Origines et famille de Mellin de Saint-Gelais

Dernière mise à jour : 4 janvier 2017

Cette notice est en cours d’élaboration. Elle sera complétée progressivement.

On est sûr que Mellin de Saint-Gelais est le fils illégitime de l’un des membres de la fratrie composée de Jean, Mellin, Jacques, Charles, Octovien, et Alexandre de Saint-Gelais, tous nés entre 1457 et 1472. La tradition a pu considérer qu’Octovien, évêque d’Angoulême, lui-même fin lettré et officiellement présenté comme l’oncle de notre poète devait être en fait son père. Une mention de la Gallia Christiana (T.2, colonne 1017-1018 dans l’édition de 1720), rappelée par Prosper Blanchemain dans son petit ouvrage Poètes et amoureuses, portraits littéraires du XVIe siècle (1877, p. 120) pourrait aller dans ce sens : « Filium habuit Merlinum Sangelasio » (« il eut un fils, Mellin de Saint-Gelais »). Reste à déterminer quelle peut être la fiabilité de cette source en la matière.

Des incertitudes analogues existent au sujet de la date de naissance de Mellin. En se fondant sur un texte latin composé par Paschal au moment du décès du poète de cour et repris plus tard par Thévet, on fait remonter d’ordinaire la naissance de Saint-Gelais à 1491. En effet, on sait, par son épitaphe, que Mellin est mort le 14 octobre 1558 et il aurait alors eu, si l’on en croit Paschal, 67 ans, 10 mois et 15 jours (d’après la copie du manuscrit latin fournie par Nolhac) et, selon Thévet, 67 ans, 6 mois et 15 jours (Les vrais pourtraits et vies des hommes illustres, livre VI, p. 558). Toutefois, aucune de ces deux dates, si précises soient-elles, ne correspond exactement à la seule indication que donne Mellin lui-même à ce sujet dans son poème qui commence  « Novembre et mars en leurs troisièmes jours », où il fait de ces deux dates du 3 novembre et du 3 mars les anniversaires de sa propre naissance et du moment de la rencontre de son amie, dans la tradition de l’innamoramento. Or, d’après le décompte de Paschal, Mellin serait plutôt né le 29 novembre 1490 ou, d’après celui de Thévet, le 30 mars 1491. Si l’on accepte ces informations, il faut alors considérer que la carrière littéraire de Mellin de Saint-Gelais a dû commencer fort tard, puisque les poèmes les plus anciens qu’il ait composés et dont nous ayons jusqu’ici la trace datent de 1530 environ. Mellin de Saint-Gelais aurait donc eu près de 40 ans au moment où il aurait commencé à écrire.

Après le décès de Mellin de Saint-Gelais, il semble que ce soit Diane de Saint-Gelais, parfois appelée Melle de Rostaing, qui compose l’épitaphe du défunt : « Diana Sangelasia Mellino parenti bene merito moerens possuit ». Ce texte, qui était gravé dans l’église Saint-Thomas du Louvre, aujourd’hui détruite, nous est connu par des sources manuscrites reproduites par Molinier (p. 306-307). L’épitaphe est surmontée du blason des Saint-Gelais et suivi de la date de la mort de Mellin. On ne peut exclure que Diane, que Mellin a présentée comme sa nièce dans un de ses poèmes postérieurs à 1547, soit en fait sa fille. Ce qui est certain c’est qu’un lien étroit unissait les deux parents. Il semblerait notamment que Diane ait fait connaître l’œuvre de Mellin à Étienne Du Tronchet (à ce sujet, voir cet article du carnet).

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Origines et famille de Mellin de Saint-Gelais », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 décembre 2016, [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4497.