« Qu’est ce qu’Amour ? est ce une deité » – indications bibliographiques

Dernière mise à jour : 15 août 2017

Cette notice est en cours d’élaboration. Elle sera complétée progressivement.

Genre : Terza rima.

Élément de datation : avant 1533.

Marcantonio Raimondi "Mars, Venus et Eros", 1508, gravure, Metropolitan Museum of Art, New York (source : WGA).

Marcantonio Raimondi « Mars, Venus et Eros », 1508, gravure, Metropolitan Museum of Art, New York (source : WGA).

PLAN DE LA FICHE

1. Variantes de la pièce

a. Titres
b. Incipit

2. Où trouver la pièce ?

a. Sources du XVIe siècle

Imprimés
Manuscrits
Recueils de musique

b. Editions modernes

3. Bibliographie critique
4. Textes du XVIe siècle évoquant la pièce


1. Variantes de la pièce
a. Titres donnés à la pièce

– « Ballade » [ms. B.N. fr 12489].

– « Definicion d’Amour » [ms. B.N. fr 2335].

– « Diffinicion d’Amour par m. de st gelays » [ms. B.N. fr 1667].

 – “Diffinition d’Amour” [ms. Chantilly 523, titre écrit de la main de Saint-Gelais].

– « Description d’amour » [mss. B.N. fr 1723, Vaticane Reg. Lat. 1493, B.N. fr. 878, B.N. fr 885, Vienne 10.162].

Retour en haut de la page.

b. Variantes de l’incipit

– « Qu’esse qu’amour[?] esse une deité » [mss. B.N. 12489, B.N. fr 2335, B.N. fr 1667].

– « Qu’esse ce qu’amour, c’est une deité » [Pourquoy d’amour, Lyon, 1537].

– « Qu’est-ce que amour, est-ce une deyté » [ms. Chantilly 523].

Retour en haut de la page.

2. Où trouver la pièce ?
a. Sources du XVIe siècle
* Imprimés

Hecatomphile, De vulgarie [sic] Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poesie Françoyse, Paris, Galliot du Pré, 1534.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, 1534.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, s.d.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, s.l., s.n., 1536. In 8°.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, s.l., s.n., 1536. In 16°, peut-être la même que Lyon, François Juste, 1536.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, s.l., s.n., 1537.

– Le Pourquoy d’Amour. Auquel sont contenuz plusieurs questions, demandes, ou problemes de ceste matiere, desquelles s’ensuyvent les solutions et responces, deduictes par authoritez de raison naturelle, matiere fort joyeuse et delectable à ceulx principalement qui ont suyvi, synvent, ou ont desiré de suivir la triumphante court du seigneurial prince Cupido, Lyon, Maurice Roy et Louis Pesnot, 1537.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Ensemble les fleurs de Poësie Françoyse, Lyon, François Juste, 1537.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Paris, Pierre Sergent et Antoine Bonnemere, 1539.

Hecatomphile, De vulgaire Italien tourné en langaige Françoys. Les fleurs de Poësie Françoyse, Paris, Alain Lotrian, 1540.

Le pourquoy d’Amour. Necessaire à ceulx qui ont desir de suivir la triumphante court du seigneurial prince Cupido. Translaté de Italien en Françoys, Lyon, s.n., s.d. (apparemment : Jacques Moderne, 1540).

Les questions problématiqus [sic] du pourquoy d’Amour, nouvellement traduict, d’Italien en langue Francoyse par Nicolas Leonique, poëte Francoys. Avecq ung petit livre, contenant le Nouvel Amour inventé par le seigneur Papillon, et une Epistre abhorrant folle Amour, par Clement Marot, varlet de chambre du Roy, Aussi plusieurs Dixains à ce propos de saincte Marthe, Paris, Alain Lotrian, 1543.

– Œuvres, Lyon, Pierre de Tours, 1547.

– Thomas Sébillet, Art poétique françoys, chapitre X, Paris, 1548. [Pièce citée intégralement]. Sur ce texte, voir : article du carnet.

Retour en haut de la page.

* Manuscrits

– Ms. B.N. fr 12489 [début des années 1530], f. 104 r° – 105 v°.

Ms. B.N. fr. 2335 [c. fin 1533], f. 1 r° – 2 r°.

Ms. B.N. NAF 28577 (La Rochethulon) [avant 1547, sans doute années 1530], p. 1-3.

Ms. B.N. fr. 1667 [c. 1536-1553], f. 79 v°- 80 r°.

– Ms. Chantilly 523 [c. 1544], f. 179 v° – 180 r°.

– Ms. Chantilly 521 [milieu XVIe siècle], f. 115 v° sq. 

Ms. B.N. fr. 1723 [milieu XVIe siècle], f. 75 v° – 76 v°.

