Jean de Boyssières reprend la traduction de l’Arioste par Mellin (1580)

Dernière mise à jour : 8 juillet 2016

En 1580, Jean de Boyssières publie à Lyon chez Thibaud Ancelin sa paraphrase du Roland furieux de l’Arioste. Comme l’a signalé Denis Bjaï dans « De l’Arioste au Tasse : les muses italiennes de Jean de Boyssières », L’Arioste et le Tasse en France au XVIe siècle, Cahiers V.L. Saulnier, XX, 2003, p. 171-185, le poète auvergnat intègre à son ouvrage les traductions antérieures de Mellin de Saint-Gelais, Jean-Antoine de Baïf et Guillaume Belliard, se contentant de translater en français ce qui ne l’avait pas encore été. Rendant à César ce qui appartient à César, l’imprimé fait apparaître en marge les noms de ces premiers traducteurs. Pour reprendre les termes de l’auteur de la postface, J. Boucher, « c’ét qu’il n’a volu metre la mein ny possible defere une chose bien fete, respectant en premier lieu Jan Anthoéne de Baif […] ».


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Jean de Boyssières reprend la traduction de l’Arioste par Mellin (1580) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 8 juillet 2016, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4368.