La dette d’Etienne Du Tronchet à l’égard de Mellin de Saint-Gelais

Dernière mise à jour : 4 janvier 2017

 Plan de la page
  1. Présentation d’Étienne Du Tronchet et de ses liens avec Mellin de Saint-Gelais
  2. Lettre missive 18 : « Discours du contentement d’un homme de village »
  3. Élégie à Monsieur de Malras, baron de Ferals
  4. Élégie à la maîtresse de Papon
  5. Épître 135 à Diane de Rostaing, nièce de Mellin de Saint-Gelais


Comme on le sait (voir cet article du carnet sur les « Fonctions et rétributions » de Mellin), le 15 juin 1554, Saint-Gelais, « aulmosnier ordinaire du Roy », se voit attribuer une pension annuelle de 1400 livres tournois par Jacques d’Albon, maréchal de Saint-André. Le poète de cour est nommé son « procureur irrévocable » pour toucher au nom d’Albon 1200 livres tournois, honoraires de son « estat de gentilhomme de la chambre du roi », les 200 autres livres devant être prises sur d’autres revenus du maréchal de Saint-André. Or ce même Jacques d’Albon qui, selon les termes de Claude Longeon, « avait besoin d’écrivains pour proclamer son ascension » (Une Province française à la Renaissance. La vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, 1975, p. 69) et qui « prenait plaisir à s’entourer [d’une] petite cour de lettrés et de poètes », faisant ainsi « figure d’arbitre des élégances » (Ibid., p. 173-174), compte également Étienne Du Tronchet parmi ses serviteurs. Longeon précise que le maréchal de Saint-André n’est pas à proprement parler un mécène pour Du Tronchet, mais que cet auteur, déjà au service du père de Jacques d’Albon, est plutôt recueilli par le fils avec lequel il ne s’entend pas mais qui lui ouvre toutefois les portes de la cour de France (Ibid., p. 69). C’est ainsi que le Forézien a pu rencontrer Mellin. Il semblerait également que, selon Longeon, « bien qu’il s’avoua piètre musicien, Étienne Du Tronchet [ait pu] faire connaître à la bourgeoisie de Montbrison […] les poèmes de Saint-Gelais mis en musique » (Ibid., p. 174).

L’importance du lien entre les deux auteurs est surtout perceptible dans les Lettres missives et familières qu’Étienne Du Tronchet publie à la fin des années 1560. Cet ouvrage connaît un grand succès éditorial, comme en témoigne ses nombreuses rééditions – une quarantaine jusqu’au début du XVIIe siècle (pour le détail bibliographique, voir la notice consacrée à Étienne Du Tronchet sur le site USTC). Parmi ces éditions, signalons :

L’œuvre contient trois textes d’Étienne Du Tronchet qui reprennent de fort près des pièces de Mellin de Saint-Gelais et un quatrième qui montre que Du Tronchet a dû bien connaître Diane de Saint-Gelais (voir notre point 5), présentée comme la nièce de notre poète. Notons par ailleurs que Du Tronchet appelle cette dame Melle de Rostaing et qu’une famille de ce nom était établie à Montbrison, dans le Forez.

Retour en haut de la page.


Lettre missive 18 : « Discours du contentement d’un homme de village »

Selon Longeon (op. cit., p. 261), dans cette longue pièce, « Du Tronchet paraphrase Claudien mais il se sert aussi de la traduction qu’en avait donné Saint-Gelais ». La comparaison des deux textes français montre qu’il s’agit plus vraisemblablement d’une réécriture de la pièce de Saint-Gelais, qui commence « O bien heureux qui a passé son age ». Certes, Du Tronchet procède par amplification – son poème est composé de 178 alexandrins alors que celui de Saint-Gelais, en décasyllabes, ne compte que 50 vers. De plus, Du Tronchet emprunte à l’occasion à d’autres modèles (voir par exemple la note 1 ci-dessous). Mais il reste très proche de la traduction de Claudien par Mellin dont tous les vers, dans le même ordre que dans le texte-source, se retrouvent dans la version proposée par Du Tronchet.  

Dans ce tableau, comme dans les comparaisons suivantes, nous indiquons :

  • en couleur, les termes communs aux deux versions,
  • en italique, les passages proches mais qui subissent une forme d’interversion (ordre des mots ou des idées),
  • enfin, nous soulignons les passages à peine reformulés.

Le texte de Du Tronchet est reproduit ci-dessous dans sa leçon de l’édition de Paris, Breyer, 1571, f. 35 r°-37 v°. Nous notons en regard la traduction de Saint-Gelais telle qu’elle est parue dans les Euvres de 1547, p. 9-11. Cette leçon du texte de Mellin est proche sans être identique à celle que Du Tronchet a dû utiliser et que nous n’avons pas encore identifiée. Même si des leçons spécifiques à l’imprimé de 1547 se trouvent dans la version de Du Tronchet, en quatre occurrences, ce sont d’autres leçons connues du texte transposé qui sont plus proches de la réécriture effectuée par le poète forézien. Nous les indiquons alors en second choix, avec l’indication de leur source (Chant. 523 signifiant ms. Chantilly 523).

Discours du contentement d’un homme de village, qui ne s’est jamais guieres esloingné de la veüe de sa maison, au mespris de ceulx des villes, avec la difference de l’un et de l’autre. Soubs le nomd’un nommé sire Mathieu Breon, aagé de cent ans, encores vivant à son aise. Le lecteur ne se molestera, s’il luy plaist, de quelques termes et noms propres des lieux ou habitans, qui luy seront incongneus. A Monsieur de Mont-Rond, Chevalier de l’Ordre.

