Sébillet et “Qu’est-ce qu’Amour ? est-ce une déité” (1548-1551)

Dernière mise à jour : 29 août 2013

Saint-Gelais est l’auteur d’une pièce dont l’incipit est “Qu’est-ce qu’Amour ? est-ce une déité” [Voir cet article pour les indications bibliographiques]. Une référence à ce texte est faite dans “L’Epître de folle amour” (c. 1541), attribuée à Clément Marot ou à Paul Angier (voir ce texte). Thomas Sébillet, le cite quant à lui dans le chapitre X de son Art poetique françoys (1548), “Du Blason, et de la definition et description”. Nous citons ce passage d’après la transcription mise en ligne sur le site de l’Uqar :

Definition et description retiennent les noms Latins, et outre les noms la forme. Car la definition Françoyse exprime la sustance de la chose definie, et le naturel fond d’elle. Et la description peint et colore seulement la chose descripte par ses proprietez et qualitez accidentaires, ne plus ne moins qu’en Latin. Ces deux sortes de Poëmes sont trouvées de nouveau, et encor peu usitées, toutesfoys elegantes : comme tu peux veoir en la definition d’Amour qui dit ainsi.

             Qu’est ce qu’Amour ? est-ce une Deité
Regnant sur nous, ou volunté naissante
Sans quelque force, et sans necessité ?
            C’est un pouvoir qui par secrete sente
Se joint au cœur dissimulant sa force,
Et se fait maistre avant que lon le sente,
            C’est un discord et general divorce
D’entre le sens et le vray jugement,
Laissant le fruit pour la foeille et l’escorce.                        [f. I2, r°]
            C’est un vouloir qui n’a consentement
Qu’a refuser ce qu’il voit qui l’asseure
De luy donner meilleur contentement.
            C’est un desir qui pour attendre une heure
Perd beaucoup d’ans, et puis passe comme umbre :
Mais rien de luy fors douleur ne demeure.
            C’est un espoir qui pallie et adombre
Le mal passé, et l’estimation,
De l’avenir, qui n’a mesure ou nombre.
            C’est un travail d’imagination,
Lequel riant par craintive esperance
[?]isive rend toute occupation.
            C’est un plaisir qui meurt à sa naissance :
Un desplaisir qui plus est en saison,
Quand plus prochain de sa fin on le pense.
            C’est un portier qui ouvre la maison
Aux ennemys, et aux amys la ferme,
Faisant les sens gouverneurs de raison,
            C’est un refus qui asseure et afferme :
Un asseurer, qui desasseure et nie
Rendant le cœur en inconstance ferme.
            C’est un jeuner qui pait et resasie :
Un devorer qui ne fait qu’affamer :
Un estre sain en fievre et phrenesie.
            C’est un flateur qui soubz le nom d’aimer
Tient tout en guerre, et tout reconcilie,
Sachant guerir ensemble et entamer.                                 [f. I2, v°]
            C’est un effort qui estraint et delie :
Une foiblesse et puissance si grande,
Que tout bas haulse, et tout haut humilie.
            C’est un subjet qui n’a qui luy commande :
Un maistre auquel chacun va resistant,
Fors ceux à qui les yeux il clost ou bende.
            C’est un vouloir trop ferme en persistant :
Un obstiné qui une mesme chose
Veut et ne veut cent fois en un instant.
            C’est une chose interieure et close,
Qu’on veult celer, et que chacun entend,
Qu’on ne peut taire, et que dire l’on n’ose.
            C’est un sçavoir incongneu et latent,
Lequel on peut trop mieux penser que dire :
Dont laisseray d’enraisonnner [sic] à tant.
Et pour penser abandonne l’escrire.
Et en la discretion d’Amour mesme tournée du Poëte Murulle, qui dit ainsi :
A. Qui est l’enfant ? B. C’est le filz de Venus,
A. Pourquoy a-il de flesches pleine trousse ?
B. Prompt a blesser autant gros que menus,
            Souvent sans cause aigrement se courrousse.
A. Il monstre à nu sa chair blondette et rousse
            Pourquoy cela ? B. L’enfant simple, indiscret,
            Ne veult avoir couverture ne housse.
A. D’ou vient qu’il est enfant ?                                             [f. I3, r°]
B. Le vieil discret
            Et meur, il rende pris de feu secret
            En luy faisant d’enfant la forme prendre.
A. Qui luy a mis aisles au dos megret ?
B. Legereté, dont il se fait reprendre.
A. Il est sans front. B. Amy, tu dois entendre
            Qu’il fuit le signe ennemy de ses loix.
A. Quel malheur donc l’a peu eveugle rendre ?
B. Demesurée ardeur. A. Mays tu le vois
            Depuis le chef jusques au bout des doigs
            Megre et chetif ; qui fait cela ?
B. La veille,
            Le doeil, le soin, les lamentables vois,
            Et les soucys qu’entour soy il accoeille,
A. Qui va devant l’aveugle ?
B. Qui ? Vermeille
            Ebrieté, sommeil decoloré,
            Oisif repos, sumptueuse merveille.
A. Qui l’accompaigne ?
B. Haine, doeil esploré,
            Noise, discord, Mars pour dieu adoré,
            Inimitié, jalousie et envie.
A. Et donc qui l’a du hault ciel honoré ?
B. Les folz humains.
A. Pourquoy ?
B. Pour à leur vie
            Salle, impudique, à ordure asservie
Donner couleur de ceste Deité,                                           [f. I3, v°]
Si que semblast moindre leur villainie
Les contraignant devine authorité.
A. Ha, cœurs pervers ignorans verité,
Tant estes loin de droit et de justice,
Quand commettans double meschanceté,
D’autre peché palliez vostre vice.

