Olivier de Magny s’adresse à Mellin (1554)

Dernière mise à jour : 2 mai 2013

Olivier de Magny, Les Gayetez d’Olivier de Magni à Pierre Paschal Gentilhomme du bas païs de Languedoc, Paris, Jean Dallier, 1554.

« A MELIN DE SAINGELAIS ».

     Si jamais Muses aux beaux yeux,
Me faisant imiter les vieux,
Jeune d’ans, vous m’avez faict dire
Quelque chanson dessus la lyre,
C’est ores qu’il nous fault chanter
Un vers qui puisse contenter
Les oreilles d’un qui contante,
Ou soit de sa lyre alléchante,
Ou soit des accords de sa voix
Les oreilles des plus grans Rois.
     Tousjours les hommes en leur vie
S’enflamment d’une ardente envie
De voir et frequenter tous ceulx
Qui vivans s’exercent comme eux.
Appelle aussi print bien la peine
De s’en aller vers Prothogene,
Et là, tous deux peinctres parfaictz,
Parfaictz amis ilz furent faictz.
     Ores moi qui viens de repandre
Mile pleurs sur la froide cendre
De mon Salel, m’en viens icy
Croître l’heur de nostre Quercy :
Agité de l’ardeur divine
Des neuf filles de Mnemosyne,
Qui me font dire en divers sons
Toutes ces nouvelles chansons.
Tandis je cherche ceulx qui prisent,
Ceulx qui sainctement favorisent
Les Muses, et tous ceux encor’
Qui sont riches de leur tresor :
Mesmes un Melin que j’honore,
Melin qui nostre age decore
De maint et de maint autre chant
Qu’il nous desqueuvre en le cachant.
     Nous n’avons jamais de la chose
Que nous aimons la bouche close,
Le Nocher des vents ou des eaux,
Le Laboureur de ses toreaux,
Le Veneur de sa venerie,
Le Berger de sa bergerie,
Et moi qui n’ai autre desir
Et qui ne puis prendre plaisir
Qu’à parler de la poësie,
Je l’ai tousjours en fantasie :
Mesmement, Muses, je me plais
Parler souvent de Saingelais,
Sachant qu’oultre ce qu’il contante,
Ou soit de sa lyre allechante,
Ou soit des accords de sa voix
Les oreilles des plus grands Rois,
Nul autre parmy vostre danse
N’imite mieux vostre cadence,
Et nul mieux que luy par les prez,
Ou par les bocages sacrez,
Se retirant loing du vulgaire
De ses chansons ne vous peult plaire.
     Quantes fois sur voz monts herbuz,
Avez vous veu le blond Phebus,
Ou vostre Roine Calliope,
Vous guidant sur la double crope,
Leur luth en ses mains avancer
Afin de vous faire danser,
Sachant que la corde il retaste
D’une main qui les Roys apaste,
Comme Apollon apaste aux cieux,
Le Roy des hommes et des Dieux.
     Quantes fois de sa ryme douce,
Ou des doux fredons de son pouce,
L’avez vous veu domter les ours,
Arrester des fleuves le cours,
Amollir la durté des marbres,
Arracher la plante des arbres,
Qui s’esgaioient de l’escouter
Si bien et doucement chanter.
     De moi, j’ay veu des vers qu’il trasse
Si plains de savoir et de grace
Que Lede ne fit onc si beaux
Ne si semblables ses jumeaux,
Que ses vers, qui les ames emblent,
Les vers de Catulle resemblent.
Et si j’aperçoi que les miens
Soient dignes de vanter les siens,
J’espere quelquefois d’escrire
Comme ardemment je les admire,
Et le tort qu’il nous fait aussi
De les ensevelir ainsi.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Olivier de Magny s’adresse à Mellin (1554) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 7 octobre 2012, mis à jour le 2 mai 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/438.