v. Du Tronchet v. Saint-Gelais
 1 Sire Mathieu Breon a faict couler son aage,  1 O Bienheureux qui ha passé son eage
  Au dedans et aupres de son propre heritage,   Dedans le clos de son propre heritage
  Et n’ayant esloigné de veüe sa maison,   Et n’ha de veue esloingné sa maison
  Nomplus sur ces vieux ans qu’en sa verte saison :   En jeunes ans, ny en vieille saison 
Maintenant d’un baston porté et secouru,  5 Qui d’un baston porté, et secouru
  Il va parmy les prés, où jeune il a couru,   Va par les champs, où jeune il ha couru :
  Les siècles præteris pas à pas racomptant,   Les siecles longs pas à pas racomptant 
  Du fertil territoire, où il est habitant,  8 Du toict champestre où il est habitant.
  Et la chere saison, quand il feit si grand chauld,    
10  Ainsi que racomptoit son grand pere Michault.    
       Sire Mathieu nul mal d’inconstante fortune  9       Nul accident d’inconstante fortune 
  N’a senty, ny le sort de fureur importune.   Luy ha monstré sa fureur impo[r]tune :
  Il n’a point par travaulx, par perils et dangers   Et n’ha esté à peines, et dangiers
  Estainct son appetit en pays estrangers.   Sa soif estaindre en fleuves estrangiers
15  Encores moins pati à la suitte des armes         Il n’ha senty, suivant le faict des armes 
  La tremblante frayeur des assaults et alarmes.   La froide paour des assaulx et alarmes :
  Il n’a freté la Mer, ny experimenté  15 Et marchandant n’ha experimenté
  Le trident de Neptune, és undes tourmenté.   D’estre en la mer des undes tourmenté.
  Et des proces n’ouyt oncques la seule noyse,   Et des proces n’ouit oncques le bruit
20  Qui fust pour empescher un seul poinct de son ayse.   Qui empeschast de son ayse le fruict,
       Sire Mathieu aggreste, et peu exercité   Mais tout rural et inexercité :
  A peine a voulu veoir sa prochaine cité. 20  A peine ha veu sa prochaine cité
  Mais s’est contenté loing, et de mur et de tour   Se contentant loing de mur et de tour 
  D’une maison qui n’a que le ciel à l’entour.   De veoir à plain le beau ciel tout en tour
25  Au surplus recitant quelques faicts, le bon homme,   Si nombrer veult, quelque temps le bon homme,
  Ne se barbouille point des Senateurs de Romme.  24 Ne compte point par les Consulz de Romme,
  Son Scipion Majeur, son Artus de Bretaigne,    
  Sont quelques vieux Pitaudz venus de la montaigne,    
  Pour resider la plaine, ou quelque viel scabreux,    
30  Qui premier remonta la maison des Ambreux.    
  Et sa Semiramis : Perrette ou Marion,    
  Qui fillastre enrichit la maison de Ryon[.]    
       Sire Mathieu ne faict ses combats que dans terre,    
  Par pics, pales, hoyaux, ses instruments de guerre :    
35  Son armet, son plastron, ses pesants corselets,    
   Ses cuissots, gorgerins, brassardz, et ganteletz,    
  Ses colletz de bustin, ses boucl[i]ers et tollaches,    
  Pendus au ratelier de l’estable des vaches :    
  Sont sa goy, son fessou, son cerfouel, son volan,    
40  Et sa fauls, qu’il employe huict ou neuf fois de l’an.    
  Sa houlette est sa lance : et son coignet, sa hache :    
  Son roussin d’Allemaigne, une jument d’atache[,]    
  Où quelques fois monté il cerche ses esbas    
  Au long des bois taillis sur un sac ou un bas.    
45  Quand on court la quintaine, il est comme notable    
  Ung an Cosse, ung an Roy, et ung an Connestable :    
  Et au braquemard nud une pomme conjo[i]ncte,    
  On luy donne l’honneur de la premier joincte.    
  Il a le premier bransle en la dance, et en somme,    
50  S’il n’estoit point vilain : il seroit Gentil-homme.    
  Car son pere mettant ung pourceau en l’estable,    
  Contre son cul rompit sa lance redoutable.    
       Sire Mathieu tenant une main sur sa fesse    
  Le dimenche au matin au sortir de la Messe,    
55  Basliant (sic) deux ou trois fois, et son curé autant :    
  Parlent des Huguenots, et des troubles d’antan.    
  Et soubs l’orme public, leur plus grande nouvelle    
  Est de leur vache blonde, ou bien de la grivelle.    
  Le curé plus sçavant, plus se fonde en raison,    
60  Discourt du Roy François, discourt de sa prison,    
  Que Bourbon se saulvant passa par Lignibonne,    
  Que depuis le pays n’a eu justice bonne.    
  Qu’Alizon et Margot font brevets pour la fievre :    
  Leur propos se suivants comme crottes de chievre.    
65   Et sur-ce au cabaret, où le greffier les meine,    
  Ils boivent tout ce jour pour toute la sepmaine.    
       Sire Mathieu ne sçait que c’est de Pol Arctique    
  Ny de bize, de Nor, ny de Pol Antarctique,    
  Encor que le midy droictement y reside.    
70  Et de zone torride, où le soleil preside,    
   Il l’entend aussi peu que cosmos ou æther[.]    
  Du monde propres noms, qui le font despiter[,]    
  Il a les siens apart, et a bien autre affaire    
  Que se rompre la teste au centre d’une sphere.    
75  Il a pour almanach, sans escrit ny paincture    
  Ce que de jour à autre il congnoit par nature.    
  Assavoir, il congnoit par les astres passés  25 Mais seulement cognoit les ans passez
  Ce qu’il a d’an en an de ses fruicts amassés.   Au fruict qu’il ha d’an en an amassez.
  Quand il souffle ses doigs : la froideur le contrainct    
80  De croire que l’hyver achemine son train.    
  Et quand son jardin clos verd et flori devient :  27 Quand son jardin verd et flory devient 
  C’est son signe certain que le printems revient.   Il cognoit bien que le printemps advient, [Œ 47]
Il cognoit bien que le printemps revient[ttes autres leçons]
  La goutte, qui suant arrouse son visaige,    
  De l’Esté chaleureux luy donne le presage,    
85  Son Autonne s’ensuit, quand tout se fructifie.  29 L’esté après, lors que tout fructifie[Œ 47]
Et que l’Autumne est quant tout fructiffie [Chant 523]
  Et n’a sire Mathieu autre Philosophie.   Voila son art et sa Philosophie,
