“Ces six oeillets / Ces trois soucis” – indications bibliographiques

Dernière mise à jour : 1er mai 2016

Cette notice est en cours d’élaboration. Elle sera complétée progressivement.

Genre :

  • Huitain (dans tous les témoins publiés du vivant de Saint-Gelais, y compris dans Belin 370 [2])
  • Douzain (à partir de 1558 dans Belin 370 [1] puis dans tous les témoins posthumes).

Élément de datation : début des années 1530.

Carte de trois d’Oeillet [planche 2 du jeu de cartes rondes d’après le Maître P. W. de Cologne / T.W. (Telman von Wesel) c. 1490-1510 ] BNF (source : Gallica).

 

PLAN DE LA FICHE

1. Variantes de la pièce

a. Titres
b. Incipit

2. Où trouver la pièce ?

a. Sources du XVIe siècle

– Imprimés
– Manuscrits

b. Editions modernes

3. Bibliographie critique
4. Généalogie


1. VARIANTES DE LA PIÈCE
A. TITRES DONNÉS À LA PIÈCE

– « Huictain d’amours » [ms. B.N. fr 12489].

– « D’un Boucquet d’œilletz gris et Rouges » [mss. Belin 370 [1], B.N. fr. 878, B.N. fr 885, Vienne 10.162].

Retour en haut de la page.

B. VARIANTES DE L’INCIPIT

– « Ces troys sourcys couvers de ceste guyse » [mss. B.N. 12489].

– « Ces six œilletz meslez en ceste guise » [mss. B.N. 2334, Œuvres 1547, Belin 370 [1], Vaticane 1493, B.N. fr. 878, B.N. fr 885, Vienne 10.162].

– « Ces troys œilletz lyez en ceste guise » [ms. Belin 370 [2]].

Retour en haut de la page.

2. OÙ TROUVER LA PIÈCE ?
A. SOURCES DU XVIE SIÈCLE
* IMPRIMÉS

– Œuvres, Lyon, Pierre de Tours, 1547, p. 39-40.

Retour en haut de la page.

* MANUSCRITS

– Ms. B.N. fr 12489 [début des années 1530], f. 106 r°.

– Ms. B.N. fr. 2334 [1ère moitié XVIe siècle], f. 62 v°.

– Ms. Belin 370[1] [c. 1558], f. 53 r°.

– Ms. Belin 370[2] [c. 1558], f. 61 v°.

– Ms. Vaticane 1493 [c. 1558-1559].

– Ms. B.N. fr. 878 [c. 1563], f. 113 r° et v°.

– Ms. B.N. fr. 885 s. 1 [après 1569], f. 117 v° – 118 r°.

– Ms. Vienne 10.162 [fin XVIIe – début XVIIIe siècle], f. 72 v°.

Retour en haut de la page.

B. ÉDITIONS MODERNES

– Blanchemain Prosper, Œuvres complètes de Melin de Sainct-Gelays, Paris, 1873, tome 1, p. 110.

– Stone Donald Jr, Œuvres poétiques françaises, Paris, STFM, t. 2, p. 184.

Retour en haut de la page.

3. BIBLIOGRAPHIE CRITIQUE

– 

Retour en haut de la page.

4. GÉNÉALOGIE

La version du texte figurant dans Belin 370[2] s’inscrit dans la lignée, nombreuse, des textes exploitant le motif antique du Carpe diem. On retiendra surtout que Ronsard, en 1553, publie dans cette même veine le célèbre “Mignonne allons voir si la rose”. Or la dernière version du poème de Saint-Gelais (la seule à se référer clairement au Carpe diem) apparaît pour la première fois dans le dernier manuscrit composé du vivant de Mellin, en 1558. Il est donc légitime de penser que la réécriture se fait en référence à cette odelette du principal rival de Saint-Gelais.

Retour en haut de la page.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « “Ces six oeillets / Ces trois soucis” – indications bibliographiques », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 1 mai 2016, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/4306.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search