Lucas Breyer intègre Mellin de Saint-Gelais à sa collection d’imitations de l’Arioste (1572)

Dernière mise à jour : 27 septembre 2015

Dans un récent article (« Les libraires du Palais et les poètes », Les Poètes français de la Renaissance et leurs « libraires », éd. Denis Bjaï et François Rouget, Genève, Droz, 2015, p. 95), Jean Balsamo rappelle qu’à partir de 1572 Lucas Breyer puis sa veuve « constituèrent, à partir de textes de différents auteurs parus séparément, des séries capables de susciter une dynamique de publication ». L’une de ces collections concerne les traductions de l’Arioste. Jean Vignes, précise pour sa part que « cinq pièces de Desportes qui constituent la base de ce recueil sont suivies de « Genevre. Des IIII. V. VI. chans de l’Arioste. Par Saingelais et I.A. de Baif » (e2r°), puis de « Fleurdepine. Par I.A. de Baif. A Monsieur de Monlouet, chevalier de l’ordre du roy, grand Marchal (sic) des logis » (g4r°), enfin de « Renaud. Imitation de l’Arioste. Par Loys Dorleans » (h3v°) » – voir : « Traductions et imitations françaises de l’Orlando furioso (1544-1580). Étude comparative », L’Arioste et le Tasse en France au XVIe siècle, Cahiers Saulnier, 2003, p. 96.

En appendice de son étude (p. 98-99), Jean Balsamo livre l’avis au lecteur paru en tête des Imitations de quelques chans de l’Arioste (Paris, Lucas Breyer, f. A2 r°) que nous reproduisons ici. On notera que cette épître en prose rappelle quels grands noms de la poésie française – Saint-Gelais, Baïf, Desportes – ont entrepris de traduire l’auteur italien, et qu’il présente Mellin comme « l’un des premiers de son temps ».


breyer1572

« Lucas Breyer, au lecteur », Imitations de quelques chans de l’Arioste par divers poètes françois, Paris, Lucas Breyer, 1572, f. A 2 r°. Source : Gallica.

« Lucas Breyer, Au lecteur »

Amy lecteur, sçachant de long temps combien estoyent desirées les Imitations de l’Arioste, faites par quelques Poëtes François, ayant recouvré l’exemplaire d’aucunes, je me suis enhardy d’en parler à monsieur Des-portes, pour obtenir qu’il souffrist mettre en lumiere ce qui estoit de sa façon : ce qu’il ne vouloit accorder en sorte que ce fust, pour estre des œuvres dont il ne faisoit comte, et qui avoyent esté comme ses premiers essays. Mais à la fin, je le gaignay, luy ayant fait entendre qu’aussi bien elles estoyent aussi communes comme s’elles fussent imprimées : et que par l’ignorance des escrivains elles se trouvoyent si depravées et corrompues, qu’il ne pouvoit mieux faire que de ne les laisser point courir si mal en ordre. Or je te les presente, et te prie de les prendre en bonne part, pour en tirer proffit et plaisir : et pour les arres des œuvres entieres de Monsieur de Baif, que j’ay entre les mains pour faire imprimer, j’ay adjousté, comme estant de l’argument, les Imitations du mesme Arioste faictes par ledict sieur de Baif, et une entre autres commencée par feu Saingelais l’un des premiers de son temps.

Adieu Lecteur. 


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Lucas Breyer intègre Mellin de Saint-Gelais à sa collection d’imitations de l’Arioste (1572) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 septembre 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4234.