       Surieu est son Paris, et Fours est son Milan[Marge 1] :    
  Encores n’y va-il que quatre fois de l’an.    
  Son Rouen est Randan, Manieu le Gabion,    
90  Son Thoulouse : et Plancieu sa ville de Lyon.    
  Il tient pour son Palais, son Madry, ou son Louvre    
  Sa maison de Pisey qu’un peu de chaulme couvre.    
  Jabolay est son Roy, et Regnard est son sire[Marge 2],    
  Et son vin de Bourgoigne est du plan de sainct Cire.    
95  De son chevet[,] il veoit se lever le soleil,  31 Et veoir lever et coucher le soleil [Œ 47]
Il voit lever et coucher le soleil [ttes autres leçons]
  Il veoit quand il se couche à l’heure du sommeil.   Au mesme lieu de son somme et reveil :
  Et l’unique pourpris de son rural sejour   Et dens le clos du rustique sejour,
  Est son seul zodiaque et mesure de jour.   Son zodiaque,mesure le jour. 
       Sire Mathieu tel chesne a veu soubs ses pieds herbe 35  Tel chesne il ha aux champs grand, et superbe
 100 Que maintenant il voit levé hault et superbe.   Qui luy souvient avoir veu estre en herbe :
  Et a veu des forests planter dru et menues,   Et les forestz a veues planté-menues
  Qui suyvant ses saisons sont vieilles devenues. 38  Qui quand et luy sont vieilles devenues.
  Il a veu d’arbres grands par peu de vent à bas    
  Et d’un moins que de riens sortir de grands debats.    
105  Il a veu qu’un ruband eust peu gaigner Perrette    
  Et un petit caillou verser une charrette.    
  Il a veu en son temps mainte methamorphose,    
  Et que mal-heur est bon souvent à quelque chose.    
  Il ayme autant les sains, comme les morfondus,    
110  Et faict autant de cas des rais que des tondus    
  N’ayant autre soucy, sinon que ceste paix    
  Engendre par barat quelque mal plus espais.    
       Il ne parle que peu des choses de la cour[Marge 3],    
  Si quelqu’un s’en empesche : il le couppe si court,    
115  Qu’on peult assés juger à veoir sa contenance,    
  Combien luy est pesante une sotte arrogance.    
  On peult conjecturer à la mine qu’il tient,    
  Que discourir des grands, aux seuls grands appartient.    
   Et quant à disputer du poinct des Evangiles,    
120  Ainsi qu’aujourd’huy font un Gaultier, ou un Gilles,     
  Un tailleur, une femme, ou un tas de marchans,     
  Qui cinq pieds de mouton pour quatre vont cherchans :     
  Sire Mathieu a bien [ses] humeurs plus modestes     
  Que ne monstrent d’avoir tant de sçavantes bestes.     
125       Les Laboureurs (dit-il) pour le labeur sont nés[Marge 4]    
  Les hommes de sçavoir pour la loy ordonnés.     
  A ceulx du bas estat ne fault autre sçience,    
  Qu’examiner de pres souvent leur conscience :     
  Suyvre de leurs ayeuls l’idiome ancien,     
130  Ne desirer d’autruy cela qui n’est pas sien.     
  Fouyr, tant qu’il se peult, mauvaise compagnie,    
  Ne consentir chés soy vice ny vilennie,     
  Car comme le soleil embellit les saisons :     
  Ainsi les bonnes meurs font luyre les maisons.    
135  Au surplus (et sur tout) avoir tousjours son theme     
  D’aymer et craindre Dieu : et non moins que soy-mesme[Marge 5]     
  Respecter son prochain : escouter les sçavants,    
  Eviter des flateurs les propos deçevants.     
  N’aller contre devoir, n’essayer et ne tendre,     
140  Au but de l’impossible, encores moins entendre    
  Au propos mielés d’un fragile mocqueur :    
  Et noter que la langue est enseigne du cueur.    
  « Que (comme le bon or se preuve par la touche)    
  « L’homme tel quel il est, est congneu par sa bouche :    
145  « Que parler de l’oreille est un divin mistere,    
  « Et langage fort beau la beauté de se taire.    
      Plustost le vent du Nor de plouvoir cesseroit,    
  Et le Rhosne surperbe en contremont iroit[1]    
  Ou d’un Cinge le cul sentiroit comme rose,    
150  Que ce bon homme là vous apprint autre chose.    
     Il congnoist aussi peu la ville de Veronne,  39 Nomplus congnoit sa voisine Veronne
Que Romme, que le Tybre heureusement couronne.   Que faict Memphis qui le Nil environne
Et si tant de Palais ne luy contentent l’œil :    
Tant de maisons aussi n’offusquent son soleil.    
155 Tant de retraits puants ne luy sont halenez,    
Ny tant de vents infects ne luy persent le nez.    
De tant de beaux diseurs il n’a joye pareille :    
Aussi tant de flateurs ne luy rompent l’oreille,    
Il ne peult à plusieurs monstrer benivolence :    
160 Aussi de tant d’ingrats il ne sent nulle offense.    
  Il ne voit tant de grands, ny tant de bonnets ronds :    
  Aussi est-il plus loing de la main des larrons.    
Et s’il ne voit chés-luy tant de magnificences :    
Aussi n’est-il subject à tant d’obeissances.    
165      Il a plus aggreable un profond puys de garde :  41 Et tant prochain luy est le lac de Garde
Qu’une Mer occeane, où d’aller il n’a garde.   Que la mer Rouge,  d’aller il n’ha garde,
Mais quand il a assés son terroir frequenté,    
Et parmy les buissons quelque bon fruict enté :    
Soubs l’ombre il entretient son bestail, et sa muse    
170 Se nourrit d’un hautbois, ou d’une cornemuse.    
     Ce pendant ny le temps, ny ses divers efforts,  43 Ce neantmoins le temps et ses effors
N’ont de tant affoibly ses membres sains et forts :   N’ont affoibly ses membres sains et fors :
Qu’il ne voye des siens jusques en l’aage tiers 45  Et ses nepveuz il void en l’eage tiers
Labourer soubs sa main par bras forts et entiers.   De leur ayeul les bras durs et entiers.
175      Aille donc qui vouldra les villes tracasser,   Un autre donc ira voir Iberie [Œ 47]
Un autre donc aille voir Hyberie [ttes autres leçons]
Et sans penser en Dieu tant de biens amasser.   Et plus s’il veut, car je tien et parie
Car le sire Mathieu, duquel j’ay dict la vie.   Que ce vieillart qui ne veult qu’on le voie
     EN HEUR CONTENT SE DIT, esloigné de l’envie[Marge 6]. 50  Ha plus de vie, et l’aultre plus de voie.

