Louis Des Masures parle de Mellin de Saint-Gelais à Pierre de Ronsard (1559)

Dernière mise à jour : 25 août 2015

Après avoir évoqué, pour Joachim Du Bellay deux ans plus tôt, ses souvenirs du règne de François Ier (voir cet article du carnet), Louis Des Masures adresse un discours à Pierre de Ronsard dans lequel il revient également sur cette période heureuse de sa vie, avant sa disgrâce. La pièce est publiée dans Le Second livre des Meslanges de Pierre de Ronsard Vandomoys, (Paris, Robert Le Mangnier, 1559). Nous reproduisons un extrait de ce texte d’après l’édition Laumonier des Œuvres complètes de Ronsard, t. X, p. 145-160. Louis Des Masures y établit une liste des meilleurs auteurs de la cour du premier Valois : Clément Marot, Antoine Héroët, François Rabelais, Nicolas Herberay, Jacques Colin, Bertrand de La Borderie, Hugues Salel et enfin – last but not least – Mellin de Saint-Gelais.


“Discours de Louis des Masures Tournisien à Pierre de Ronsard”, v. 51-96

Mais vecy le seul point, qui sur toute douleur
Fait que plus rigoureux je sente mon mal-heur.
C’est que, me souvenant du temps leger et court
De douze ou quatorze ans, qu’en la Roiale court
Je passay plus heureux, joint à la compagnie
Que lors avoient les sœurs d’egale amour unie,
Je regrette à present ce temps aimable et doux.
Mesmes considerant combien ores par vous [i.e. les jeunes poètes],
En nombre six ou sept, la France se decore,
J’ay grand deuil en mon cœur que je n’y suis encore.

Et ce dolent regret me serre plus assez,
D’autant qu’en grande espace, et de loing, vous passez
Nos poëtes d’alors, soit en haulte doctrine,
Dont à chacun de vous ard la saincte poictrine,
Soit en la grace et l’heur d’accorder chants divers :
Faire doucement bruire à la lyre vos vers,
Chantant l’enfant Amour, ou bien au son qui tremble
Entonner Mars armé, feu, fer et foudre ensemble.
Car (et ne soit pourtant aucun d’eux irrité,
Ains au sain jugement, et à la verité
Se face en tout endroit libre et ouverte voie :
Et vous, ne pensez point que flatteur je vous soie)
Vos escrits et les leurs font certaine apparence,
Et monstrent d’eux et vous la seure difference.
Si est-ce que maint œuvre issu de leurs esprits
Ne merite, pour vray, qu’on les tienne à mespris :
Et vault bien un Marot qu’on estime et recorde
Sa coulante douceur, et que la mort n’y morde.
Bien vault le lire et voir d’Heroët l’Androgine.
Aussi fait Rabelais, escrivant l’origine
Du bon Pantagruel, ses gestes et ses dicts,
Et Herberay, traitant les erreurs d’Amadis.
Sainct Ambrois quelquefois, à sa voix forte et brave,
Recita de ses vers quelque poëme grave.
Borderie, au retour du port de Constantin,
Nous comptoit le païs, le peuple Bizantin,
La mer, le Nord, le Sud, l’occidental Zephire,
Guidant, comme un Tiphis, la peautre du navire.
Puis Salel, en chantant la discorde meslée
Au cueur d’Agamemnon, et du fils de Pelée,
Faisoit de sang Troien rougir la main Gregeoise,
Et rendoit de son Grec l’Iliade Françoise.
Mais sur tous Saint Gelais, de douceurs nonpareilles
Aux nombres differens, detenoit nos oreilles :
Touchant, comme jadis le poëte de Thrace,
Son luth au ventre creux, d’un son de bonne grace.

Dans la suite de la pièce, des Masures établit trois autres listes, celle des humanistes du règne de François Ier (Jean de Salignac, Lazare de Baïf, Lancelot de Carles et Pierre Duchâtel), celle de ses amis et connaissances (Georges La Patrière, Jacques Peletier du Mans, Jean Salmon Macrin et Jean Dorat) et enfin celle des poètes du règne de Henri II (Pierre de Ronsard, Étienne Jodelle, Joachim Du Bellay, Jean-Antoine de Baïf, Nicolas Denisot et Rémi Belleau).


Pour citer cet article :
SICARD Claire et JOUBAUD Pascal, « Louis Des Masures parle de Mellin de Saint-Gelais à Pierre de Ronsard (1559) », Démêler Mellin de Saint-Gelais, Carnet de recherche Hypothèses, 25 août 2015 [En ligne] http://demelermellin.hypotheses.org/4076.