– Ms. Arsenal 3458 [XVIe siècle], f. 21 (seule pièce de Saint-Gelais dans ce ms.).

– Ms. Belin 370 [c. 1558], f. 1 r°.

– Ms. Vaticane 1493 [c. 1558-1559], f. 1 r°- 2 r°.

Ms. B.N. fr. 878 [c. 1563], f. 6 v° – f. 7 r°.

Ms. B.N. fr. 885 [après 1569], f. 1 r° – 2 r°.

Ms. Vienne 10.162 [fin XVIIe – début XVIIIe siècle], f. 3 r° – 4 r°.

Retour en haut de la page.

* Musique

Attention ! La base de données Ricercar attribue à Saint-Gelais le texte de plusieurs chansons commençant « Qu’est-ce qu’amour? ». Mais il ne s’agit manifestement pas de cette pièce (les leçons sont trop différentes) et rien n’indique que l’auteur de ces chansons soit Saint-Gelais.

  • Source manuscrite en tablature

    • F-PN, fr 1723.
  • Recueils de musique imprimée

    • Du Tertre, « Qu’est-ce qu’amours, l’ung dit que c’est un dieu », in Attaingnant 1549/20.
    • Ebran, “Qu’est-ce qu’amour, l’un dit que c’est un dieu”, Septiesme livre contenant XXIX chansons nouvelles, Du Chemin 1550/11. Voir le texte de la chanson ici et le fac-similé .

Retour en haut de la page.

b. Éditions modernes

– Blanchemain Prosper, Œuvres complètes de Melin de Sainct-Gelays, Paris, 1873, tome 1, p 82.

– Stone Donald Jr, Œuvres poétiques françaises, Paris, STFM, t. 1, p. 9.

Retour en haut de la page.

3. Bibliographie critique

 – Bernhard König, « Ronsards madrigal : « Si c’est aimer », Sonets pour Helene, (Livre I, LII). Tradition und Verwandlung eines Formtyps petrarkistischer Lyrik« , Gestaltung-Umgestaltung : Beiträge zur Geschichte der romanischen Literaturen, Tübingen, 1990, p. 117-136.

Retour en haut de la page.

4. Textes du XVIe siècle évoquant la pièce

Cette pièce s’inscrit dans une série de textes commençant par « Qu’est-qu’amour ? » et relevant du genre de la définition. Nous en donnons quelques exemples ici.

– Anonyme, « Qu’est-ce que amour ? c’est une passion » (dizain), ms. Chantilly 523,  f. 88. [Dizain]

– Marguerite de Navarre, elle est l’auteur d’un “Qu’esse d’amour ? comment le pœult-on paindre” (voir Œuvres complètes, éd. Richard Cooper, t. VIII, p. 266).

– Clément Marot (attribué à), « Epître à son amy, en abhorrant Folle Amour par Clément Marot », c. 1541, v. 35. [Pièce attribuée par Marie-Madeleine Fontaine à Paul Angier].

Sur ce texte, voir : article du carnet.

– Thomas Sébillet, Art poétique françoys, chapitre X, Paris, Arnoul L’Angelier, 1548.

Sur ce texte, voir : article du carnet.

– « Qu’est-ce qu’amours, l’ung dit que c’est un dieu » (mise en musique Du Tertre, 1549, voir ici).

– “Qu’est-ce qu’amour, l’un dit que c’est un dieu” (mise en musique Ebran, 1550, voir le texte de la chanson ici et le fac-similé ).

– Thomas Sébillet (attribué à), « Definition d’Amour », La Louenge des femmes, Lyon, 1551.

Sur ce texte, voir : article du carnet.

– Anonyme (peut-être Brantôme), « Ronsard, veux-tu sçavoir au vray que c’est qu’Amour ? », ms. NAF 11 688, f. 178 r°, c. 2e moitié du XVIe siècle.

On peut ajouter à cette liste de pièces relevant de la même tradition :

– « S’il est ainsi qu’Amour soit jeune infant », Diffinition d’Amour en terza rima attribuée à François Ier (Kane), Marguerite de Navarre (Defaux) ou Victor Brodeau (ms. 1667, Cooper, Defaux, Tomlinson).

– « Si par l’effect l’on doit donner le nom », attribuée à François Ier (Kane), Marguerite de Navarre (Defaux, Cooper) (ms. 1667, Hécatomphile, Cooper, Defaux, Kane). Le vers 5 est le suivant : « Qu’esse que amour ? L’on dit qu’il faict avoir ».

Retour en haut de la page.


Pour citer cet article : JOUBAUD Pascal et SICARD Claire, « « Qu’est ce qu’Amour ? est ce une deité » – indications bibliographiques », Demêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 30 avril 2013, [En ligne] https://demelermellin.hypotheses.org/420.