[Note] : Il y a sans doute ici un souvenir parodique des célèbres vers de Maurice Scève dans le dizain XVII de La Délie (1544) : 

Plus tost seront Rhosne, et Saone desjoinctz,
Que d’avec toy mon cœur se desassemble:
Plus tost seront l’un, et l’aultre Mont joinctz,
Qu’avecques nous aulcun discord s’assemble:
Plus tost verrons et toy, et moy ensemble
Le Rhosne aller contremont lentement,
Saone monter tresviolentement,
Que ce mien feu, tant soit peu, diminue,
Ny que ma foy descroisse aulcunement.
Car ferme amour sans eulx est plus que nue.

Marge 1 : « Noms propres du pays de sire Mathieu ».

Marge 2 : « Noms propres d’hommes dudict pays ».

Marge 3 : « Opinion de sire Mathieu ».

Marge 4 : « Instructions de sire Mathieu ».

Marge 5 : « Imprimis venerare Deos ».

Marge 6 : « Anagramme » [NB. En heur content se dit est à la fois l’anagramme et la devise d’Estiene Du Tronchet].

Retour en haut de la page.


Élégie à Monsieur de Malras, baron de Ferrals

Cette élégie, que l’on peut consulter aux f. 139 v°-141 v° de l’édition de 1571, est adressée à François Rougier, qui occupa en effet d’importantes fonctions à la cour de France et fut, notamment, ambassadeur de Flandres entre 1568 et 1571. La pièce, qui donne cette fonction au baron de Malras en son titre, paraît donc avoir été composée peu de temps avant la publication de l’ouvrage. Du Tronchet y pastiche un poème que Mellin de Saint-Gelais avait adressé à sa nièce (« Premiere epistre à Dyane ma nyepce »). Cette dame, on l’a dit, faisait partie des relations d’Étienne Du Tronchet et il est vraisemblable que le poète du Forez ait connu ce texte source par son entremise. Dans le tableau ci-dessous, nous donnons le poème de Saint-Gelais dans la leçon du ms. Belin 370 qui est sa première attestation connue (c. 1558). Le texte, assurément composé après la mort de François Ier en 1547, est vraisemblablement une œuvre tardive de Mellin qui, rappelons-le, meurt en octobre 1558. Dans tous les témoins que nous connaissons – tous posthumes à part le ms. Belin 370 – le texte est très stable.
Ce qui est particulièrement intéressant dans la réécriture qu’opère ici Du Tronchet, c’est que les deux textes, à leur façon, ont une forte dimension autobiographique : même si Du Tronchet reste très fidèle au texte de départ, il transforme
par exemple le passage des v. 30-34 pour l’actualiser – l’évocation du roi François Ier et de ses fils est remplacée par celle de la reine mère Catherine de Médicis et l’expérience de cour de Mellin s’efface alors pour laisser deviner celle de Du Tronchet lui-même. Il procède également à des ajouts qui achèvent l’opération d’appropriation de ce texte, pourtant largement copié chez Saint-Gelais : c’est de cette façon que l’on peut interpréter l’insertion des v. 9-12 mentionnant les amis et l’expérience courtisane de Du Tronchet ou encore, v. 70, l’introduction de sa propre devise dans le corps du texte.
La réécriture se fait principalement de façon horizontale, vers à vers, et presque au fil du texte. Le passage du décasyllabe de Saint-Gelais à l’alexandrin de Du Tronchet se fait souvent au moyen d’une simple cheville, l’ajout d’un terme de deux syllabes au vers initial permettant la transformation à peu de frais. Dans la plupart des cas, la fin du vers est conservée à peu près telle quelle, tandis que l’amorce est un peu plus remaniée.
On observe toutefois, en quelques passages, des dispositifs légèrement plus complexes, relevant par exemple d’un travail des vers dans la verticalité. C’est ainsi qu’au v. 51, Du Tronchet remplace, sans réelle nécessité, le mot « fol » par le mot « sot » tandis qu’au v. 83 il procède à l’opération inverse, « sotz » devenant « folz ». Une même interversion peut être observée aux v. 86-88 du texte de Du Tronchet, qui correspondent aux v. 74-76 de Saint-Gelais : l’ordre d’apparition des termes « hommes » et « gens » s’y trouve interverti. La translation est plus subtile aux v. 88-92 de Du Tronchet (76-80 de Saint-Gelais) : le couple « troupes / tas » qui figure dans le texte de base devient « gens / troupes » dans la réécriture.
De façon plus intéressante, certains passages voient s’opérer une transformation du sens, alors même que le canevas du texte d’origine reste très présent. C’est par exemple le cas aux v. 99 et 100 de la réécriture de Du Tronchet, qui correspondent aux v. 88 à 89 de la version originale : seuls deux termes clés sont transformés (« enclore » devenant « vuider » et « mer », « raison), mais cela suffit à donner une toute autre signification au passage tout entier. Il en va de même au v. 6 : le fait de remplacer le verbe « commander » par le couple « m’égarer ou perdre » change profondément le sens du texte.
Signalons enfin que Du Tronchet s’approprie également le texte de Saint-Gelais lorsqu’il supprime les v. 11-12 du texte de base mais qu’il en reprend partiellement l’idée – celle de la valeur du savoir acquis dans les livres – aux v. 43 et suivants de sa propre version : s’il gomme (comme il le fait aussi en supprimant les v. 5 et 6 du texte de base) les noms propres (Magellan, Parthes) – soit qu’ils lui paraissent peu parlants pour son destinataire soit qu’il considère qu’ils renvoient trop précisément à l’imaginaire de la découverte de mondes lointains – et qu’il supprime la belle métaphore de la navigation dans les « livres et chartes », en somme, l’idée du voyage dans sa chambre, il reprend et amplifie cependant celle de la connaissance livresque en proposant 8 vers qui font l’éloge de l’instruction, par le livre comme par le maître, mais qui signalent que la connaissance ne peut éclairer que des esprits susceptibles de la recevoir et qui sont dépourvus des passions qui rendent le savoir inopérant. Il y a donc bien là, une nouvelle fois, une évolution du sens dans la réécriture qui participe de l’appropriation du texte de base par Du Tronchet.

« A M. de Malras,  Ferrals, sainct Benoist, et Tournebois, Conseiller du Roy en son privé conseil, et Ambassadeur de sa Majesté en Flandres »
Argument. Contenant une partie de la naturelle opinion et humeurs de ce Secretaire, avec honneste supplication à dieu, pour la congnoissance de la pure verité, sans picquer bouche trop avant en ses divins secretz. Et apres de la difference des biens corruptibles, et temporels : et des biens solides et perpetuels. Elegie.

