Mellin de Saint-Gelais n’est pas “Francisci Sangelii”

Dernière mise à jour : 23 décembre 2016

Dans son récent ouvrage intitulé La plume et le pinceau. Nicolas Denisot, poète et artiste de la Renaissance (1515-1559), (Genève, Droz, 2016), Daniele Speziari, écrit, p. 240, qu’ “En se fondant sur le témoignage d’un poème latin de Claude Rousselet, qui fait allusion à un certain Nuceus (sans doute pris comme équivalent d’Alsinois), on a pu croire que Denisot fut l’auteur d’un portrait de Mellin de Saint-Gelais, mais cette attribution peut être aisément démentie, car le poète-peintre était appelé en latin Comes Alsinous, ou tout simplement Comes, et en aucun cas Nuceus. Surtout, en 1537, date du poème de Rousselet, il n’était qu’un jeune provincial qui commençait à peine à se faire connaître dans les milieux littéraires de l’époque (et encore, sans honneur […]), si bien qu’on l’imagine mal fréquenter l’entourage d’un poète comme Saint-Gelais”. Il se réfère à une brève note parue dans la Revue universelle des arts, 1856, t. 4 p. 378-379. Toutefois, cette source ne mentionne pas Mellin de Saint-Gelais. Seul le premier texte latin copié d’après l’édition de 1537 des Epigrammata de Claude Rousselet (Lyon, Gryphe, 1537, p. 13-14), intitulé “In Francisci Sangelii imaginem”, a pu suggérer à D. Speziari que le modèle du portrait était Mellin de Saint-Gelais. Or le nom latin de celui-ci n’est jamais, à notre connaissance Sangelius (qui traduit plutôt un patronyme du type Sangel) mais Sangelasius. De plus, Mellin n’est jamais désigné non plus sous le prénom de Franciscus.

Il semble donc bien que le portrait mentionné par Claude Rousselet ne soit pas de Denisot et ne représente pas non plus Mellin de Saint-Gelais.

Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Mellin de Saint-Gelais n’est pas “Francisci Sangelii” », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 23 décembre 2016, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4457.