En 1835, Rosa de Saint-Surin parle de Mellin de Saint-Gelais

Dernière mise à jour : 16 janvier 2016

Dans ses “Conjectures sur l’auteur [de] Rondeaux” portant en acrostiche le nom de Louise de Savoie dont elle propose une édition en 1835 à partir d’une source manuscrite, Rosa de Saint-Surin consacre quelques pages à l’hypothèse que ces poèmes puissent être de Mellin de Saint-Gelais, avant de la repousser, au profit d’une attribution à André de La Vigne. Voici ce qu’elle dit de notre poète (p. 146-148) :

“Mellin de Saint-Gelais, fils naturel d’Octavien, vint très-jeune à la cour de France, dont il fit les délices ; il en a été le Benserade ; une fête n’aurait pas paru divertissante à cette cour folâtre et chevaleresque si des vers de Mellin n’y eussent pas été récités. Il a composé pour les filles de Madame (Louise de Savoie) une épître en réponse aux lettres du sieur de la Vigne* ; on a aussi de lui une épitaphe de notre Princesse [i.e. Louise de Savoie]

Elle est icy, ne va point plus avant,
Ces marbres grands sont de sa sepulture :
Tu vois où gist celle qui peu devant
Fit voir au monde en une creature
Tout le pouvoir du ciel et de nature :
Si tu la vis, remercie tes yeux,
Car oeil mortel jamais ne verra mieux,
Bien que de tant les restes soient petites,
Et que l’esprit soit retourné aux cieux,
Trop tost pour nous et tard pour ses merites.

Mellin de Saint-Gelais, ce poëte gracieux dont Marot a dit :

O Saint-Gelais, creature gentille,
Dont le sçavoir, dont l’esprit, dont le stile,
Et dont le tout rend la France honnorée,

a une manière à lui, un naturel qui le place près de Clément, et laisse loin derrière lui ces rimeurs, vrais compteurs de syllabes, qui les avaient précédés. Or, les rondeaux adressés à la duchesse d’Angoulême n’offrent guère que des mots distribués en lignes de mesures égales ; ils ne sauraient donc appartenir à Mellin”.

* Il est ici fait référence à l’épître qui commence “Le grand vent dont vous vous plaingnez”.


Si le propos est daté et comporte des affirmations péremptoires peu prudentes – par exemple sur la paternité d’Octovien de Saint-Gelais, la caractérisation de la cour de François Ier, ou encore le mépris dans lequel sont tenus les poètes de la génération Marot, “vrais compteurs de syllabes” – il est intéressant en ce qu’il présente Saint-Gelais comme un excellent poète, presque aussi bon que Clément Marot.

Les deux textes de Mellin de Saint-Gelais qui sont cités dans ces pages comptent, selon toute apparence, parmi les plus anciens que nous ayons conservés du poète. L’épitaphe de Louise de Savoie est très précisément datable (entre le 22 septembre 1531 – date de la mort de la reine mère – et le 17 octobre de la même année – date de l’achevé d’imprimer du premier recueil dans lequel la pièce paraît).
L’épître au sieur de la Vigne est moins aisée à dater. Si comme le croient nombre de critiques, ce destinataire est bien le rhétoriqueur André de La Vigne, alors le texte est nécessairement antérieur à son décès. Encore faut-il déterminer à quel moment il est intervenu. Se fondant sur le fait que l’on n’a aucune trace de lui après 1515, certains critiques (par exemple Becker) considèrent qu’il a dû disparaître à peu près à cette période. On sait, par un texte de Jean Bouchet, qu’il était assurément déjà mort en 1527. C’est ce qui pousse d’autres spécialistes du poète à considérer que son décès a plutôt dû intervenir c. 1526. Cette hypothèse paraît la plus vraisemblable (toujours si l’on considère que le texte de Mellin est bien adressé à cet homme). D’abord, les vers de l’épître présentent Louise de Savoie sous le nom de “Princesse” et de “Madame”, ce qui indique que son fils François est déjà roi de France au moment de la composition du texte (donc après 1515). Ensuite, Saint-Gelais ne revient de son long séjour italien que c. 1522. Si l’on accepte le faisceau de présomption poussant à identifier André de La Vigne comme le destinataire de cette pièce, il faut donc qu’elle ait été composée entre 1522 et 1527. En ce cas il s’agirait de la pièce de Saint-Gelais la plus ancienne parmi celles que nous avons la possibilité de dater.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « En 1835, Rosa de Saint-Surin parle de Mellin de Saint-Gelais », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 5 janvier 2016, mis à jour le 16 janvier 2016 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4254.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search