v. Du Tronchet v. Saint-Gelais
 1 Monseigneur, je n’ay eu jamais en fantasie  1 Je n’euz, Diane, onc en ma fantasie
  De circuir la Græce, et passer en Asie,   De veoir la Grece et passer en Asie
  Et retourner apres (comme assés d’autres font)   Pour retourner comme assez d’aultres font
  Pour esteindre ma soif au nil large et profond,   Ma soif estaindre au nil large et profond
 5 Encores moins de suivre un Magallan
Outre le cours du soleil et de l’an
Et me mettre aux hazzardz de la mer et de l’onde, Et me commettre à la mercy de l’onde
  Pour m’esgarer, ou perdre en quelque nouveau monde.   Pour commander en quelque nouveau monde[.]
  J’ay mieulx aymé, au clos d’une bonne maison,   J’ay mieulx aymé au coing d’une maison
  Usant de mon office, apprendre la raison,  10 Du Ciel apprendre et l’ordre et la raison
Et navigant entre livres et chartes
En un clin d’oeil voler jusques aux Parthes
  Et sans guiere entreprendre à un bas vol soubmis    
10  Acquerir quelque honneur, et gaigner des amys,    
  Et faisant à plusieurs de ma plume service,    
  Cueillir la modestie entre vertu et vice :    
  Que tournoiant la terre et la Mer pas à pas,   Que tournoyant la terre pas à pas
  Arpenter tout un monde et ne l’entendre pas.   Voir tout le monde et ne l’entendre pas[.]
15  Ayant plus estimé sans bouger de noz portz,  15 J’ay mieulx aymé, sans bouger de noz portz,
  D’ouyr des valeureux les valeureux rapports,   Louer des preux les faictz et les rapportz
  Qui ont par leur valeur les guerres soubstenues,   Qui par grandeur des peines soubstenues
  Les lettres, et les loix à poinct entretenues :   Ont descouvert des terres incogneues
  Qu’espreuvant les travaulx, les perilz, et dangers,   Qu’en esprouvant leurs peines et dangers
20  M’aller ensepvelir en thresors estrangers.  20 Me voir chargé de tresors estrangers
       J’ay eu durant mon temps mon esperit agité   J’ay eu si peu mon esprit agité
  Si peu d’ambition en curiosité,   D’ambition et curiosité
   Qu’on ne m’a jamais veu ne guieres tracasser,   Qu’on ne m’a veu ne guieres traccasser
  Ne guieres m’appliquer à rentes amasser.   Ny guieres entendre à rentes amasser
25  Et quant bien j’eusse prins autre inclination :  25 Et quand j’eusse eu un[e] aultre inclination
  Assés mon heur avoit en sa possession.   Assez ay en ceste nation [sic – vers faux]
  Sans me plus agiter d’un à autre hemisphere,   Sans discourir d’un à aultre emisphere
  Pour pouvoir à mes vœuz dignement satisfaire.   De quoy trop plus qu’à mes veux satisfaire[.]
  Chascun congnoit assés de ceulxla puissance,   Ceulx qui en ont la supreme puissance
30  Où je fus colloqué d’ancienne congnoissance.  30 M’ont veu pres d’eulx quasi des leur naissance
  Apres eux à la Royne, qui m’estoit trop d’honneur,   Mis de la main (qui ne m’est peu de gloire)
  Si trop de vent leger n’eust devancé mon heur :   Du grand François d’eternelle memoire[.]
  Je ne pouvois alors à degrés aspirer,   Eussé je sceu à degré aspirer
  Que de ces hautains lieux on ne puisse esperer.   Qui de telz Roys ne se peult esperer ?
35  Mesmement attendu que de leurs bontés grandes,  35 Mesme attendu que de leurs bontez grandes
  Ils ont assés souvent prevenu mes demandes :   Ilz ont souvant prevenu mes demandes
  Mais joinct à la raison, je me suis contenté   Mais je me suis d’un chemin contenté
  D’un chemin plain et bas, et bien peu frequenté :   Plain et non hault, et bien peu frequenté
  Laissant monter plusieurs, qui par soif importune,     Laissant aucuns monter, qui de mon temps  
40  Aussi bas que j’estois, couroient mesme fortune.
  Et lesquels par le sort de la Court et du temps,
  A plus de biens mondains se treuvent moins contents.  40 A plus de biens se trouvent moins contens
        Car que nous serviroit d’avoir apprins aux livres :    
   Si noz esperits n’estoient ny vuides, ny delivres    
45   De telles passions, ny non plus retirés,    
   Que l’imbecille gent d’hommes illiterés ?    
   Aussi si par un maistre à bien faire incité    
   Nous ne pouvons tirer quelque commodité    
   Des biens, qu’il fault avoir pour passer ceste vie :    
50   Et toutesfois tousjours en avoir plus d’envie,    
   Cerchans de plus en plus nouveau tiltre d’honneur :   Tousjours cherchans nouveau tiltre et honneur
   C’est nostre pure faulte, et non point du donneur,   Mais c’est leur coulpe et non poinct du donneur
   Qui peult guerir ceulxqui luy ont faict service,   Qui peult guerir ceulx qui luy font service
   De quelque pauvreté, et non point d’avarice.   De pauvreté et non poinct d’avarice
55   « Plus celuy on estime avec raison valoir,  45 Plus a celluy qu’on juge meriter
   « Que l’on veoit eslevé sans guieres s’en chaloir,   Beaucoup de biens sans l’en veoir heriter
   « Qu’un plus actif, qu’on veoit sans rene et bride aucune   Que le bien grand qu’on tient de voix commune
   « Courir à toute force, ainsi qu’un Cerf, fortune.   Inferieur à sa haulte fortune[.]
        Ces biens là, Monseigneur, où tous sont si taschans,   Ces biens icy, où toutz sont si taschans[,]
60   Viennent sans nulle r[e]igle aux bons et aux meschans :  50 Viennent sans reigle aux bons et aux meschans
   Un fol en peult avoir, un sage s’en pourveoir,   Un sot en peult et un saige homme avoir
   Un ignorant aussi, et un de bon sçavoir :   Un ignorant et un de bon scavoir
   C’est tout ainsi qu’il plaist au fort y consentir.   Ainsy qu’il plaist au sort les despartir[.]
   Mais, Monsieur, je vouldrois pour heureux me sentir,   Or je vouldroy pour heureux me sentir
65   Supplier nostre Dieu, d’où le vray bien procede,  55 Qu’il pleust à dieu (d’où les vrays biens procedent[)]
   Qu’il luy pleust m’octroier du bien que ne possede   M’en octroyer de ceulx que ne possedent
   Nul homme vicieux, et qui n’est dispensé   Nulz vicieux, ny ne sont dispensez
   A cueur malicieux, et cerveau insensé.   A cueurs malins, ne cerveaux insensez
   Duquel le moins heureux à qui Dieu n’en desdit,  
70   Selon mon anagramme, En heur content se dit :
   L’autre bien de ça bas n’est rien plus que de l’umbre.   Et sans lesquelz d’hommes n’avons que l’ombre[.]
   Et certes de là vient que l’on veoit si grand nombre  60 D’où vient (mon dieu) que l’on veoit si grand nombre
   De forts hommes et sains, de grands et en bon poinct,   De fortz [,] de sains, de beaux et bien en poinct
   Et de bien advisez on n’en veoit quasi point,   Et de bien saiges on ne veoit quasi poinct
75   Ne qui soient entendus en venant comparoistre,   Ny qui bien scache en venant comparoistre
   Pour le vray et le faulx discerner et congnoistre.   Le vray du faulx discerner et cognoistre ?
   O treshaulte bonté n’eust-il pas mieux valu,  65 O treshault dieu, n’eust il pas mieulx valu
   Si ta divinité en ce poinct l’eust voulu,   (Si ta bonté en çe poinct l’eust voulu)
   Que tes servans mondains, de ta propre main faicts,   Que les humains de ta propre main faictz
80   Eussent esté créés tous sages et parfaicts ?   Eussent estez tous saiges et perfaictz ?
   T’a-il semblé, Seigneurs [sic], que ce fust plus à toy,   T’a il semblé que ce fut plus à toy
   Et à ta dignité, d’estre Monarque et Roy  70 De dignité d’estre monarque et Roy
   D’infinité de fols, et d’un peuple ignorant,   D’infiniz sotz et d’un peuple ignorant
   Que d’un peuple qui fust ta grandeur honnorant ?   Que d’un qui fut les vertuz honorant ?
85        Tant plus un Prince est grand, et d’honneur et de pris :   Tant plus un prince est saige et de grand p[ris]
   Tant plus d’hommes il a nobles et bien appris :   Plus a de gens nobles et bien aprys
   Et plus cher a de veoir fortifier ses villes  75 Et a plus cher qu’on voye en son pallais
   De gens de bien, d’honneur, que de gens inutiles.   Hommes d’honneur que troupes de valletz
   Un chef d’armée a bien plus d’aise et de plaisir   Un chef de guerre a bien plus de plaisir
90   De veoir son camp fourni (s’il a loy de choisir)   De veoir son camp (s’il a loy de choisir)
   D’hommes et de soldatz leur devoir bien faisans,   Tout de soldatz leur debvoir bien faisantz
   Qu‘il n’auroit pas d’y veoir troupe de païsans.  80 Que commander à un tast de paisans
   Et toy, Seigneur, sur tous grand Dieu des exercites,   Et toy seigneur[,] grand dieu des exercites
   Tu te sers icy bas de bandes desconfites,   Te sers icy de bandes desconfites
95   Sans reigle ny compas, et qui te font la guerre,   Sans discipline et qui te font la guerre
   Occupans la campaigne au milieu de la terre.   Tenans les champs au millieu de la terre.
        Mais, o moy insensé, et du tout indiscret,  85 Mais o moy fol sur tous et indiscret,
   Qui mets ma veine bouche en ton divin secret,   Qui metz la bouche en ton divin secret
   Et cerche de vuider en vaisseau corruptible   Et cherche enclore en vaisseau corruptible
 100  Trop profonde raison et incomprehensible[,]   Mer si profonde et incomprehensible
   Assez me soit, Seigneur, de te faire priere,   Assez me soit de vous faire priere
   Esprit yssu sans fin d’une essence premiere,  90 Espritz yssuz de l’essence premiere
   Et seul distributeur de sa felicité,   Seulz jouissans de sa fœlicité
   Que si il te desplaist de nostre infirmité,   (S’il vous desplaist de nostre infirmité)
Et si du tout aliénez vous n’estes
Par noz defaulx de nous et noz requestes
105   Te plaise en ce propos par ta grace aspirer  95 Qu’en ce propoz vous vueillez aspirer
   En mon esprit humain, y daignant inspirer   A mon esprit, y daignant inspirer
   Un peu du tien divin : affin qu’à veüe ouverte   Un peu du vostre, affin qu’à veue ouverte
   Je puisse un peu mieulx veoir verité descouverte[,]   Je puisse veoir verité descouverte
   Affin de faire entendre, à tout le moins aux miens,   Pour faire entendre (à tout le moins aux miens)
110   Quel’ est la difference et des maux et des biens.  100 La difference et des maulx et des biens
Et comme ilz sont l’aultre en l’un desguisez
Pour imposer mesme aux plus advisez
        Et vous mon cher Seigneur, qui tant de biens tenés,    
   Par ce discours petit sçachés et retenés,    
   Que le singulier bien qui plus en vous abonde,    
   Procede du hault ciel, et l’autre de ce monde :    
115   Qui peult d’avecques vous perir à tout propos,    
   Et l’autre vous conduire à l’eternel repos.    
   Et ce congnoistre seul sans autre art ny estude,  103 Car ce scavoir sans aultre art ny estude
   Estendra plus avant vostre beatitude.   E[s]t le chemin de la beatitude
   EN HEUR CONTENT SE DIT.    

