Barthélemy Aneau demande à Mellin de Saint-Gelais de juger sa traduction de Cicéron (1542)

Dernière mise à jour : 27 août 2015

Oraison ou Epistre de M. Tulle Ciceron a Octave, depuis surnommé Auguste Caesar, tournée en François par Barthélemy Aneau. Dixain sur l’epistre suivante escripte par Ciceron peu avant sa mort, Vers de Corneil Severe Poete Romain, sur la mort de Ciceron, tournez en vers Francois jouxte les latins, Lyon, Pierre de Tours, 1542.

Numérisation ici.

L’épître liminaire en prose de cette plaquette est adressée à Mellin de Saint-Gelais. Elle est reproduite et commentée dans la bibliographie de Barthélemy Aneau, Alector ou le coq. Histoire fabuleuse, éd. Marie-Madeleine Fontaine, tome 2, Genève, Droz, 1996, p. 866-867.

Numérisation ici.

.

Aneau

A monseigneur Monsieur
Mellin de sainct Gelais
Barptolemy Aneau
Salut.

Si d’adventure quelque fois c’este epistre venoit en vos mains (Monsieur Mellin), vous plaise la recevoir à l’interinement de sa preuve, ou condemnation : comme son juge. Vous, qui en Eloquence, et Poesie françoise tant de vos predecesseurs hereditaire : que nayve de vous mesme : entre les excellens de nostre temps heureux, estes tresexcellent[.] En laquelle tournant : J’ay fuy longz environnements (dictz periphrases)[,] braves affectations, escorcheries, et motz enflez, et ay suyvy (sans eloigner la diction Rommaine) purité, et propriété de la Françoise, et principalement le droict fil de parolle, selon l’ordre de nature : lequel la langue Latine mesle, et entrelasse pour la collocation de ses membres, et la Françoise le suyct : et en est plus belle, plus naturelle, et plus aisée à estre entendue, Adieu.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Barthélemy Aneau demande à Mellin de Saint-Gelais de juger sa traduction de Cicéron (1542) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4134.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search