Étienne Dolet s’adresse à Mellin de Saint-Gelais (1538)

Dernière mise à jour : 27 août 2015

Stephani Doleti Galli Aurelii Carminum libri quatuor, Lyon, Dolet, 1538.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur Gallica

Édition moderne : Étienne Dolet, Carmina (1538), éd. Catherine Langlois-Pézeret, Genève, Droz, 2009.


On trouve deux pièces adressées à Mellin de Saint-Gelais dans ce recueil.  

Plan de l’article

1. Liber primus, Carmen XXXI, « Ad Merlinum Sangelasium »

Texte latin
Traduction française de Catherine Langlois-Pézeret

2. Liber IV, Carmen V, « Ad Merlinum Sangelasium »

Texte latin
Traduction française de Catherine Langlois-Pézeret


 

1. Liber primusCarmen XXXI, « Ad Merlinum Sangelasium »

La pièce se trouve p. 34 de l’édition originale et p. 316-317 de l’édition moderne. Dolet s’y adresse directement au poète de cour, dont il fait un éloge appuyé.

Texte latin

Monstris abundet Africa admirabilibus
Quantumlibet ; monstrum quidem mirabilius
Nullum tulisse dicitur, quam est mirabile,
Te eductum in aula, moribus carere aulicis.
Nempe invidentia et reliquis vitiis propriis
Aulae. Quam id admiratione prodigium
Dignum Africisque portentis mirabilius !
Quam id admirabile est etiam, tumultibus
Eductum in aulicis, vigere plus caeteris
Nostratis eloquentiae laude et gloria.

Retour en haut de la page

Traduction française de Catherine Langlois-Pézeret

« A Merlin de Saint-Gelais »

En prodiges admirables, elle abonde, l’Afrique,
A profusion. Or aucun prodige plus étonnant
N’y vit le jour, dit-on, que cette merveille
Bien qu’élevé à la Cour tu n’as pas les mœurs courtisanes.
Ni jalousie, naturellement, ni d’autres vices propres
A la Cour. Quel prodige digne d’admiration,
Plus merveilleux que les miracles d’Afrique !
Quelle merveille aussi, qu’élevé dans
Les tumultes courtisans, on soit plus fort que tous les autres
Pour défendre l’honneur et la gloire de l’éloquence nationale !

Retour en haut de la page

2. Liber IV, Carmen V, « Ad Merlinum Sangelasium »

La seconde pièce adressée à Mellin se trouve p. 156-157 de l’édition originale et p. 576-577 de l’édition moderne. Elle évoque les décès d’Érasme et de Lefèvre d’Étaples, morts en 1536. Ces événements sont rattachés par Dolet à une éclipse solaire qui eut lieu, indique Catherine Langlois-Pézeret (p. 577, note 23), le 18 juin 1536. 

Texte latin

De eclipsi solis, quae anno a Virgine gravida MDXXXVI accidit ;
quo Erasmus Roterodamus et Faber Stapulensis e vita excesserunt

Ullone tempore decentius
  Radiis suis Sol aureus imminutus est
Cessitque tenebris tristibus,
  Quam quo orbis extincta interierunt Lumina ?
Coelique Terraeque hoc modo
  Praestantiora corpora testantur suos
Casus, vicissim alia aliis
  Luctus speciem praebentia ; nec magni Poli
Ignes sine moestitia ferunt,
  Terra opprimi ignes. Lumina sic Luminibus favent. 

Ce texte est suivi de l’épitaphe de Jacques Lefèvre d’Étaples et d’une autre pièce célébrant le théologien.

Retour en haut de la page

Traduction Française de Catherine Langlois-Pézeret

« A Merlin de Saint Gelais »

Au sujet de l’éclipse de soleil qui se produisit en l’année 1536 après la grossesse de la Vierge,
en laquelle Erasme de Rotterdam et Lefèvre d’Etaples moururent

Est-il une époque où, avec plus d’à propos
  Le soleil doré de ses rayons ait été amputé,
Ait cédé aux funestes ténèbres,
  Que lorsque s’éteignirent et moururent les Lumières de notre monde ?
Et Ciel et Terre, à leur façon,
  Par leurs formes si belles, attestent
Leurs malheurs, tour à tour
  Présentant à l’autre un visage chagriné ; et les feux
Du grand Ciel ne supportent pas sans désespoir
  Que les feux de la Terre soient anéantis. Les Lumières rendent ainsi hommage aux Lumières.

Retour en haut de la page


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Étienne Dolet s’adresse à Mellin de Saint-Gelais (1538) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4124.