             Les carmes de dix syllabes y sont plus communs : rien n’empesche toutesfois d’en user d’autres, tout ainsi que la ryme Italienne ditte Tierce, y est plus souvent usurpée : n’y a pourtant inconvenient d’y en accomoder d’autre à ton arbitre.

Une « Definition d’Amour », paraît également dans La louenge des femmes, ouvrage misogyne publié anonyme à Lyon en 1551 mais attribué au même Thomas Sébillet. En voici le texte :

Qu’est ce qu’Amour ? c’est une sainte loy
Liant les cœurs, de crainte de desplaire,
Fondée sus inviolable foy.
C’est un pourtrait que Dieu ha voulu faire
Sus les esprits de sa divinité,
Pour eux, entr’eux, et eux à soy attraire.
C’est en nostre ame, un poinct d’amenité,
Dont vertu fut la mere : et la nourrice
Fut, comme on croid, sage simplicité.
C’est un accord, des esprits tant propice
Aux corps desjoints, qu’ilz desirent tousjours                      [p. 31]
Qu’ainsi comme eux, l’un à l’autre s’unice.
C’est un desir, qui croist avec les jours
De voir un bien, que seul bien on estime,
Et fait trouver longs les plus courts sejours.
C’est un attrait de la chose qu’on ayme
Formant de soy, tant forte opinion,
Que mesme soy, pour elle on desestime.
C’est une ferme, et constante union
Qui elements, cieux, astres, Dieux accorde,
Et nous fait part de leur perfection.
C’est, à vray dire, une divine corde
Joingnant en un, tout ce qui est desjoint,
Qui appaisa du Chaos la discorde.
C’est un divin feu, qui serre et conjoint
En un ceil d’œil choses dessassemblées,
Tousjours brulant, et ne le void on point.
C’est un larron de secrettes emblées
Qui long temps, plus tost entré, qu’apperceu,
Ha de sa paix maintes ames troublées.
C’est un effect de Dieu, pour Dieu receu,
Et pour Dieu craint : mais si ha il un frere
Que maint, prenant pour luy, est bien deceu.
C’est un Aymant, qui peult les cœurs attraire
D’un corps en autre, et qui peult transformer
L’un des esprits au poinct de son contraire.
C’est un desir de ce qu’on oyt nommer                                [p. 32]
Beauté, qui touche œil, esprit, et aureille,
Mais touchant l’œil, moins fait à estimer.
Ce n’est pas donq, la voulenté pareille
En femme et homme, enclinant au plaisir,
Qui repentance, et vergongne appareille.
Ce n’est donq pas, cest impudiq desir
Qui femme tient, de corps et cul conjoindre
Toutes les fois, qu’elle ha lieu et loisir.
Ce n’est pas donq cest appetit de joindre
L’un corps à l’autre, aux bestes peculier,
Et aux humains, esquelz raison est moindre.
Ce n’est donq pas ce coucher familier,
Ce baiser doux, ce parler de franchise
Que femme prend pour plaisir singulier.
Ce n’est pas donq ce doux vent de chemise
Qui semble aux fols, sucré et miellé,
Mais trop plus aspre aux sages, que la bise.
Ce n’est donq pas ce Cupido aislé,
Aveugle, enfant, nud, incertain, volage,
Qui tant d’amer à son doux ha meslé.
Ce n’est pas donq ce fabuleux image
Dessouz lequel, les Poëtes savants
Ont adombré lascheté de courage.
Ce n’est donq pas, ce qu’amoureux resvants,
Et moins tenans le droit que l’Escrevice,
Sont pour grand bien, haultement eslevants.                     [p. 33]
Ce n’est pas donq cest ord, et aigre vice
Qu’eux mesmes ont, comme non meritant
Le nom d’Amour, n’agueres dit service.
Ce n’est donq pas l’aguillon irritant
Les membres ords, à l’acte tant immonde,
Que le faisant, va tous yeux evitant.
Ce n’est donq pas ceste ombre d’amour monde,
Ceste ombre d’heur, ne ceste ombre de bien,
Souz faux semblant, couvrant tous maux du monde.
Ce n’est donq pas ce fol cuider, ce rien,
Duquel l’effect, est de soy tant infame,
Que le tenant ne l’ose advouer sien.
Brief, Amour n’est, ce que menteuse femme
Appelle Amour. Amour ha tel effect
Qu’il ne peult estre en cœur de folle femme,
Ains en l’esprit de l’homme plus parfait.

Notons toutefois que ce type de pièce est courant. Pour n’en donner que quelques exemples, le ms. Chantilly 523 contient au f. 88 un dizain anonyme dont l’incipit est “qu’est-ce que amour ? c’est une passion”. Quant à Marguerite de Navarre, elle est l’auteur d’un “Qu’esse d’amour ? comment le pœult-on paindre” (voir éd. Cooper, p. 266).


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Sébillet et “Qu’est-ce qu’Amour ? est-ce une déité” (1548-1551) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013, mis à jour le 29 août 2013 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/432.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search