Retour en haut de la page.

 


Élégie à la maîtresse de Papon

Dans l’édition de Paris, Breyer, 1571, f. 159 r°-160 v°, Étienne Du Tronchet adresse une épître à Étienne Papon, accompagnée d’une élégie prise d’un poème de Mellin de Saint-Gelais intitulé « Pour la Royne Marie ».
Ce destinataire appartient à une famille de notables du Forez. Aîné de sa fratrie, né en 1537, il commence ses études avant 1550 à la faculté des Arts de Paris avant de faire son droit à Poitiers, avant 1557 et jusqu’en 1559 au plus tard. On le retrouve alors avocat au Parlement de Paris. Puis il prend la succession de son père, Jean, qui résigne en sa faveur sa charge de lieutenant civil et criminel au bailliage de Forez. Fils prodigue à la « jeunesse dissipée » (Longeon, 1975, p. 309), qui se mésalliera et mourra, en 1580, dans un parfait dénuement, Étienne Papon reçoit cette épître en prose aux alentours de 1560-1565, quelques années après l’achèvement de ses études. Toujours selon Longeon (1975, p. 175), sa vie dissolue et ses constants problèmes d’argent pourraient expliquer qu’il ait eu recours à Du Tronchet pour se procurer le luth dont il est question à la fin de cette épître. Le critique considère également que Du Tronchet a fait ici office de secrétaire, chargé de trousser quelques vers destinés à la maîtresse de Papon. C’est en effet une lecture possible, mais le texte de l’épître et son titre sont suffisamment ambigus pour que l’on ne puisse totalement écarter que Du Tronchet a pu demander conseil à Papon afin d’améliorer un texte qu’il destinait à sa propre maîtresse, une dénommée Marguerite (voir v. 30).

Quoi qu’il en soit, on constate que Du Tronchet se montre particulièrement sévère à l’égard d’un poème qui reprend de fort près, voire plagie (Longeon, 1975, p. 261, note 39) des vers de Saint-Gelais. Comme on le constate en effet en confrontant la leçon la plus ancienne que nous ayons du poème-source (ms. Vaticane 1493) à sa réécriture, les changements sont mineurs. Les plus importants visent à effacer tout ce qui renvoie au statut princier de la reine d’Écosse et du dauphin François, inapproprié pour la plus simple Marguerite et son amant forézien (voir par exemple v. 11-12 ou le v. 43 et dernier). Il est vrai que les transformations qu’opère Du Tronchet n’aboutissent pas toujours à un texte satisfaisant, notamment sur le plan de la clarté. C’est ainsi que l’effacement systématique de l’anaphore pétrarquiste « il verra » – qui structure le poème de Saint-Gelais et lui donne sa colonne vertébrale – n’aboutit pas toujours à de nouveaux énoncés syntaxiquement acceptables. On peut ainsi s’interroger sur la construction des vers 13 à 22 de la version de Du Tronchet.
Pareille approximation dans les rares transformations apportées au modèle initial peut justifier en partie la sévérité avec laquelle ces vers sont évoqués dans l’épître à Papon. Toutefois, ce qui pourrait passer pour une humilité de bon aloi si Du Tronchet avait, comme il le prétend, « donné le seul estre » à cette élégie, semble un procédé plus que cavalier eu égard à l’ampleur des emprunts à Saint-Gelais dans ces vers : non seulement il dépouille sans mot dire le poète défunt, mais en plus il dévalorise les vers dont il s’empare. Faut-il considérer que le procédé, associé au délai qu’il annonce à Étienne Papon pour se procurer le luth qu’il lui a commandé, sont symptomatiques d’un double jeu de Du Tronchet envers l’enfant terrible qu’est son destinataire ? Si l’on suit cette hypothèse, Du Tronchet ferait mine de se soucier des demandes de l’héritier Papon – un instrument de musique et des vers pour sa maîtresse, si on adopte la lecture de Longeon – mais pour mieux les évacuer – en retardant l’achat du luth et en fournissant une épître plagiée au solliciteur importun.

