« Ung jour que Madame dormoit » – Indications bibliographiques

Dernière mise à jour : 31 juillet 2015

Cette notice est en cours d’élaboration. Elle sera complétée progressivement.

François BOUCHER, Pan et Syrinx, c. 1762, Museo del Prado, Madrid [source : WGA].

François BOUCHER, Pan et Syrinx, c. 1762, Museo del Prado, Madrid [source : WGA].

Genre : dizain [Opuscules / Folies].

Éléments pour la datation de la pièce : Avant 1541.

Apparemment, première attestation (jusqu’ici) en édition musicale. Puis figure dans de nombreuses éditions textuelles polygraphiques. À ce point du dépouillement des sources, les manuscrits sont assez peu nombreux.

1. Variantes de la pièce
a. Titres donnés à la pièce

 « Dixain »

b. Variantes de l’incipit

 « Monsieur fringoit sa chambriere » (Recueil de vraye poesie, 1543 et 1544).

2. Où trouver la pièce ?
a. Sources du XVIe siècle
* Imprimés

 – La Fleur de poesie francoyse. Recueil joyeux contenant plusieurs Huictains, Dixains, Quatrains, Chansons, et aultres dictez de diverses matieres mis en nottes musicalles par plusieurs autheurs, et reduictz en ce petit livre, Paris, Alain Lotrian, 1542.

La Fleur de poesie francoyse. Recueil joyeux contenant plusieurs Huictains, Dixains, Quatrains, Chansons, et aultres dictez de diverses matieres mis en nottes musicalles par plusieurs autheurs, et reduictz en ce petit livre, Paris, Alain Lotrian, 1543.

Le Recueil de vraye Poesie Françoyse, prinse de plusieurs Poëtes, les plus excellentz de ce regne, Paris, Denis Janot, Vincent Sertenas et Jean Longis, 1543.

Recueil de vraye Poesie Françoyse, prinse de plusieurs Poëtes, les plus excellentz de ce regne, Paris, Denis Janot, 1544.

Le recueil de poesie françoyse, prinse de plusieurs Poëtes, les plus excellentz de ce regne, Lyon, Jean Temporal, 1550.

– Recueil de tout soulas et plaisir pour resjouir et passer temps. Aux amoureux comme Epistres, Rondeaulx, Ballades, Epigrammes, Dixains, Huictains nouvellement composé, Paris, Jean Bonfons, 1552 (peut-être aussi dans la réédition de 1562 : à confirmer).

Art poétique françoys, pour l’instruction des jeunes studieux, et encor peu avancez en la Poësie Francoyse. Avec le Quintil Horatian sur la defense et illustration de la langue Françoyse. Auquel est inséré à la fin un recueil de Poësie Françoyse, pour plus facilement entendre ledict art, Paris, veuve Regnault, 1555.

Poesie Facecieuse extraitte des œuvres des plus fameux Poëtes de nostre siecle, Lyon, Benoit Rigaud, 1559.

Œuvres poétiques de Mellin de S. Gelais, Lyon, 1574.

* Manuscrits

– Ms. Vaticane Pal. Lat. 1984 [entre 1540 et 1560].

– Ms. Vaticane Ms. Reg. Lat. 1493 [c. 1558-1559].

Ms. B.N. fr. 878 [c. 1563].

Ms. B.N. fr. 15220 [XVIIe siècle], f. 35 r°.

Ms. Vienne 10. 162 [fin XVIIe – début XVIIIe siècle], f. 38 v°.

Rmq : présente dans Vaticane 1493, la pièce n’a pas été conservée dans B.N. fr. 885. Elle fait partie des pièces grivoises qui semblent avoir figuré initialement sur un feuillet ôté du manuscrit destiné à Diane de Poitiers. On peut faire l’hypothèse que le manuscrit a été adapté à la destinataire du livre par ce retrait des pièces qui pouvaient paraître trop peu convenables.

* Recueils de musique imprimés

 – Dixiesme livre contenant XXVIII chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant, 1541 (RISM 1541/5 et 1541/6 ; musique de Pierre Certon).

Tresiesme livre contenant XIX chansons nouvelles à quatre parties, en deux volumes, Paris, Attaingnant-Jullet, 1543 (RISM 1543/9 et 1543/10 ; musique de Clément Janequin).

b. Éditions modernes (texte et partitions)

– Blanchemain Prosper, Œuvres complètes de Melin de Saicnt-Gelays, Paris, 1873, tome 1, p. 272.

– Stone Donald Jr, Œuvres poétiques françaises, Paris, STFM, t. 1, p. 127.

Clément Janequin… Chansons polyphoniques. Volume III : Période angevine, éd. A. Tillman Merritt et François Lesure, , Monaco, éditions de l’Oiseau-lyre, 1967.

c. Discographie

– Jacques Feuillie Vocal Group, Libertine songs of the French Renaissance, 1975.

Le verger de musique, Antony Auvidis, 1999 (1996).

– Württembergischer Kammerchor, Kurz Dieter, Trink- und Liebeslieder der Renaissance, 2011.

– Joël Cohen and The Boston Camerata, Pierre Certon : chansons, Harmonia Mundi, 2008 (1980).

Pour entendre quelques interprétations de la chanson, voir ici, et .

3. Bibliographie critique

 – SIMONIN Michel, « Le retour de Martin Ponthus : Trajets d’une rumeur, des Comptes du monde adventureux aux Novelle de Bandello« , L’Encre et la lumière : quarante-sept articles (1976-2000), Genève, Droz, 2004, p. 47-68.

[L’article porte sur le 6e récit des Comptes du Monde adventureux (Paris, 1555) et les différentes versions, italiennes et françaises, de la même anecdote jusqu’au début du XVIIe siècle. Simonin examine les sources « de réalité » et « littéraires » du récit. C’est dans ce cadre qu’est évoquée une chanson de Saint-Gelais, « Ung jour que madame dormoit ». Simonin souligne sa parenté avec une autre chanson composée de septains d’heptasyllabes qu’il suggère de dater du milieu du XVIe siècle, l’Histoire pitoyable d’ung Marchand lequel donna dis escus a son varlet pour coucher avec sa femme cependant qu’il alla coucher avec sa servante].

NB. Voir la copie de la pièce en appendice, p. 62-65,

reproduite dans un article du carnet.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « « Ung jour que Madame dormoit » – Indications bibliographiques », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 août 2013, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/426.