Valence 9

Dernière mise à jour : 11 février 2017

Dimensions : 300 mm X 200 mm. 
Reliure basane. Papier. 113 feuillets.
Manuscrit daté de 1560 dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. 13, p. 147. Le codex provient de l’abbaye de Saint-Ruf de Valence.

Henri Chamard a étudié la première partie du manuscrit, contenant des pièces de Lancelot de Carles, dans son article inititulé « Sonnets chrétiens inédits de Lancelot de Carles, évêque de Riez », Mélanges offerts par ses amis et élèves à Monsieur Gustave Lanson, Paris, Hachette, 1922, p. 87-97. Le codex contient deux pièces de Saint-Gelais, ce qui n’avait jusqu’ici pas été relevé :

  • La « Translation d’un épigramme de Catulle » qui commence « Si c’est à l’homme aulcun contentement » (f. 40v°-41 r°)
  • et le sonnet « Voyant ces montz de veue aussi loingtaine » (f. 64 r°).

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Valence 9 », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 11 février 2017, [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4576.