Jacques Tahureau partage ses principes esthétiques avec son protecteur Mellin de Saint-Gelais (1554)

Dernière mise à jour : 27 août 2015

Les premières poésies de Jacques Tahureau, dediées à monseigneur le reverendissime Cardinal de Guise, Poitiers, Jean de Marnef et Bouchetz freres, 1554.

Editions modernes :

Poésies de Jacques Tahureau. Tome 1. Premières Poésies, éd. Prosper Blanchemain, Librairie des bibliophiles, Paris, 1870.

Numérisation ici

Jacques Tahureau, Poésies Complètes, éd. Trevor Peach, Genève, Droz, TLF 320, 1984.

Numérisation ici


Dans son introduction (p. 30-32) Trevor Peach met en évidence une notion importante dans l’œuvre poétique de Tahureau, celle du “‘naïf’, où l’expression poétique se lie […] étroitement à la nature du poète”, qui s’oppose à “une poésie qui ‘farde’ ou masque l’inspiration naturelle du poète”. La pièce adressée à Saint-Gelais revient précisément sur cette distinction. Henri Weber considère que Tahureau essaie là de “se concilier les bonnes grâces” de Saint-Gelais, mais Trevor Peach pense plutôt que l’écriture de la pièce est postérieure à la fin de 1553, période à laquelle Mellin est déjà intervenu pour présenter Tahureau à la cour. Peach fonde cette lecture sur les vers 85 à 90 de l’épître (voir passage en bleu).

“A MONSIEUR DE Saingelays”

Celuy, Mellin, qui souhete
D’estre estimé bon poëte,
II ne faut tant seulement
Qu’il masque de l’ornement
D’une mensonge notable
Sa matiere variable :
Les poëmes plus parfaictz
Doibvent ressembler aux traitz
Du bon peintre, qui prend cure
De rendre au vif la nature.
Que sert au peintre, s’il faut
Sus l’art couvrir son deffaut,
Quand tous les portraitz qu’il trasse
N’ont air ni aucune grace ?
Et encor que son pinceau,
Pour mieux farder son tableau,
Ne se monstre jamais chiche
De la couleur la plus riche,
Si est ce qu’il ne faict rien
Si sa main n’en ouvre bien,
Et si son portrait ensemble
N’est riche, et qu il ne ressemble :
Aussi n’est ce pas assez
D’un tas d’écriz ramassez
De ces antiques merveilles
Nous étonner les oreilles,
Si cela qu’on entreprend,
Ou soit de bas ou de grand,
Heureusement ne se traite
Par le labeur du Poëte.
Mille aujourd’huy nous font voyr
Leur trop indocte sçavoyr,
Cuidans se rendre admirables
Soubz l’ombre d’un tas de fables,
Dont par trop confusément,
Sans ordre, et sans jugement,
Sans fin leurs verz ilz remplissent,
Leurs vers, qui rudes languissent
Sans nerfz, sans force, et sans art,
Et qui, sans avoyr égard
Aux personnes qu’ilz écrivent,
Tousjours pauvres ilz ensuivent
Un trait et une façon,
Et d’une mesme chanson
Bien mille foys rechantée,
Ou des autres empruntée,
Ilz pensent gaigner le pris
Dessus les mieux nés espriz.
Heureux celuy qui peut plaire
Non au plus gros populaire,
Non à ces admirateurs
De telz égarez autheurs,
Traitans la chose incognue
D’eux mesmes non entendue,
Mais à un sain jugement,
Mais à ceux qui nettement
Peuvent rechercher la grace
D’un écrit de bonne race.
Tousjours, Mellin, tu as eu
(Et certes il t’est bien deu)
Ce bien-heureux avantage
Que de ravir le courage
Et de gaigner la faveur
D’un châcun par ta douceur.
Les Parnasides Deesses,
Les Princes et les Princesses,
Et les plus doctes François,
Mesmes la grandeur des Roys,
Ta docte plume dorée
Ont à bon droit adorée,
Et sans cesse adoreront
Ceux qui tes beaux vers liront :
Mais ton esprit ne s’amuse
Tant seulement à la Muse,
La Muse qui pour un temps
Nous sert d’un doux passetemps :
Tu employes bien tes heures
A des estudes plus meures,
Et ton esprit est vestu
De bien plus rare vertu :
Rien des lettres plus divines,
Rien des plus graves doctrines
Ne te fuit, ni des segrez
Des vieux Latins ou des Grez.
Trop, et trop heureux, j’estime
Le bas nombre de ma rime
De t’avoyr pleu, et par toy
Rencontré chez nostre Roy
Cette favorable grace
De n’estre en la moindre place :
Mais puissay-je à l’advenir
Comme toy mieux parvenir,
Quittant les tendres jeunesses
De ces neuf jeunes Deesses.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Jacques Tahureau partage ses principes esthétiques avec son protecteur Mellin de Saint-Gelais (1554) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4144.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search