Gilbert Ducher s’adresse à Mellin de Saint-Gelais (1538)

Dernière mise à jour : 31 août 2015

Gilbert Ducher, Epigrammaton libri duo, Lyon, Sébastien Gryphe, 1538, p. 26.

Dans l’ouvrage même où il publie un texte peut-être traduit à partir d’une pièce de Saint-Gelais (voir cet article du carnet), Ducher lui adresse un poème latin.

Ducher« Ad D. Mellinum Sangelasium »

Unguibus à solis rectè censere leonem,
   Difficile, ac magnum ne videatur opus :
Disticha pauca, quibus laudas, Melline, Loysam,
   Possim hoc ex illis dicere, Magnus homo es.
Sint pauca : in paucis plus est, quàm praestet Homerius
   Nedum ipse in longa Marsus Amazonide.

Notons que ces vers adressés à Saint-Gelais précèdent de quelques pages la traduction du “Fauni ad Nymphas expostulatio, partim ex rythmo D. Mellini Sangelasii” (“Revendication d’une faune aux nymphes, traduction partielle d’un poème de Saint-Gelais”) mais suit immédiatement une épitaphe de Louise de Savoie par Ducher. Or on sait que les épitaphes de la reine mère écrites par Saint-Gelais en 1531 (trois latines et deux françaises) comptent parmi les premiers textes que nous ayons conservés de lui.


Pour citer cet article :
JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « Gilbert Ducher s’adresse à Mellin de Saint-Gelais (1538) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 31 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4223.