Jean-Antoine de Baïf fait de Mellin de Saint-Gelais le personnage de son églogue (1556)

Dernière mise à jour : 26 août 2015

Jean-Antoine de Baïf, Les Jeux de Jan Antoine de Baïf. A Monseigneur d’Alençon, églogue XVII, Paris, Lucas Breyer, 1573, f. 46 r°- 49 v°.

La numérisation de cet ouvrage est disponible sur BSB

Jean Vignes prépare l’édition moderne de cet ouvrage. Dans la notice qu’il consacre à l’églogue XVII, il rappelle que la datation de la pièce a fait l’objet de différentes hypothèses. Paul Laumonier pense qu’elle a pu être composée en 1557 ou 1558, peu de temps avant la mort de Saint-Gelais en octobre 1558 (Œuvres complètes de Ronsard, éd. Laumonier, t. IX, p. 69, n. 2). Alice Hulubei s’appuie sur une allusion à la reprise des hostilités contre l’Espagne pour avancer légèrement la datation : l’églogue a selon elle été composée en novembre ou décembre 1556 (Alice Hulubei, L’Eglogue en France, p. 388). Jean Vignes adopte aussi cette proposition, considérant qu’ “un élément supplémentaire plaide en faveur de l’année 1556 : c’est précisément l’année où Saint-Gelais met à contribution le jeune Baïf pour travailler avec lui à l’adaptation de la Sofonisba de Trissino […] : or c’est bien cette figure paternelle bienveillante que met en scène la présente églogue, non sans évoquer d’autres projets de spectacles de cour (v. 121-128)” (Jean-Antoine de Baïf, Œuvres complètes III, dir. Jean Vignes, notes sur l’Eglogue XVII, Paris, Champion, à paraître).

Dans cette longue pièce Jean-Antoine de Baïf met en scène “Mellin”, personnage renvoyant explicitement à Saint-Gelais, dans un dialogue avec “Thoinet” diminutif de l’un de ses propres prénoms. Le genre de l’églogue est propice à cette métamorphose des poètes du temps en personnages de bergers ou de mariniers. C’est ainsi que Salel, en 1536, avait déjà fait de Saint-Gelais, sous le nom de “Merlin” l’un des protagonistes de son églogue marine (voir article du carnet). Rappelons également que Baïf, nomme Mellin de Saint-Gelais dans l’un de ses premiers textes, en 1549 (voir article du carnet) est l’auteur des Amours de Meline. Le prénom de cette muse évoque bien sûr celui de Saint-Gelais, qui semble avoir parrainé le jeune homme lors de ses débuts à la cour. Baïf se montrera fidèle à cette relation chaleureuse et quasi filiale : en témoigne le fait qu’il poursuive le travail de traduction de l’Arioste que Mellin, mort en octobre 1558, n’avait pu achever. On perçoit également ce rapport dans l’églogue XVII qui nous occupe ici.

La pièce présente un jeune homme, Thoinet, qui se plaint de sa pauvreté. Mellin s’emploie à le réconforter. Il évoque avec lui la figure du père (dans laquelle on reconnaît clairement Lazare de Baïf) et prodigue ses conseils d’aîné avisé au malheureux. Il lui rappelle que ce père, s’il ne lui a laissé aucun bien matériel, a pourvu à son éducation en le confiant à Jean Dorat. Il peut en particulier se réjouir de connaître la musique, qui lui permettra de célébrer les puissants. Si le temps de Janet et de Francin (i.e. le cardinal Jean de Lorraine et François Ier) est révolu, on peut toutefois espérer trouver d’autres protecteurs dans leurs successeurs, Henri II mais surtout Charles de Guise, nouveau cardinal de Lorraine. Successivement, Thoinet puis Mellin chantent les vers que leur ont inspirés ce puissant personnage et le poète expérimenté est invité à jouer les intermédiaires en faisant connaître au mécène potentiel l’œuvre du jeune homme désargenté.


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Jean-Antoine de Baïf fait de Mellin de Saint-Gelais le personnage de son églogue (1556) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 26 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4090.