Sur l’air et le rythme de “Laissez la verde couleur”, un “Noel” publié par Benoist Rigaud, Lyon, 1550

Dernière mise à jour : 25 octobre 2011

La Grand Bible des Noelz, Tant vieux que nouveaux. Composez de plusieurs Autheurs, tant du present que du passé, lesquelz on chante vulgairement au temps de l’advenement du jour que nostre Seigneur Jesus Christ fut né de la Vierge Marie, Lyon, Benoist Rigaud, 1550, f. 94 v°- 96 v°.

Cet ouvrage est consultable sur Gallica.

“Deploration de la mort de Jesus Christ, qui se chante sur le chant, Laissez la verde couleur”.

    Cessez de plus implorer                  1
La muse Caliopee
Et vous autres de plorer
Le desastre de Pompee (bis)
Cessez de plus nous chanter           5
Le triste chant de Medee,
Plustost venez lamenter
La mort du Roy de Judee. (bis)
Grande troupe de Syon
Devant Jesus est allee                         10
Monstrant par affection
Combien estoit desolee (bis)
Ne plorez point mon enfant,
Disoit Christ à la Judee,
Ains plustost vostre tort faict            15
Gens en peché desbordee (bis)
Avant le Soleil qui court
Sur vostre cité famee
Cent fois ayt faict son discourt
Vous la verrez enfumee (bis)             20
Sa mere au triste rapport
S’en est fort desconfortee
De son fils mourir à tort
Droict à luy s’est presentee. (bis)
Helas mon fils precieux,                   25
Disoit la vierge estimee,
Plus ne verrez de voz yeux
Vostre mere tant aymee. (bis)
Helas mon trescher enfant
Le regret de ma pensee                        30
Comme d’un glaive trenchant
Son ame fut transpercee. (bis)
Mais le Christ dist : voyla Jean
D’une voix assez amere
Vous tiendrez pour vostre enfant        35
Luy vous tiendra pour sa mere.   (bis)
Le clair Soleil qui tout voit
Mettoit fin à la journee
Pardonner à Dieu prioit
A ceste gent obstinee. (bis)                    40
Disant saincte deité
Puis qu’ainsi la destinee
Remetz en ta saincteté
L’ame à toy par toy donnee. (bis)
O Seigneur doux et humain,             45
O ma lyesse asseuree,
Reçoy mon ame en ta main
De ce mien corps respiree (bis)
Eussiez par millions
La terre et les mers tremblees              50
Pour lors vens et tourbillons
Obscurcir les nuees. (bis)
Si claire lumiere des cieux
Avec sa face doree
Vous eussiez veu de voz yeux                55
Bruyne decoloree. (bis)
De Dyane la blancheur
De clairté abandonnee
Sa belle pasle couleur
En obscurité tournee. (bis)                    60
En tous lieux et toutes pars
Les Estoilles attelees
Parmy l’air et ciel espars
A vray dire este troublees. (bis)
Le puissant et fort Athlas                   65
Par dessous la mer salee
Se trouvoit rompu et las
De voir la Sphere esbranlee. (bis)
Voyant les cieux alterer
Denys dict à l’assemblee,                       70
Peut le seul Dieu endurer
Ou machine est troublee. (bis)
Magdaleine survint à l’heure
Ainsi comme une insensee,
Baisoit la croix du Seigneur                  75
De maintes pleurs arrousee. (bis)
Mais sur tous les piteux crys
De Marie Salomee
De grande douleur espris
Sous la croix cheute pasmee. (bis)        80
Nichodeme le despendit,
Personne ja trespassee
Qui dans le bras le rendit
De sa mere passionnee. (bis)
Plorant fort amerement                          85
Aupres la croix s’est couchee,
De sa main tout doucement
Ses playes luy à touchee. (bis)
O nouvelle cruauté
De voir en dueil si baignee                      90
Ceste dame de bonté
Son fils mort accompagnee. (bis)
Or sus sus il est grand temps,
O Chrestienté assemblee
Par vous soit en triste chant                   95
La passion celebree.


Pour citer cet article :
SICARD Claire, « Sur l’air et le rythme de “Laissez la verde couleur”, un “Noel” publié par Benoist Rigaud, Lyon, 1550 », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 octobre 2011 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/41.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search