Antoine de Blondel s’en prend indirectement à Mellin vingt ans après sa mort (1576)

Dernière mise à jour : 8 juillet 2016

Dans ses Opuscules publiés à Douai chez Jacques Boscard en 1576, le jeune Antoine de Blondel évoque les débuts de Ronsard et notamment, à demi-mot, la querelle qui l’a opposé à Saint-Gelais au début des années 1550, c’est-à-dire à peu près au moment où Blondel naissait. Dans cet ouvrage à la gloire du Prince des poètes, le jugement de l’auteur à l’égard des opposants au “divin Ronsard” est tout à fait négatif. En témoignent ces vers (que nous citons d’après le Dictionnaire des poètes français de Jean-Paul Barbier-Mueller, tome I, p. 637), dans lesquels on peut, en filigrane, deviner la figure de Mellin :

N’avons nous poinct veu en France,
Une indiscrete arrogance,
Qui quasi au grand harpeur

Et à sa gloire naissante,
Taschoit par langue piquante,
De luy desrober l’honneur.

Cet ouvrage est conservé dans le fonds Goujet de la BM de Versailles. Ces vers se trouvent à la p. 113.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Antoine de Blondel s’en prend indirectement à Mellin vingt ans après sa mort (1576) », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 8 juillet 2016, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4362.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search