Claude Garnier rejoue la querelle du Louvre cinquante ans plus tard dans L’Amour victorieus, 1609

Dernière mise à jour : 13 décembre 2016

Le poète de cour Claude Garnier publie en 1609 un recueil intitulé L’Amour victorieus (voir ici le lien Gallica vers l’ouvrage numérisé). L’une des pièces qui y figure évoque la querelle qui a opposé, au milieu du XVIe siècle, Ronsard à Saint-Gelais et que l’on désigne parfois sous le nom de “Querelle du Louvre”. Il s’agit de la pièce intitulée “Cartel, A ceus qui s’offroient pour Poëtes de Monseigneur le DAUFIN aus magnifiçances de son Bataîme”, f. 214 r°.

En voici le texte :

garnier“CARTEL,
A ceus qui s’offroient pour Poëtes
de Monseigneur le DAUFIN aus
magnifiçances de son Bataîme”

Quiconque ozera, témeraire,
Vizer au but où je pretans,
Je l’invite, comme adversaire,
A paroitre dessur les rans :
Tout prét de réveiller en France
(Guerrier invincible en mon art)
Le discord et la concurance
De Saint GELAIS ET DE RONSARD.


Si le genre médiéval du cartel a été pratiqué par Saint-Gelais, et que le parti-pris de Claude Garnier dans ce huitain reste implicite, on peut toutefois supposer que l’auteur s’identifie plutôt à Ronsard dans l’analogie qu’il esquisse. D’abord, la rime entre “mon art” et “Ronsard” invite à le penser, tout comme la posture hautaine et orgueilleuse directement inspirée du poète de la Pléiade. On sait par ailleurs que Garnier se présente comme un héritier de l’esthétique ronsardienne (à ce sujet, voir la notice que Jean-Paul Barbier-Mueller consacre à cet auteur dans son Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), t. 3, Genève, Droz, 2016, p. 313-331).


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Claude Garnier rejoue la querelle du Louvre cinquante ans plus tard dans L’Amour victorieus, 1609 », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 13 décembre 2016, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4448.