Christophe de Longueil écrit à Mellin de Saint-Gelais (c. 1520)

Dernière mise à jour : 27 août 2015

Alors que Christophe de Longueil se trouve à Padoue, il écrit une lettre à Mellin de Saint-Gelais, qui a fait une partie de ses études dans cette même ville. 

La datation exacte de ce document pose des difficultés, même s’il s’agit assurément du plus ancien mentionnant Saint-Gelais dont nous ayons à connaissance à ce jour. On sait que la lettre a été envoyée de Padoue un 27 avril (« ex urbe Patavio. V. Cal. Mai ») mais on ignore en quelle année. Le biographe de Mellin de Saint-Gelais, l’abbé Molinier, pense qu’il s’agit de 1518 (voir Molinier, Mellin de Saint-Gelays, Rodez, 1910, p. 74-75). Mais il s’appuie pour l’affirmer sur des datations de certains événements de la vie de Longueil (droit de cité accordé par Rome, pension annuelle accordée par la ville de Florence) qui ne correspondent pas à celles qu’avance Théophile Simar. Le biographe de l’humaniste, dont le travail paraît un an après celui de Molinier, précise en effet que les démarches pour accorder la citoyenneté romaine à Longueil sont engagées fin janvier 1519 mais n’aboutissent, après maintes péripéties, que plusieurs mois plus tard (T. Simar, Christophe de Longueil Humaniste (1488-1522), Louvain, 1911, p. 62-74). Voilà qui repousse la date initialement proposée par Molinier. Par ailleurs, Simar nous informe que Longueil, menacé, a quitté l’Italie en juin 1519 (op. cit., p. 66). Il se rend à Paris, puis à Louvain, avant de revenir en Italie, d’abord pour séjourner à Venise (décembre 1519 – avril 1520, op. cit. p. 79-80) avant de s’établir à Padoue, le 18 avril 1520. La lettre à Saint-Gelais, datée de cette ville un 27 avril, ne saurait donc être antérieure à 1520. Elle ne peut non plus être postérieure à 1522, Longueil étant mort en septembre de cette année.

Quant à l’autre événement de la vie de Longueil évoqué par Molinier dans sa biographie de Saint-Gelais (une pension annuelle accordée par la ville de Florence), sans doute s’agit-il de l’offre faite à l’humaniste, en février 1520, de la chaire de Latin de la ville, pour 250 ducats. Si tel est bien le cas, la proposition serait en effet si récente au moment où Longueil écrit à Saint-Gelais qu’il n’aurait pas encore pris la décision de la refuser, comme il semble pourtant l’avoir fait (voir Simar, p. 80-81). Cela plaiderait donc plutôt pour une datation de l’épître en 1520.

De fait, même si Simar résume ainsi l’objet de l’échange entre les deux hommes – « En 1521, Mellin, qui étudiait à Padoue, fut rappelé par sa famille. Or il désirait prolonger son séjour à l’université. Longueil promit d’intercéder en sa faveur et de le couvrir de sa protection, si sa démarche n’était pas couronnée de succès » (op. cit., Appendice 1, « Répertoire de noms de personne cités dans les lettres de Longueil », p. 191 n° 85), il n’y a, à notre connaissance, aucune source nous informant des dates exactes du séjour de Mellin de Saint-Gelais à Padoue, ou de son retour en France. On ne peut donc exclure que ce soit plutôt en 1520 que Saint-Gelais a été contraint de quitter l’Italie.


Toutes les publications de la lettre de Longueil sont posthumes. On en trouve notamment le texte dans les éditions de 1524, 1526, 1530, 1533, 1539 des Christophori Longolii lucubrationes. La numérisation de la réédition de 1542, à Lyon chez S. Gryphe, est consultable ici. Paraissent également à Bâle des ouvrages exclusivement consacrés à la correspondance de l’humaniste, sous le titre Christophori Longolii Epistolarum libri IIII (voir par exemple ici celle de 1540). L’épître en prose latine adressée à Saint-Gelais (« Christ. Long. Merlino Gelasiano S. ») se trouve dans le deuxième livre, p. 290-291. 

Voici la lettre, dans l’édition Gryphe 1542 (source : Googlebooks)

L’abbé Molinier (op. cit., p. 74-75) la paraphrase et la commente ainsi : « On peut croire que, ses études terminées, Mellin ne se pressait nullement de rentrer en France. D’après une lettre très curieuse de son ami Christophe de Longueil, il semble qu’il s’était mis à parcourir l’Italie, menant joyeuse existence. Seulement, ses parents, inquiets de ce séjour prolongé, lui intimèrent l’ordre de revenir, et par suite lui supprimèrent les secours pécuniaires qu’ils lui envoyaient. Il s’adressa alors à son jeune compatriote, Longueil, que les Italiens comblaient d’honneurs de toute sorte, pour le prier d’intercéder auprès des siens et leur demander quelques mois de grâce et un peu d’argent. « Au premier jour, lui répond Longueil, je vais te donner toute satisfaction. Cependant je ne parlerai nullement de ce à quoi tu sembles tenir beaucoup, à savoir qu’on t’envoie de l’argent pour ta subsistance. Si en effet nous pouvons gagner une année et même deux, nous obtiendrons de l’argent par le fait même. Mais si le premier point ne peut être obtenu, inutile de parler d’argent. Au reste il ne te manquera nullement, si tu veux te servir de ma bourse. Je ne suis pas en effet si pauvre, ou si amateur d’écus, que je ne puisse avec empressement et libéralité venir à ton secours, pour te permettre de poursuivre tes études. Et sur ce point tu partageras ma manière de voir ». Mellin avait de généreux amis. […] Je ne sais quel fut le résultat de ces démarches, mais notre poète ne dut pas tarder beaucoup à rentrer en France, où tout le rappelait ».


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Christophe de Longueil écrit à Mellin de Saint-Gelais (c. 1520) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 27 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4107.