Argument. Lettre à Monsieur l’Advocat Maistre Estienne Papon, par laquelle il luy envoye une Elegie pour sa maistresse. Et laquelle par une douce maniere de recognoissance il expose à son meilleur jugement, le priant de la limer et corriger selon les meilleures facultez de son esprit.

Monsieur, je vous envoye l’Elegie pour la Damoyselle que sçavez, telle que je l’aye peu recouvrer de ceste alienation de mon esprit hors de soy, à contempler la merveilleuse vertu de ma Maistresse, autant cruelle comme belle. Si je ne vous ay satisfait (comme je m’asseure que non) inculpez-en l’occasion, et non l’entendement. Car s’il fust libre, il eust tout son peu de sçavoir forcé à faire toute chose digne de la gentillesse du sujet et de l’integrité de vostre amour. La composition est meslée de quelque peu de fleurs de poësies, si elles sont seiches ou languissantes, vous les arrouserez, s’il vous plaist, avec la vive humeur de vostre capacité, et leur donnerez vie et esprit. Et comme singulier artifice de telles choses, avec la lime de vostre sçavoir, vous leverez dextrement tout ce que moins acconché[note] pourroit offenser l’œil judicieux de la Damoyselle. Et de ce grand benefice ma rime aura obligation à vous et à moy bien differentes [sic] : car je luy auray donné le seul estre, et elle recevra de vous le bien entierement. Je fais toute diligence de vous recouvrer un bon luth : si je le pouvois rencontrer tel que je le desire, vous auriez occasion de vous contenter. Dieu vueille que j’aye meilleure fortune à la [sic] choisir, que je n’ay eu à la façon de ceste Elegie. Afin que[,] comme vous avez raison de vous plaindre de mon peu de jugement, vous n’y puissiez adjouster mauvaise edification de mon peu de devoir. Mais quoy que ce soit, vous ne vous greverez jamais sans faillir, de mon amitié. Car au contraire, je veux que vous croyez parfaitement, qu’il n’est personne qui vous aime, ne qui vous respecte plus que je fay, et desire que non seulement vous l’entendiez, mais que ce soit un sçavoir faisons [sic] à tous ceux qui ces presentes verront.

De Lyon.

[note] Paré, bien vêtu – sur le plan physique comme intellectuel -, vif d’esprit.

v. Du Tronchet – « Elegie »
v. Saint-Gelais – « Pour la Royne Marie »
 1 Bien fut le Ciel au monde favorable, 1      Bien fut le ciel au monde favorable
  En y mettant premier et sans exemple,
  Lors qu’il y mit premiere et sans exemple
  Naifve beauté à luy seul comparable.
  Ceste beaulté à luy seul comparable[.]
4 Il avoit prins en son tour large et ample 4      Il avoit prins en son tour large et ample
Miroüer pour voir par si belle figure,   Pour ornement de si belle figure
  A son semblant, ce qu’en luy se contemple,   Tout ce qu’en elle on admire et contemple[.]
7 Dont l’ayant faite autour de sa nature, 7      Dont[,] l’ayant faicte en tout de sa nature[,]
  N’y tient rien moins qu’une place asseurée,   Retint pour elle une place asseurée
Ou un beau siege, en sa region pure[.] Au plus clair lieu de sa region pure
 10 Le Ciel deslors l’eust quasi retirée,  10      Où volontiers l’eust deslors retirée
  Aupres de soy, si par sa cognoissance   S’elle n’eust deu par fatalle ordonnance
  L’heur de ça bas ne l’eust point attirée[.] Tenir la terre et y estre adorée[.]
13 Eximer[note] donc qui ne veut l’ignorance  13      Qui donc ne veult se perdre en l’ignorance
Du plus grand bien qui nous puisse apparoistre[,]   Du plus grand bien qui eust sceu comparoistre[,]
  Entendre au bien de son obeissance[,]
Viegne se rendre à son obeissance[,]
16 Tenant ses yeux ravis à se repaistre,  16      Viegne ses yeulx contenter et repaistre
  Incessamment à l’œil qui de ce monde   Du clair object qui seul faict en ce monde
  Rend pleine nuict au Soleil comparoistre, En plaine nuict le soleil apparoistre[.]
19 En elle on void[,] sous cheveleure blonde,  19      Il luy verra soubz cheveleure blonde
  Une chenuë et prudente pensée,   Une chenue et prudente pensée
  Guidant l’espoir, où maint laurier se fonde, Sur qui l’espoir de mainct laurier se fonde[.]
22 Rare blancheur, de nul trouble offencée[.]  22      En la blancheur[,] par nul trouble offensée[,]
  A front celeste, auquel au vif est peinte   De l’ample front il verra vertu paincte [-]
Mesme vertu, aux autres devancée,   Finie en elle, aux aultres commencée[.]
25 Tous ces rayons par flamme non esteinte, 25      Dans ses beaulx yeulx en flamme non esteincte
  En ferme Amour se voit joincte et enclose,   Avec amour verra joincte et enclose
  Honnesteté sans cholere ou contrainte, Honnesteté sans querelle ou contraincte[.]
28 Comme en jardin d’un visage où repose 28      Il verra teinct ung visage où repose
La naifveté, et gracieuse audace,   Doulceur haultaine et gratieuse audace
  Où Marguerite a l’odeur de la rose. Comme entre Lys une vermeille Roze[.]
31 Reste on y lit en bien petit espace,  31      Il verra sourdre en bien petite espace
  Tous les apports d’une mer d’eloquence,   Parmy Rubis une mer d’eloquence
  En fort bon sens, et toute bonne grace. Où le bon sens regne et la bonne grace[.]
34
Dont la trouvant en repos ou silence,  34      Et s’il la trouve en repos et silence
  Elle a tousjours majesté desirable.   Il luy verra majesté si aymable
  Navrant tout cœur par douce violence,   Qu’aulx plus durs cueurs elle faict violence[.]
37 Elle maintient façon tant aggreable, 37      Il luy verra mainctien si agreable
  Jusques à rendre un cœur dur, doux et tendre :   En tous ses faictz (si tous les scait comprendre)
Tant elle est mesmes aux graces admirable. Qu’aulx graces mesme elle en est admirable[.]
40
Si donc heureux un chacun se peut rendre,  40      Sy donc heureux un chascun se peult rendre
  En la voyant sans faveur plus expresse,   En la voyant en faveur plus expresse[,]
  Qui scauroit l’heur mesurer et comprendre   Qui scauroit l’heur mesurer et comprendre
43 Du serviteur qui l’a pour sa maistresse ? 43 Du demi dieu qui l’a pour sa maistresse ?
Qui de son cœur n’est interdit,
Celuy EN HEUR CONTENT SE DIT.

