Jean de Boyssières reprend la traduction de l’Arioste par Mellin (1580)

Dernière mise à jour : 8 juillet 2016

En 1580, Jean de Boyssières publie à Lyon chez Thibaud Ancelin sa paraphrase du Roland furieux de l’Arioste. Comme l’a signalé Denis Bjaï dans « De l’Arioste au Tasse : les muses italiennes de Jean de Boyssières », L’Arioste et le Tasse en France au XVIe siècle, Cahiers V.L. Saulnier, XX, 2003, p. 171-185, le poète auvergnat intègre à son ouvrage les traductions antérieures de Mellin de Saint-Gelais, Jean-Antoine de Baïf et Guillaume Belliard, se contentant de translater en français ce qui ne l’avait pas encore été. Rendant à César ce qui appartient à César, l’imprimé fait apparaître en marge les noms de ces premiers traducteurs. Pour reprendre les termes de l’auteur de la postface, J. Boucher, “c’ét qu’il n’a volu metre la mein ny possible defere une chose bien fete, respectant en premier lieu Jan Anthoéne de Baif […]”.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Jean de Boyssières reprend la traduction de l’Arioste par Mellin (1580) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 8 juillet 2016, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4368.