrant de l’erudite sonde,
La crœuse Mair de science profonde.
     Puis Erato, un SAINCT GELAYS maintient,
Qui sa partie avec les aultres tient,
Chantant des sons de sa sonante Lyre.
Plaisants à tous, et utiles à lire.
     Aupres duquel, un SCEVE s’est assis,
Petit de Corps, d’un grand esprit rassis,
Qui l’escoutant, mal gré qu’il en ayt, lie
Aux graves sons de sa doulce Thalie.
     Avecques eulx, y a Melpoméné
La MAISON NEUFVE (esprit gentil) mené,                                [p. 203]
Qui tellement de sa harpe resonne,
Que n’est aulcun lequel ne s’en estonne.
     Terpsicoré, a pres de soy BRODEAU,
Lequel tousjours invente chant nouveau,
Et de son chant, il fait si grand’ merveille
Qu’il n’y a Cueur que soubdain ne reveille.
     Là, Euterpé ne s’est mise en oubly,
Ainsi le troupeau a tresbien ennobly,
Par un BOUCHET, qui tant de beaulx dicts couche,
Tous proceddants de sa dorée bouche.
     Et là au pres, HEROET le subtil,
Avecques luy, FONTAINES, le gentil,
Deux, en leur sons une personne unie,
Chantants aupres de l’haulte Polymnie.
     Là, Uranie a son SALEL conduit,
Qui tous les jours ses factures produit,
Par juste droict accommodé à elle.
Uranie, est entre les Muses, celle
Qu’on dit Celeste, et de divinité :
SALEL, escrit de telle diginité,
Et ses escripts si saigement compasse,
Qu’il n’est aulcun qui en ce, l’oultrepasse.
     Oultre ceulx cy, d’aultres y sont venus,
Desquels les Noms encor ne sont cognus :
Qui quelque jour se feront apparoistre
Si haultement, qu’on les pourra cognoistre.

« A Monsieur le Secretain D’avenson, Charles de Saincte Marthe, Salut », épître dédicatoire en prose, p. 227.

J’ay, à l’instigation de quelques uns mes bienvoulants, mis en lumiere, ma Poesie Francoyse (Seigneur tresaymé) plus pour esbattement, et relaxation de mon Esprit, que profession d’icelle Art. Parquoy si je n’y suis tant perfacit, que ceulx, qui y sont consommés : comme Marot, S. Gelays, Seve, la Maison neufve, Chappuy, Fontaines, et aultres Poetes Francoys, divins et treserudits : plusieurs raisons ay je, lesquelles m’excusent, et toy mesme en scays une partie. Or il a pleu à d’aulcuns de mes Amys, me faire l’honneur et le bien, de me rendre par leur escripts tresdoctes, testification de nostre Amytié : celà j’estime, ainsi qu’on doibt estimer toute chose venante du sien Amy, et d’aultant que je n’ay rien plus cher, que leurs Epigrammes, et Epistres, par moy colligées en ce Livre : d’aultant m’a il semblé bon le te donner : comme à celuy, lequel au besoing (ou l’Amytié s’explique) s’est monstré par effect mon Amy. Il te plaira donq’, attendant aultre Œuvre de moy, le prendre en gré : me tenant tousjours pour l’un de ceulx, qui sont tes obeissants. Jesus soit avec toy. De Lyo[n] ce xv. d’Aoust. M.D.XL.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Mellin de Saint-Gelais vu par Charles de Sainte-Marthe (1540) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 28 avril 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/473.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search