[note] Affaiblir, dessécher. La construction de cette longue phrase n’est pas claire. Il est envisageable de comprendre l’usage des deux infinitifs à l’amorce des v. 13 et 15 de la façon suivante : « Qui ne veut donc affaiblir l’ignorance […] / [Qui ne veut donc] entendre… ». La structure syntaxique, quoi qu’il en soit, paraît bien contournée. On comprend que Du Tronchet n’en soit pas satisfait.

 

Retour en haut de la page.


Épître 135 à Diane de Rostaing, nièce de Mellin de Saint-Gelais

Cette épître en prose de Du Tronchet que l’on trouve dans l’édition de Paris, Breyer, 1571, f. 189 r°-190 r° n’est pas imitée de Mellin de Saint-Gelais. Nous la donnons toutefois car l’auteur forézien s’adresse ici à Diane, qui est la nièce – ou peut-être la fille illégitime – de Mellin de Saint-Gelais. Étienne Du Tronchet la nomme Melle de Rostaing, ce qui pourrait laisser penser qu’elle est l’épouse d’un membre de cette famille, également bien implantée dans le Forez. Rappelons en effet qu’au XVIe siècle, l’appellation de demoiselle dénotait davantage la noblesse de la jeune femme ainsi désignée que son statut marital. L’hypothèse pourrait être corroborée par le fait que, f. 187 v°-188 r° du même ouvrage, Étienne Du Tronchet adresse également une épître en prose à « Monsieur de Rostaing, Seigneur de Reüchete, gentil-homme de la maison du Roy, et enseigne de la compaignie de Monsieur de Rostaing », datée de Fontainebleau. Il s’agit d’une réponse à la demande que semble avoir formulée Rostaing de voir Du Tronchet intervenir à la cour en sa faveur. Avec beaucoup d’égards et d’apparente modestie, celui-ci écrit : « Je me plains que je ne puisse tant en ceste Court comme vous en avés l’opinion, et comme il me plairait aussi : tant pour moy (puis que la charité bien ordonnée doit commencer à soy-mesme) que pour parvenir à la fin de vostre desir : et si vous errés en m’estimant plus que je ne suis : vous vous trompés aussi de penser que j’aye plus de moyens icy que je n’aye » (f. 188 r°). C’est donc bien une fin de non recevoir, quoique fort polie.
Dans la lettre adressée à Diane, le ton est badin. De la famille de la jeune femme, il n’est nullement question. Son intelligence et son savoir sont loués sur un ton de badinage qui se plait à jouer avec les codes superposés de l’éloge des puissants et des « lettres amoureuses » évoquées dans l’argument. On notera en particulier la tension entre « presumption » et « modestie » qui s’actualise dans cette épître, motif caractéristique des écrits de cour des années 1550.

Argument.
Louange à une Damoyselle de qualité parmy laquelle ce Secretaire monstre d’où peut venir, que la hardiesse de parler ou d’escrire se pert souvent entre la memoire, la langue, ou la main. Ce qui advient principalement en parler, ou en lettres amoureuses, quand l’ardeur et l’affection transportent l’esprit de l’homme jusques en ceste confusion. Et toutesfois il refoule qu’il vaut mieux quelquefois se monstrer sans esprit, que d’entrer en opinion d’ingratitude, à Madamoyselle de Rostaing, Diane de Sainct Gelais.

Madamoiselle, tant plus souvent je reçoy les lettres qu’il vous plaist me mander, et moins je me trouve disposé d’esprit, à vous en pouvoir faire response convenable. Et cela vient de la secrette vertu que l’homme doit avoir de se cognoistre soy-mesme pour fuir le vice de naturelle presomption. Parquoy ne me sentant capable de trouver parolles, conformes à la grandeur de celles que vous continuez à m’escrire : cela m’oste tellement la hardiesse, que voulant essayer de les former, je les sens perir entre la memoire qui les conçoit, et la langue qui desire de les exprimer. De sorte, Madamoyselle, que vous et moy demeurons par un mesme moyen mal satisfaits : vous du merite vostre, et moy de mon devoir. Mais pource qu’il est meilleur de se monstrer sans esprit, que d’entrer en voye d’ingratitude : la crainte qui met peine de me faire taire, cedera en cest endroit au bon desir qui me provoque de vous dire qu’il ne m’appartient que mon nom soit proferé de vous, qui estes majesté et grace de toute science moderne feminine. Dont chacun vous celebre, chacun vous admire, et chacun vous honore, en loüant la visible divinité de ce siecle, qui quasi en vous seule est divinement apparente. Et donc, Madamoiselle, si la modestie qui me faict rougir quand il vous plaist honorer l’indignité de mes qualitez, se pouvoit convertir en presumption, je me tiendrois pour heureux. Car le changement de la vergongne en temerité formeroit l’inadvertence de ma nullité : tellement que je m’en glorifierois comme de chose qui me deust appartenir. Bien que tel que je suis, je le tiens d’estre cognu de vous pour une solennelle et singuliere avanture, d’autant que l’excellence de l’esprit, et la valeur de l’entendement, qui font ramentevoir avec la nature la perfection d’une femme, sont si accomplis en vous, qu’il n’est merveilles, si avec le jugement et avec l’œuvre, vous comprenez et penetrez en tant de sortes, jusques en l’ame de la vertu. Ne faisant chose qui ne monstre partie de la superhumaine condition que vous possedez. À tant que qui vous contemple en discours, il reçoit en la serenité d’un si grave, si doux et si gracieux langage[,] l’image d’un Empire d’honnesteté, duquel vous estes tresdigne. Ma Damoiselle, je prie Dieu me continuer en vostre bonne grace.

De Mont brison.

Retour en haut de la page.


Bibliographie critique

Retour en haut de la page.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « La dette d’Etienne Du Tronchet à l’égard de Mellin de Saint-Gelais », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 4 janvier 2017, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4374.